Vers une marchandisation de l’orientation

Article publié le 3 avril 2023 dans Les Cahiers Pédagogiques, n°584

La mise en œuvre de Parcoursup en 2018 et la réforme du lycée l’année suivante ont accru les besoins d’accompagnement à l’orientation des jeunes, renforçant ainsi un marché privé de l’orientation qui surfe sur le stress de l’inflation des choix scolaires. En effet, avec la suppression des filières pour le baccalauréat  général, et l’introduction des enseignements de spécialité pour ce dernier comme pour le baccalauréat technologique,  les élèves doivent faire des choix disciplinaires en classe de première et de terminale. Or, ces choix se révèlent cruciaux depuis Parcoursup et l’instauration de prérequis pour être admis dans les formations de l’enseignement supérieur[1].

De Co-Psy à Psy-EN : un nouveau nom pour de nouvelles missions

Anciennement conseiller d’orientation psychologue (Co-Psy), ils et elles deviennent en 2017 des psychologues de l’éducation nationale (Psy-EN). Cette nouvelle dénomination illustre les changements auxquels est confrontée la profession. En nombre restreint – on compte un Psy-EN pour 1500 élèves – leurs missions d’accompagnement psychologique des élèves en difficulté ont été renforcées au détriment de l’orientation de tous[2]. Leur effectif réduit et leur localisation actuelle – principalement au sein des Centres d’Information et d’Orientation, avec des déplacements dans les établissements – posent des problèmes en termes d’accompagnement de proximité des lycéens[3]. Face à l’étiolement du rôle d’orientation des Psy-EN, le marché privé de l’accompagnement à l’orientation est en plein essor en France et répond à une demande croissante de service personnalisé à l’orientation.

Le « coaching d’orientation » : remède au stress ?

Accompagnement individualisé et « sur mesure », le coaching d’orientation se structure au tournant des années 2010[4]. Organisés en réseau d’agences franchisées, comme Recto Versoi ou Mental’O, ou en cabinets relevant de l’autoentreprise, cette offre d’accompagnement à l’orientation est fortement hétérogène et certaines pratiques peuvent poser des questions d’ordre éthique : les conseillers ou coaches ne sont pas tenus d’avoir reçu la moindre formation leur prodiguant une qualification spécifique, pas plus qu’ils et elles ne doivent suivre un code déontologique professionnel[5] Socioéconomiquement inégalitaire, cette offre s’est développée depuis la mise en œuvre de Parcoursup créant un « marché de l’anxiété » : « La phase de préparation des candidatures a été vécue par de nombreuses familles comme une période de stress intense, à cause de l’inflation des démarches […]. Moyennant 560 euros, la société Tonavenir.net propose une « formule sérénité », qui comprend des conseils d’orientation, une aide à l’écriture de lettres de motivation, et même la gestion du dépôt des vœux sur la plateforme… »[6].

Une imbrication croissante État/marché

Toutes les activités au sein du marché privé de l’orientation n’œuvrent pas d’une façon isolée. Oller, Pothet et van Zanten observent une imbrication croissante du rôle de l’État avec celui d’acteurs issus de la sphère marchande. C’est notamment le cas des salons de l’enseignement supérieur organisés par des groupes de médias privés – à l’instar de L’Étudiant, ou encore de Studyrama – qui revendiquent néanmoins de remplir une mission d’intérêt public en bénéficiant de surcroit d’une forte reconnaissance de la part de l’État : l’information sur les salons est largement relayée par l’Office national de l’information sur les enseignements et les professions, les Conseils régionaux et les Rectorats. Ces acteurs parrainent souvent symboliquement les salons de l’orientation en y envoyant des représentants, ou financièrement en affrétant des cars pour que les lycéens puissent s’y rendre. Ces derniers peuvent y rencontrer des enseignants du supérieur, mais surtout des étudiants ou d’anciens étudiants venus faire la promotion de leur formation et témoigner de leurs parcours. Ces salons créent ainsi des espaces pour s’informer et recevoir des conseils individualisés, et entrainent chez les lycéens des processus d’identification concernant leur futur cursus[7]. Les organisateurs de ces salons, notamment à travers le choix des thématiques et des intervenants de conférences, laissent entrevoir un avenir où tout est possible, où priment la motivation et les désirs au détriment des résultats scolaires. Cette vision de l’orientation profite en particulier aux établissements d’enseignement supérieur privés, dont certains sont accessibles hors procédure Parcoursup et qui connaissent depuis quelques années une forte croissance.

Notes

[1] Oller, A.-C. (2020). Le coaching scolaire. Presses Universitaires de France.

[2] Lehner, P. (2020). Les conseillers d’orientation : Un métier impossible. Presses Universitaires de France.

[3] Cour des Comptes. (2020). Accès à l’enseignement supérieur : Premier bilan de la loi orientation et réussite des étudiants.

[4] Oller, A.-C. (2020). Op. cit.

[5] Guichard, J. (2019). Le « rapport Charvet » : Une refondation de l’orientation ? L’orientation scolaire et professionnelle, 48 (3), 301-320.

[6] Allouch, A. (2018, 1er avril). Parcoursup, au risque d’être coincé dans une mauvaise voie. Le Monde diplomatique.

[7] Oller, A.-C., Pothet, J., et van Zanten, A. (2021). Le cadrage « enchanté » des choix étudiants dans les salons de l’enseignement supérieur. Formation emploi, 155(3), 75-95.

Pour en savoir plus :

Lauricella, M. (2023). Parcoursup : réguler et rationaliser l’accès à l’enseignement supérieur. Dossier de veille de l’IFÉ, n°142, janvier. ENS de Lyon.
http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA-Veille/142-janvier-2022.pd

 


2 réflexions sur « Vers une marchandisation de l’orientation »

  1. Bonjour,
    Je suis navré de devoir vous signaler une erreur factuelle dans l’introduction de votre texte. Le passage concerné est le suivant :
    “En effet, avec la suppression des filières pour les baccalauréats technologique et général, les élèves choisissent en classe de première et de terminale des enseignements de spécialité.”

    Les filières ont bien été supprimées en voie générale avec le choix des spécialités, mais ce n’est pas le cas de la voie technologique dans laquelle les séries existent toujours. Leur structuration a été adaptée au même format que celui de la voie générale (trois spécialités en première, deux en terminales), mais leur choix n’est pas libre : le choix d’une série technologique impose le choix des spécialités, en première comme en terminale.

    Bien cordialement,

    Rémy HERVE

    1. Bonjour, je vous remercie pour votre lecture attentive. Je vais modifier ce texte en prenant en compte votre remarque. Cordialement

Les commentaires sont fermés.