Jeunesses rurales et enseignement supérieur: des choix sous contraintes

Pourquoi, en France, le taux de diplômé·es de l’enseignement supérieur se réduit-il à mesure que l’on s’éloigne des grandes villes ? Pourquoi les choix de formations postbac des lycéen·nes issues des zones urbaines diffèrent-ils de ceux des lycéen·nes résidant dans des zones rurales ? Finalement, comment les territoires ruraux façonnent-ils les aspirations des jeunes qui y grandissent ? L’Edubref n° 16 « Jeunesses rurales et enseignement supérieur : des choix sous contraintes » propose en 4 pages quelques pistes de réflexion pour répondre à ces questions.

Cette synthèse croise des travaux issus de recherches en géographie sociale, en sociologie et en sciences de l’éducation, ainsi que des rapports institutionnels. Ils articulent deux approches pour analyser l’influence du territoire sur les choix d’orientation et la réussite étudiante : la géographie de l’offre de formation et les déterminants géographiques et sociaux des trajectoires d’études.

L’Edubref dresse ainsi en premier lieu un panorama quantitatif des choix d’orientation des jeunesses rurales. Si ces lycéen·nes s’orientent davantage vers des Brevets de Technicien Supérieur (BTS) ou des Instituts Universitaires de Technologie (IUT) par rapport aux bachelier·ères des métropoles urbaines, ces choix reflètent pour partie l’inégale répartition territoriale des formations d’enseignement supérieur. Les formations universitaires longues et/ou prestigieuses se concentrent en effet dans les grandes villes, tandis que les territoires ruraux plus isolés proposent essentiellement des formations courtes et professionnelles.

Pour les jeunes ruraux dont les ressources financières sont en moyenne moins élevées que celles des habitant·es des métropoles, s’engager dans des études longues signifie donc quitter le lieu de résidence familial, impliquant des couts économiques, mais également des « couts cachés » d’ordre social et psychologique. Partir faire des études dans de grands centres urbains provoque un déracinement durable, car les chances d’un retour en milieu rural sont plus faibles quand est diplômé·e, les campagnes étant peu pourvoyeuses de main-d’œuvre hautement qualifiée.

Pour répondre à cette problématique, le projet Include, démonstrateur numérique de l’enseignement supérieur, dont l’Institut Français de l’Éducation est partie prenante, s’intéresse entre autres aux usages numériques pour l’orientation des lycéen·nes et étudiant·es selon leur ancrage territorial. En ce sens, une enquête est en cours dans l’Académie de Lyon auprès des acteur·trices de terrain pour (re) penser la mobilisation du numérique, lever les freins liés aux territoires, et améliorer le parcours de formation vers le supérieur.

Pour télécharger l’Edubref n° 16 « Jeunesses rurales et enseignement supérieur : des choix sous contraintes », cliquer ici !

Pour retrouver l’ensemble des EduBref déjà parus, cliquer ici.



Citer ce billet
Marie Lauricella (2023, 28 juin). Jeunesses rurales et enseignement supérieur: des choix sous contraintes. Éduveille. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o43i