« C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien »

Entretien publié dans Diversité, n°202, volume 2, et réalisé par Prisca Fenoglio et Marie Lauricella en décembre 2022.

Maître de conférences en sociologie à l’université de Tours, Aden Gaide a soutenu sa thèse sur « les étudiant·e·s parents » en novembre 2020. Après trois ans de classe préparatoire (lettres et sciences sociales) au lycée Carnot (Dijon), Aden Gaide intègre un master « recherche » en sociologie à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. Il entame sa thèse en 2014 grâce à une bourse doctorale accordée par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), puis grâce à des contrats d’enseignement de type assistant temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’IEP, à Paris 13 et à l’université de Tours. Ses travaux portent sur les questions de jeunesse et de rapport de domination liés à l’âge.


Diversité : Qu’est-ce qui vous a amené à « entrer » dans la recherche ?

Aden Gaide : Au lycée, j’avais le rêve de faire un long séjour à l’étranger pour m’émanciper et baigner dans une langue étrangère. C’est ce qui m’a incité à tenter le concours des instituts d’études politiques (IEP), car j’avais entendu qu’une année à l’étranger était obligatoire dans ce cursus. En cas d’échec, je décidais de demander une classe préparatoire (lettres et sciences sociales) afin de repasser ensuite ces concours. Mais l’entrée en classe préparatoire a été transformatrice et j’y suis resté finalement trois ans. C’est en « prépa » que j’ai découvert la sociologie, qui m’a presque immédiatement accroché : c’était la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien. Ce regard répondait à mes propres interrogations sur le monde social, interrogations qui jusque-là passaient pour des bizarreries auprès de mes camarades et de mes proches. C’est donc la sociologie que j’ai aspiré à approfondir, sans trop me poser la question de ce que j’en ferai ensuite. J’ai intégré un master de recherche en sociologie et j’ai réussi le concours de l’IEP de Paris en 2012.

La rencontre avec celle qui deviendra ma directrice de mémoire puis de thèse, Anne Revillard, a constitué un moment clé qui a sans doute déterminé en grande partie mon maintien dans la recherche. J’ai trouvé dans sa direction le plaisir de l’échange scientifique stimulant, de l’écoute attentive et de la relecture constructive. À partir de ce moment, j’ai ardemment désiré continuer en thèse.

Diversité : Est-ce que, et si oui comment, votre parcours antérieur a influencé le choix de vos objets d’étude ?

AG : En essayant de retracer ce qui m’a motivé à travailler sur mon sujet de thèse, les étudiant·e·s parents, avec une approche très liée aux questions de sociologie de la jeunesse, je me suis rappelé que, dès la fin de la prépa, j’avais déjà manifesté mon intérêt pour les questions de jeunesse. J’ai grandi dans une famille de classe supérieure, avec des parents cadres de la fonction publique, et mon éducation a certainement contribué à me rendre très sensible à la façon dont on me traitait « comme un enfant » sans que cela ne me semble particulièrement en accord avec la façon dont je me percevais. L’enfance et l’adolescence ont été des périodes difficiles, que j’ai beaucoup vécues comme des enfermements, une absence de droit. L’infantilisation me semblait insupportable.

En master, j’étais entouré de beaucoup d’étudiantes syndiquées et très au courant des questions de genre. C’était la période des « manifs pour tous » que l’on voyait défiler aux portes de nos salles de classe. Ce contexte politique m’a donné envie de creuser des questions de genre et j’ai rapidement pris rendez-vous avec Anne Revillard, qui venait d’arriver à Sciences Po. Nous avons échangé durant une heure sur des sujets possibles puis, à la fin du rendez-vous, elle a évoqué cette question qu’elle s’est posée lorsqu’elle enseignait à l’université Paris 13 et y voyait souvent des étudiant·e·s avec leurs enfants : comment font-il·elle·s ? Ainsi, le sujet des étudiant·e·s parents, qui est au centre de mes travaux de recherche depuis mon master 2, n’est pas mon idée au départ, mais cette proposition m’a tout de suite interpelé, car ce terrain évoquait une inversion des étapes du passage à l’âge adulte.

Au fil de mes investigations, je me suis rapidement rendu compte que les étudiant·e·s parents n’avaient pas tou·te·s la même trajectoire. Au départ, je m’attendais à rencontrer de jeunes étudiant·e·s ayant eu un enfant beaucoup plus tôt que la moyenne : en France, l’âge moyen au premier enfant est de 29 ans et l’âge au premier enfant est d’autant plus tardif que les études sont longues. Mais j’ai vite constaté que nombre de mes enquêté·e·s avaient en réalité repris des études à l’âge « normal » pour avoir des enfants ou bien après en avoir élevé. J’ai fait le choix d’étudier ensemble ces trajectoires hétérogènes. C’est la pratique des entretiens qui m’a conduit à ce constat : en dépit d’âges et de parcours différent·e·s, tou·te·s sont étudiant·e·s et doivent donc se conformer à des règles pensées sur le modèle implicite d’un·e étudiant·e jeune. Leurs trajectoires atypiques et diverses permettaient d’autant mieux de mettre en valeur les normes d’âge implicites dans l’enseignement supérieur français.

Diversité : Au-delà d’un intérêt intellectuel, le choix d’un sujet de recherche peut croiser des questionnements plus personnels. Est-ce aussi votre cas ?

AG : Je viens d’une famille de mères étudiantes : ma mère a eu son premier enfant en tant qu’élève d’une école d’ingénieur ; cette enfant, ma sœur, est elle-même devenue mère durant ses études. Ainsi, non seulement mon histoire familiale regorge d’anecdotes sur le sujet (ma mère racontait parfois la façon dont ses camarades de promo avaient utilisé sa grossesse pour justifier de la mauvaise qualité de leur travail de groupe, alors qu’elle avait eu toutes les difficultés du monde à les mettre au travail), mais en plus j’ai grandi à côté d’une sœur qui était quotidiennement stigmatisée comme trop jeune par les autres parents de son quartier.

Ce sont donc mes interrogations d’enfant qui se retrouvent dans la façon dont j’aborde le sujet : la question du rapport subjectif à la trajectoire et des stigmates qui y sont associés, les façons d’expliquer ces trajectoires peu classiques dans un système d’enseignement très normé et les difficultés quotidiennes qui peuvent être liées au cumul enfants et études.

Diversité : Lorsque vous avez abordé la parentalité chez les étudiant·e·s, quelles étaient les hypothèses de départ ?

AG : À dire vrai, j’ai du mal à retrouver des hypothèses de départ. Si j’en avais en tête, je n’ai pas pris soin de les écrire dans mon carnet de recherche. Dans mon mémoire sur les femmes qui deviennent mères durant un cursus d’études supérieures, j’ai construit une grille d’entretien abordant tous les thèmes qui me semblaient potentiellement intéressants : la trajectoire sociale et scolaire, le rapport aux études, les circonstances de l’arrivée de l’enfant, l’organisation quotidienne à la fois des études et du travail domestique, l’impact de la grossesse et de l’arrivée d’un enfant sur le déroulement des études ainsi que sur le rapport aux études et, enfin, les éventuelles prises en charge administrative (CROUS, assistantes sociales). Je m’inscrivais à l’époque dans une perspective de Grounded theory1 et je préférais me plonger dans le récit de mes enquêtées avant de construire ma réflexion. Il faut dire également qu’il n’y avait quasi pas de littérature scientifique sur la question.

Cette absence d’hypothèses explicitées s’est en revanche accompagnée, très tôt, d’un fil conducteur autour de la question du passage à l’âge adulte. Je m’interrogeais : est-ce qu’on devient adulte quand on a un enfant, même si l’on est toujours en train de faire des études ? Est-ce que cet éventuel passage à l’âge adulte se joue sur le plan statutaire, identitaire, ou bien les deux ? En parallèle, j’avais l’idée que la maternité des étudiantes pouvait être un prisme privilégié pour étudier les études supérieures comme une « organisation genrée », en reprenant le concept de Joan Acker, c’est-à-dire comme une institution fonctionnant quotidiennement et de façon implicite sur le modèle d’un étudiant plutôt que d’une étudiante. Je reprendrai cette idée dans ma thèse, en théorisant une institution « âgisée », un terme que je n’utilise pas en tant que tel, mais qui traduit bien mon idée : le fonctionnement ordinaire de l’enseignement supérieur repose sur une idée bien précise de « l’étudiant », jeune qui se consacre avant tout à ses études.

Diversité : Quelles méthodes et quels protocoles avez-vous utilisés ?

AG : Après avoir reçu un prix de l’Observatoire de vie étudiante (OVE) pour mon mémoire sur les étudiantes mères, je suis devenu la personne de référence sur le sujet des étudiant·e·s parents, que mon travail a contribué à rendre un peu moins invisible. La pluralité des méthodes auxquelles j’ai eu recours par la suite est fortement liée à cette posture : j’ai eu accès à de nombreux interlocuteurs (au ministère de l’Enseignement supérieur par exemple) et beaucoup de personnes pensaient à me contacter quand elles trouvaient des éléments sur les étudiant·e·s parents. J’ai donc mené une enquête multiméthodes, qui aborde le sujet à partir de points de vue complémentaires.

Pour contrer l’absence d’histoire des étudiant·e·s parents en France, j’ai étudié des archives portant sur des actions publiques à leur intention, en particulier la résidence Jean Zay qui, à son ouverture en 1956, comportait 500 logements sur 3 000 à destination des étudiant-e-s « en ménage » ainsi que de nombreuses crèches et même une école maternelle. Un autre ensemble de sources écrites portaient sur les « crèches sauvages » universitaires ouvertes par des militant·e·s dans les années 1970. J’ai également mené une étude de cas dans l’université d’une ville moyenne, où a eu lieu une mobilisation en faveur des étudiant·e·s « chargé·e·s de famille ». Cela m’a permis de comprendre les enjeux de pouvoir au niveau d’une université, et comment ceux-ci peuvent faciliter ou empêcher la création de droits pour les étudiant·e·s parents.

Pour mieux saisir l’hétérogénéité des parcours d’étudiant·e·s parents, j’ai réalisé une exploitation secondaire de l’enquête « Conditions de vie des étudiants » 2016 de l’Observatoire de la vie étudiante. Enfin, j’ai tâché de comprendre le quotidien, le parcours et la construction subjective des étudiant·e·s parents à partir d’un corpus de 80 entretiens semi-directifs avec des étudiant·e·s parents d’enfants d’âge scolaire, pour la plupart en couple avec une personne salariée.

J’ai porté un double regard sociologique sur mon objet de recherche : j’ai étudié à la fois qui sont les étudiant·e·s parents et ce que les étudiant·e·s parents nous révèlent des étudiant·e·s « ordinaires » en France.

Diversité : Quels ont été les constats, les observables ?

AG : J’ai ainsi révélé l’existence d’une norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur, c’est-à-dire d’une conception normée des bonnes conditions et du bon parcours pour faire des études.

Alors qu’il paraissait jusque-là aller de soi que l’allongement des études supérieures a prolongé la jeunesse, je montre que cette jeunesse étudiante est le résultat d’un processus d’assignation à une classe d’âge minoritaire. Ce processus repose sur quatre piliers :

    • les conditions matérielles : l’activité d’étudier n’est pas reconnue dans la mesure où elle n’est pas rémunérée et n’est pas accompagnée de droits pourtant évidents au travail (comme le congé maternité) ;

    • le fonctionnement ordinaire des institutions : le rythme des études correspond implicitement à celui d’une personne dont les études sont quasiment la seule contrainte et l’unique responsabilité ;

    • le rapport éducatif, c’est-à-dire la manière dont les étudiants sont mis à une place d’apprenants, de personnes qui ne sont pas encore capables de prendre des décisions pour leur bien ;

    • enfin, l’âge civil des étudiants qui naturalise cette jeunesse.

J’apporte ainsi avec ma thèse une contribution importante au champ de la sociologie de la jeunesse, en théorisant la jeunesse comme le résultat d’un rapport de domination, le rapport d’âge. De plus, ces bonnes conditions et cette bonne trajectoire (linéaire) dans les études supérieures sont socialement situées. Chez les étudiants parents, ce sont les hommes issus de classes supérieures, inscrits dans des études longues rémunérées comme l’internat de médecine, qui ont le plus de facilités à y correspondre et cela repose notamment sur le travail domestique réalisé par leur conjointe.

Diversité : Suite à votre thèse, avez-vous travaillé sur d’autres objets de recherche ?

AG : Pour l’instant, je n’ai pas d’autres objets de recherche formalisés. J’ai commencé ce travail sur les étudiant·e·s parents en 2013, dans un contexte où les questions de rapport de pouvoir lié à l’âge étaient quasi inexistantes dans le champ scientifique. Cela a énormément changé depuis quelques années, avec le mouvement #MeTooIncest notamment. Je vois beaucoup de nouvelles thèses en cours2 sur ces questions et je m’en réjouis. Je travaille donc surtout à construire des réseaux de chercheuses et chercheurs en sociologie qui s’intéressent aux rapports de pouvoir liés à l’âge, en particulier à l’oppression des enfants et des jeunes par les adultes. Il me semble en effet que certaines violences, par exemple les agressions sexuelles sur les enfants, ne peuvent s’expliquer sans prendre en compte le rapport de pouvoir entre adultes et enfants. C’est dans ce sens que j’ai initié et coorganisé une journée d’étude3 sur « l’adultéité »4 et une session du réseau thématique Jeunesse (RT15) au prochain congrès de l’association française de sociologie. Je coencadre également l’axe « Âges, trajectoires, socialisations » de mon équipe de recherche (CoST, du laboratoire CITERES à Tours) dans laquelle mes collègues et moi commençons à réfléchir à ces questions.

Je me nourris des nombreux ouvrages qui ont été publiés ces dernières années en sociologie des enfants (Enfances de classe ou L’enfance de l’ordre, par exemple). Mon prochain terrain de recherche s’inscrira très certainement dans cette perspective. Je m’interroge en particulier sur le statut ambigu du « travail d’étudier », qui – comme tout travail – peut à la fois être émancipateur et aliénant. Peut-on penser les rapports d’âge, en particulier les rapports adultes/enfants, sous un angle matérialiste ? Par exemple, peut-on parler d’une exploitation des enfants, peut-on dire qu’ils travaillent – que ce soit au sein de l’école ou de leur famille ?

Diversité : Avez-vous eu l’occasion de diffuser vos travaux à d’autres publics que ceux des scientifiques ?

AG : J’ai régulièrement l’occasion de communiquer au grand public des résultats de mes travaux, grâce à des journalistes qui s’intéressent souvent à la question des jeunes mères étudiantes, mais également à travers des podcasts, par exemple dans « Thésard·e·s » nous avons, avec Mathieu Arbogast, parlé des doctorant·e·s parents, ou encore dans « Amphi 25 : parlons discriminations ». Dans un cadre militant, j’ai toujours répondu aux étudiantes souhaitant monter des associations ou politiser le sujet (malheureusement, souvent, ces initiatives ne durent pas dans le temps). Enfin, je suis intervenu dans des journées organisées par des missions égalité universitaires.

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Prisca Fenoglio (2023, 20 novembre). « C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien ». Éduveille. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o43p