Quelques propositions de Claude Thélot pour une réforme modérée du lycée

Dans un entretien accordé à l’AEF le 10 avril dernier (dépêche n°112404), Claude Thélot livre quelques éléments d’analyse pour une réforme “modérée” du lycée que nous soumettons ici à vos réactions.

Selon lui, les efforts de réforme devraient en effet porter davantage sur d’autres segments du système éducatif, en particulier l’école primaire et le collège, ou bien se concentrer sur l’articulation lycée / enseignement supérieur, jugée clairement défaillante. Plaidant que le lycée ne fonctionne somme toute pas si mal, il propose donc quelques aménagements, “à la marge” d’une réforme structurelle qu’il estime en revanche nécessaire : celle d’une évolution vers ce qu’il appelle une “politique de la ressource éducative”, redéfinissant en profondeur le métier d’enseignant (formation, recrutement, évaluation, salaire, etc.). Faisant écho aux travaux réalisés lors du débat national sur l’avenir de l’école en 2003-04 (Pour la réussite de tous les élèves), les propositions faites sont donc à replacer dans ce contexte d’aménagement et sont formulées en 4 points.

“goûts et diversification”

Si le collège est le lieu par excellence de l’unité, le lycée doit permettre aux jeunes, (théoriquement) munis d’un socle commun de connaissances et de compétences, d’accéder à des parcours diversifiés pour s’orienter raisonnablement selon leurs goûts et leurs aspirations. Ce principe, fondateur, se décline en différents points :

  1. avoir des filières générales (1ère et terminale) plus “colorées”, c’est à dire plus positivement distinctes les unes des autres
  2. aider les collégiens et élèves de 2nde à déterminer ce qu’ils préfèrent, grâce à une vraie “éducation aux choix”
  3. permettre des reconversions si un premier choix s’avère inadapté

“information et orientation actives”

Excluant une sélection plus forte à l’entrée des universités, Claude Thélot développe cependant l’idée d’une nécessaire transparence sur le sens des filières du secondaire et sur les pré-requis des filières du supérieur. Autrement dit, il s’agirait de :

  • rendre plus explicite et surtout opérationnel le fait que le CAP et le bac pro sont des diplômes d’insertion, tandis que le BEP, le bac général et le bac technique sont des diplômes de poursuite d’études
  • demander à chaque université de rendre ses pré-requis explicites pour réussir dans tel ou tel premier cycle (et pas seulement les taux de réussite)
  • rendre plus explicite et surtout opérationnel le fait que les études technologiques conduisent à entrer dans une classe de BTS ou dans un IUT, alors que les filières générales du lycée destinent leurs élèves à des études universitaires ou des classes préparatoires.

Dans cette perspective, l’expérimentation autour de l’orientation active doit non seulement être généralisée, mais étendue en amont de la classe terminale ; le rôle de guidance du professeur principal est ici fondamental.

“contenus pédagogiques et horaires”

Au-delà de la question de l’allègement des horaires de cours, c’est l’idée de renforcer l’identité de chaque filière qui domine ici. Pour rendre l’ensemble des filières plus lisibles dans une logique de parcours diversifiés, pour éviter de valoriser une seule et même filière au détriment de toutes les autres…

Dans le schéma que Claude Thélot propose, la classe de 2nde doit incarner pleinement le lieu du choix entre les différentes filières du lycée, alors que la dernière année du collège est celle du choix entre voie professionnelle ou non professionnelle. Cette éducation aux choix doit s’appuyer sur un renforcement de l’aide individualisée, amorçant ainsi l’évolution du métier d’enseignant “au service du progrès des élèves”.

S’agissant des filières mêmes, il préconise une reconfiguration des 3 filières générales actuelles (scientifique, littéraire, économique et sociale) et l’introduction d’une nouvelle filière (santé et action sociale) justifiée par les projections d’emploi à court et moyen termes. Concrètement :

  • La revalorisation de la filière littéraire passe par l’identification de plusieurs séries, en particulier une concentrée sur les langues vivantes et une autre introduisant des enseignements de droit.
  • Dans un même esprit, la filière économique et sociale inclut également une introduction au droit, ainsi qu’à la comptabilité et à l’histoire des sciences sociales, et voit ses enseignements d’anglais international renforcé ; la filière est découpée en 3 séries : une axée sur l’économie et l’entreprise, une 2e focalisée sur la sociologie et le droit, et une dernière orientée vers les mathématiques économiques et sociales.
  • Les séries S pour leur part sont davantage représentatives des sciences contemporaines, mais surtout ne permettent à leurs bacheliers de tout faire ; un enseignement renforcé d’anglais international est également souhaitable.
  • Une filière « santé et action sociale », technologique ou générale (d’emblée plus attractive), vient compléter le dispositif, permettant notamment de dégonfler la filière scientifique des effectifs qui s’orientent vers des professions para-médicales ; elle intègre en revanche ceux de l’actuelle filière STS.

Outre les recompositions nécessaires tant au niveau des matières principales que des options, Claude Thélot insiste sur l’importance des TPE – travaux personnels encadrés – qui doivent être maintenus en classe de 1ère et réintroduits en terminale. Conçus comme une forme d’initiation à la fois au travail personnel et au travail d’équipe, ces travaux misent sur la capacité d’initiative des lycéens et ne prennent réellement tout leur sens que dans la réédition.

A ce stade, son schéma ne prévoit pas de refonte structurelle du baccalauréat. La rénovation du diplôme doit s’inscrire dans la continuité des aménagements antérieurs, et donc intervenir à l’issue de la recomposition des filières, sans bouleverser totalement le dispositif. Elle sera donc guidée par l’agencement des matières propres à chaque filière, et des options proposées.

“moyens et investissement”

Sur le principe, toute réforme – volontariste – relève a priori d’un investissement (et non d’une simple réduction des moyens). A ce titre, 3 axes de développement sont pointés par l’auteur :

  • Il convient de créer davantage de classes de BTS, surtout tertiaires, et de conditionner le financement de ces classes par un engagement des directions d’établissements et des équipes pédagogiques à les alimenter en priorité avec des bacheliers technologiques (et donc de prévoir d’évaluer cet engagement).
  • L’offre des options au lycée doit être conçue davantage en lien avec le bassin de formation, et pas seulement au niveau d’un établissement, même si cette mise en cohérence géographique implique plus de flexibilité de la part des établissements scolaires et des familles.
  • La revalorisation de la voie professionnelle doit, au-delà des discours, devenir une réalité. La question de la labellisation des “lycées de métiers“, soulevée par la Cour des comptes, mérite dans ce cadre d’être élucidée. Si l’évaluation de ces extensions est positive, ce label doit pouvoir être promu plus largement.
    Enfin, le développement de l’alternance sous statut scolaire est estimé indispensable ; la création d’un statut du lycéen professionnel pourrait conforter cette position intermédiaire entre le lycéen général ou technologique d’une part et l’apprenti d’autre part ;  des accords seraient alors signés avec les collectivités et entreprises d’accueil, une rémunération serait également attachée à ce statut.

[NB : Si vous souhaitez remonter à la source et n’avez pas accès aux dépêches de l’AEF, vous pouvez consulter ce compte-rendu d’une intervention de Claude Thélot à un séminaire de l’APMEP en juillet 2008 sur le thème Du collège unique au lycée unique. Les idées développées sont sensiblement les mêmes.]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.