La classe virtuelle : entre continuités et ruptures

La « classe virtuelle » – c’est-à-dire l’enseignement synchrone par le moyen d’un système de visioconférence – ne reproduit pas les conditions de l’enseignement-apprentissage en présentiel ; elle comporte son lot de contraintes, crument mises en lumière par le passage imposé à la « continuité pédagogique » lors de la crise sanitaire du printemps 2020. Celles et ceux qui étaient peu préparé·es ont dû, dans l’urgence et à tous les niveaux de scolarité, développer de nouvelles compétences et pratiques au sein de possibilités institutionnelles réinterrogées.

L’enseignement-apprentissage à distance est devenu un enjeu d’intérêt public, fortement médiatisé et occupant une place importante dans l’actualité institutionnelle et universitaire : de nombreuses publications, formations et évènements tâchent de « faire le point » sur ce que l’on peut retenir, ou non, des expériences d’enseignement-apprentissage à distance vécues lors des confinements aux niveaux primaire, secondaire ou universitaire. Dans le même temps, la « soutenabilité » (pédagogique et didactique, mais aussi économique, juridique, éthique et environnementale) des dispositifs de formation à distance est désormais interrogée. Au sein de ces dispositifs, la classe virtuelle suscite un intérêt grandissant, afin de conjuguer des bénéfices de l’enseignement à distance et en présence.

Ce contexte nous conduit, dans le Dossier de veille no 141 intitulé La classe à distance : quelles reconfigurations des pratiques ?, à examiner l’enseignement-apprentissage à distance en ligne[1], et en son sein un dispositif particulièrement d’actualité, la classe virtuelle. Comment cette dernière réinterroge-t-elle l’enseignement et l’apprentissage ? Ce Dossier a pour visée de dépasser certaines représentations floues, voire contradictoires, sur la formation à distance et en ligne – son (in)efficacité, sa logique de marché, les difficultés techniques, motivationnelles, pédagogiques ou cognitives qu’elle engendre, ou, au contraire, son accessibilité pour tous·tes, la démocratisation du savoir qu’elle permettrait. Tout au long du Dossier, le focus sur la « classe virtuelle » explicite en quoi celle-ci se situe au sein de et en continuité avec les évolutions politiques, stratégiques et technologiques de la formation à distance et en ligne, mais aussi comment, par le biais de ses médiatisations et médiations nécessitant des compétences spécifiques (d’ordre relationnel, technologique, interactionnel, pédagogique, didactique, ou encore en ingénierie pédagogique), elle réinterroge profondément l’agir enseignant. En effet, la classe virtuelle entraine une modification de la conception de l’enseignement et du rapport au savoir, de la relation entre l’enseignant·e et l’apprenant·e, et enfin du rapport de l’enseignant·e à sa propre pratique.

Alors, continuités ou ruptures avec la classe en présence ? La classe virtuelle bouscule les repères pour en construire de nouveaux, ce qui, en retour, pourrait modifier les pratiques… du présentiel.

Pour aller plus loin :

Fenoglio, P. (2022). La classe à distance : quelles reconfigurations des pratiques ? Dossier de veille de l’IFÉ 141, décembre. ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA-Veille/141-decembre-2022.pdf


[1] La formation à distance est abordée au sein de questionnements plus larges sur les apports et limites des technologies pour enseigner et apprendre dans les Dossiers 41 (Poyet, 2009), 79 (Thibert, 2012) et 78 (Endrizzi, 2012).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.