Etats-Unis : les élèves pauvres et issus des minorités se font « rouler »

Dans le contexte du No Child Left Behind Act, le ministre de l’éducation américain vient de demander des comptes aux états sur leur façon d’assurer l’égalité de tous les élèves en matière de qualité de l’enseignement. Il apparaît en effet que les enfants pauvres ou provenant de minorités raciales sont largement défavorisés par la répartition géographique des enseignants qualifiés à travers le pays. Les auteurs précisent que les enseignants les moins « qualifiés » sont ceux qui possèdent le moins d’expérience et ont un cursus universitaire court ou inexistant. On notera à ce propos qu’il n’est pas obligatoire aux Etats-Unis d’avoir un diplôme national dans la matière enseignée, ni-même un niveau licence, contrairement à la France.

Heather G. Peske et Kati Haycock dans un rapport intitulé Teaching Inequality : How Poor and Minority Students Are Shortchanged on Teacher Quality publié au mois de juin par Education Trust, analysent l’impact de la répartition des enseignants dans trois états pilotes (Illinois, Ohio et Wisconsin) désireux de remédier à ce problème d’inégalité. Tous les tableaux indiquent clairement que les enseignants les plus novices sont catapultés dans les écoles qui accueillent une majorité d’enfants issus de milieux pauvres et défavorisés.Le deuxième objectif du rapport est de montrer comment cette répartition influe sur les résultats scolaires de ces élèves. Les auteurs listent les recherches scientifiques les plus pertinentes qui confirment que la réussite des élèves dépend de la qualité de l’enseignement. Par exemple :

Ces recherches concluent que le niveau de littérisme des enseignants est le facteur le plus déterminant pour assurer non seulement une meilleure scolarité aux élèves mais également pour les préparer aux études supérieures. Par ailleurs, les auteurs constatent qu’il faut au moins deux ans d’expérience aux enseignants pour travailler efficacement.

Pour Education Trust, la conséquence la plus déstabilisante est l’iniquité engendrée entre les enfants alors que l’école publique devrait être la même pour tous, ou même, aider plus ceux qui en ont le plus besoin et inverser la tendance.

Le rapport tire la sonnette d’alarme en proposant son « Plan pour l’égalité », notamment donner plus de pouvoirs aux chefs d’établissements en matière de recrutement, encourager les enseignants en leur donnant des primes pour aller dans les zones difficiles et en leur accordant un temps de vacances plus important, augmenter leur nombre et diminuer celui des élèves par classe (l’équivalent des ZEP françaises en quelque sorte) ou encore mieux les former.



Citer ce billet
Olivier Rey (2006, 3 juillet). Etats-Unis : les élèves pauvres et issus des minorités se font « rouler ». Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3fs