Construire une recherche ensemble : comment et jusqu’à quel point ?

Quelles sont les logiques et tensions à l’œuvre dans les recherches collaboratives, présentes en éducation (ex. Desgagné et al., 2001 ; Vinatier et Morissette, 2015 ; Aldon et al., 2020), et plus généralement dans les sciences sociales ?

Le colloque de clôture de la recherche collaborative Pop-Part « Les quartiers populaires au prisme de la jeunesse » (projet ANR), coordonnée par M.-H. Bacqué et J. Demoulin (université Paris Nanterre) [1], qui a eu lieu les 29 et 30 juin 2022 à l’université Paris Nanterre, est l’occasion de revenir sur cette question. La première journée du colloque examinait des enjeux transdisciplinaires d’ordre méthodologique, éthique et épistémologique sur les recherches collaboratives, la seconde journée étant consacrée aux résultats.

Nous revenons ici sur la première journée, et en particulier sur la question de savoir comment, et jusqu’à quel point, construire une recherche ensemble. En effet, les recherches collaboratives placent le décentrage (des statuts, des rôles, des positionnements), la prise de risque (tout nécessiterait d’être transparent en amont, mais c’est une plongée dans le vide faite de revirements, qui nécessite de la régulation au fil de l’eau), et la réflexivité des participant·es au centre du processus de recherche. Ce dernier devient un résultat en soi, au-delà du processus d’analyse et d’interprétation des données recueillies. Quelles sont alors les logiques et tensions à l’œuvre, en lien avec le processus de recherche, les actrices et acteurs impliqué·es et, in fine, la fabrique, mais aussi la restitution, des connaissances au sein de recherches collaboratives ?

La recherche Pop-Part, de quoi s’agit-il ?

Les questions au cœur de la recherche Pop-Part sont les suivantes : « Qu’est-ce qu’être jeune dans un quartier populaire ? À quelle expérience sociale, urbaine, familiale, à quelles visions de sa place dans la société et dans le territoire cela renvoie-t-il ? »[2]. Pour rompre avec des images de cette jeunesse véhiculées par les médias (délinquance, violence, trafics, etc.), le projet de recherche avait pour objectif de construire, en partant des savoirs et points de vue des jeunes, une représentation plus juste des jeunes des quartiers populaires, prenant en compte la diversité des trajectoires et des situations et évitant le double écueil de la stigmatisation d’une part, et de la vision romantique de cette jeunesse de l’autre[3].

Concrètement, 120 jeunes de 18 à 25 ans[4], inscrit·es dans la sociabilité de leur quartier (donc pas les plus marginalisé·es), et rétribué·es financièrement pour la participation à ce projet, une quinzaine d’actrices et acteurs locaux (des professionnel·les de la jeunesse ou des militant·es œuvrant dans des associations ou des municipalités) et une quinzaine de chercheur·es (venus de la géographie, l’urbanisme, la sociologie, l’histoire, les sciences de l’éducation et de la formation ou de l’architecture) ont contribué au projet, qui s’est déployé sur 10 « terrains »[5] de la région parisienne. Dans un premier temps, les jeunes ont participé à des ateliers animés selon des méthodes issues de l’éducation populaire (cartes mentales, parcours commentés, capsules vidéos, travail sur les mots du quartier, etc.). À partir de ce travail, des entretiens individuels ont été conduits. Puis, deux week-ends ont été destinés aux analyses et à un travail autour des mots du quartier, avec les jeunes.

La terminologie (recherche collaborative, participative, partenariale…) n’a pas été particulièrement mise en discussion lors du colloque. Cependant, les objectifs des différents types de « recherches engagées » (terme « parapluie » utilisé à plusieurs reprises au sujet des recherches collaboratives, recherches actions, etc.) ont été organisés autour de trois pôles : (1) construire une recherche plus en prise avec la société ; (2) déconstruire la fabrique ou la production des connaissances ; (3) soutenir des groupes sociaux dans la remise en cause de structures dominantes. Les recherches collaboratives participeraient à ces différents objectifs, et particulièrement à ceux du pôle 2.

Les enjeux sous-jacents à la coconstruction de la recherche ont été catégorisés en trois sous-groupes : des enjeux démocratiques et de rapport à l’action (ouvrir la production de connaissances à des personnes qui n’y ont en général pas leur place ; mieux répondre aux préoccupations sociales ; pratiquer une sociologie engagée pour éclairer des mouvements sociaux) ; des enjeux épistémologiques (prendre en compte la diversité des savoirs ; conduire des analyses ensemble et en dialogue pour coconstruire des savoirs) ; des enjeux émancipatoires (affirmer un « droit à la recherche » ; interroger les relations entre savoir et pouvoir ; aller dans le sens d’une « décolonisation des savoirs » ; interroger le positionnement des chercheur·es par rapport à la société).

retour au sommaire

Les étapes de la recherche… et les limites de la coconstruction

Dans une telle recherche, les différentes phases se négocient, car les enjeux de chacun sont différents. Des décalages et déséquilibres sont donc à l’œuvre.

    • La question de recherche, tout comme la définition du protocole ont été ici dans un premier temps le fait du travail des chercheur·es (dans la phase de demande de financement), mais elles ont ensuite été discutées avec les actrices et acteurs locaux.
    • Le recrutement des jeunes a vu se croiser des logiques d’animation et de recherche : les partenaires associatifs souhaitaient enrôler des jeunes qui sont forces de proposition, les chercheur·es voulaient un groupe hétérogène (scolarisé·es, en formation professionnelle, en emploi, au chômage, éloigné·es des institutions… au risque qu’ils·elles décrochent du dispositif de recherche).
    • La production des données a été commune, mais, parmi les données recueillies, les entretiens sont restés la propriété des chercheur·es (pour des raisons liées à l’anonymat des enquêté·es et à l’accès au logiciel de traitement des données), ce qui a créé des tensions avec les actrices et acteurs locaux.
    • L’écriture scientifique est restée réservée aux chercheur·es, ce qui a mené à discuter d’une forme de « culpabilité » vis-à-vis des participant·es.

Pour certaines étapes, le travail scientifique parait donc peu accessible, ce qui pose une limite à la collaboration. Il en ressort l’importance d’annoncer les étapes de la recherche, et de considérer que différents types de recherches (« sur », « avec », etc., voir à ce sujet Monceau et Soulière, 2017) peuvent constituer différents moments d’un même projet de recherche.

retour au sommaire

Des liens et des logiques multiples à négocier entre actrices·eurs

Les jeunes ont été au centre de la recherche Pop-Part : sans elles·eux, pas de recherche possible. Il s’agissait de reconnaitre leur savoir expérientiel, de poser la question de leur émancipation, d’obtenir leur consentement éclairé (ce qui pose des questions éthiques liées aux modalités de présentation de la recherche), d’agir dans la transparence (les consulte-t-on ou les fait-on participer ?), de leur offrir un espace sûr, inclusif, garantissant liberté de parole, traitement équitable et confidentialité de leur propos. Ont-ils·elles été des « co-chercheur·es » comme l’ont dit certain·es lors des présentations ? Autre point de discussion, la question de la rétribution[6]. Celle-ci permet, selon certain·es, de les rendre actrices et acteurs à part entière, de reconnaitre leur participation comme un travail, de répondre à des besoins matériels, et de favoriser une forme de motivation. Selon d’autres, cette rétribution, pourtant ordinaire dans d’autres disciplines de recherche, interroge les motivations à l’œuvre quant à la participation, et, si elle peut répondre à des besoins matériels, reste ponctuelle.

Les intermédiaires (actrices et acteurs locaux) ont joué un rôle essentiel.  Ces partenariats sont structurants : les « gate keeper » permettent d’accéder au terrain, sont garant·es de l’espace de la rencontre pour (et le temps de) la recherche. Le mode de construction des partenariats affecte les modalités de travail des chercheur·es (adaptabilité, ouverture à l’imprévu, cadre aménagé au fil de l’eau) et des autres participant·es. Alors que des logiques structurelles et territoriales viennent s’immiscer dans celles de la recherche, le partage de valeurs, voire d’affinités, avec ces intermédiaires, s’avère central.

Les chercheur·es ont des rôles variés : tantôt chercheur·es, formatrices·eurs ou animatrices·eurs. Il s’agissait pour elles·eux de définir et de tenir ces multiples postures, dans un contexte marqué par des asymétries de statuts, sans se sentir « trop prof ».

Étaient interrogées les relations établies entre différents participant·es (asymétriques, symétriques, réciproques…), sur un terrain de recherche particulièrement sensible aux rapports de pouvoir – il s’agissait de jeunes la plupart du temps racisé·es vivant dans des quartiers populaires. Ces relations sont caractérisées par leur interdépendance, leur inscription dans des logiques diverses et dans une perspective dynamique. Ces liens peuvent être perçus comme des mises à l’épreuve : les professionnel·les voient leurs pratiques exposées aux regards des chercheur·es sur un temps long, tandis que, vice-versa, les chercheur·es voient leurs connaissances théoriques, partagées avec certains des participant·es formé·es à leurs démarches de recherche, exposées aux savoirs de la pratique (« Est-ce que ça tient sur le terrain ? »). Dans le type d’interactions verbales, ou la façon de transmettre les connaissances, la logique des actrices et acteurs locaux du champ de l’animation a parfois pris le dessus sur celle de la recherche. Lors des rencontres sur des temps longs (week-ends, voyages), les frontières entre les rôles ont eu tendance à s’effacer. La recherche s’est faite participative de manière transversale, engagée, mêlant le personnel et le professionnel. Mais sans que la notion d’horizontalité efface les différences : il s’agissait plutôt de réfléchir à des conditions d’échange « pas trop asymétriques ». Cette négociation des relations peut être porteuse de sens sur le plan épistémologique.

retour au sommaire

Quelle place donner aux participant·es à la production de connaissances scientifiques ?

La recherche Pop-Part a engendré plusieurs types de productions. Les productions participatives (avec les jeunes) ont pris la forme d’un site compagnon de l’ouvrage, dans une logique d’archivage et de science ouverte ; de vidéoguides produits par les jeunes ; d’un abécédaire[7], appuyé sur les représentations des jeunes à propos de leurs quartiers. Les productions partenariales sont diverses : un documentaire réalisé par G. Kouzan ; une pièce de théâtre, Vivaces, mise en scène par le KYGEL Théâtre, des podcasts sur le site The Conversation. Ces productions posent la question des postures professionnelles : dans le documentaire, les chercheur·es sont observé·es au même plan que les enquêté·es ; dans les podcasts, les jeunes racontent et les chercheur·es expliquent, ce qui crée une asymétrie. Le cheminement de ces productions s’est révélé partiellement autonome, les médiations se sont démultipliées : est-ce au risque d’un dessaisissement du travail des chercheur·es ? Le dernier type de productions a vu le collectif se rétrécir : même si une restitution à tou·tes les participant·es a eu lieu, le projet s’est clos sur le champ académique, sur des articles scientifiques auxquels les jeunes ne participent pas, par impossibilité de co-écrire avec quelqu’un qui ne possède pas les codes de l’écriture académique, et sur un colloque final sans jeunes (certains professionnel·les étaient présent·es).

Cet élargissement du champ des productions possibles pose plusieurs questions. Quelle relation dialectique penser entre processus de recherche en train de se faire et productions ? Comment, dans la restitution des résultats, articuler différentes productions ? Comment expliciter en amont aux participant·es les différentes productions et leurs limites, pour ne pas créer un décalage, voire une rupture de la relation, en fin de projet ? Savoir pour qui on écrit interroge l’utilité et l’accessibilité sociale de la recherche, et entre autres ce que la communauté des chercheur·es doit aux participant·es dans un contexte d’asymétrie des statuts : quel « contre-don » rend-on ? Ceci amène à clarifier les intérêts des chercheur·es dans ce type de configuration : faire une carrière académique, changer l’image d’un quartier, donner du sens à son travail ? La volonté de participer à une recherche collaborative met parfois le·la chercheur·e en défaut par rapport à d’autres de ses démarches et activités, telles que l’écriture, nécessaire à l’évaluation de son travail, d’articles scientifiques.

Ainsi, la recherche collaborative Pop-Part constitue un cas d’étude pour interroger la relation entre processus et productions de recherche. Ce dispositif de fabrication des connaissances coproduites pose la question de l’articulation des savoirs d’expérience, académiques, de leurs tensions, de leur (non)circulation, de leur évolution, de leurs hybridations possibles. En valorisant une communauté de recherche allant au-delà de la coupure entre savant et profane, elle oblige à penser des formes de restitution des résultats qui font sens pour tous·tes.

Finalement, la question de la coconstruction de la recherche renvoie à des enjeux démocratiques, épistémologiques et émancipatoires (voir Dionne et al., 2022) relevant des liens entre chercheur·es et participant·es – enjeux qui peuvent faire écho à d’autres activités, telles que l’enseignement. Cette question interroge les modalités du partenariat (qui ont une conséquence sur les résultats et les connaissances produites), le métier de chercheur·e et la finalité des recherches. Et ce type de recherche pose la question, dès le départ, du comment et jusqu’où, mais aussi de l’après : quels sont les nouveaux rapports (au langage, au savoir, au pouvoir, aux institutions) engendrés par l’expérience de recherche ? Quels sont les nouveaux besoins ?

retour au sommaire

Pour aller plus loin

Le projet Pop-Part

Les enquêtes sociologiques

    • Cornwall, A. et Jewkes, R. (1995). What is participatory research? Social Science & Medicine41(12), 1667–1676. https://doi.org/10.1016/0277-9536(95)00127-S
    • Cousin, O., Rui, S. et Touraine, A. (2010). L’intervention sociologique : histoire(s) et actualités d’une méthode. Presses universitaires de Rennes. https://doi.org/10.4000/lectures.1243
    • Genard, J.-L. et Roca i Escoda, M. (2010). La « rupture épistémologique » du chercheur au prix de la trahison des acteurs ? Les tensions entre postures « objectivante » et « participante » dans l’enquête sociologique. Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, 12(1), 139–163. https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.210
    • Purenne, A. (2018). Comment faire de la sociologie avec des jeunes habitants de quartier populaire ? Dans D. Laforgue (dir.), Le faire sociologique : Épreuves et horizons de la recherche impliquée. Université de Savoie.
    • Von Holdt, K. (2020). From ‘critical engagement’ to ‘public sociology’ and back: a critique from the South.

Les ressources existantes de la veille de l’IFé sur la jeunesse

Les recherches collaboratives en éducation

    • Aldon, G., Monod-Ansaldi, R., Nizet, I., Prieur, M. et Vincent, C. (2020). Modéliser les processus de collaboration entre acteurs de l’éducation et de la recherche pour la construction de savoirs. Nouveaux cahiers de la recherche en éducation22(3), 89-109. https://doi.org/10.7202/1081289ar
    • Desgagné, S., Bednarz, N., Lebuis, P., Poirier, L. et Couture, C. (2001). L’approche collaborative de recherche en éducation : un rapport nouveau à établir entre recherche et formation. Revue des sciences de l’éducation27(1), 33-64. https://doi.org/10.7202/000305ar
    • Dionne, P., Baribeau, et Savoie-Zajc, L. (2022). L’activité de recherche qualitative à un carrefour de visées transformatrices et émancipatrices. Recherches qualitatives, 41(1), 1-381.
    • Monceau, G. et Soulière, M. (2017). Mener la recherche avec les sujets concernés : comment et pour quels résultats ? Éducation et socialisation. Les Cahiers du CERFEE, (45).
    • Vinatier, I. et Morrissette, J. (2015). Les recherches collaboratives : enjeux et perspectives. Carrefours de l’éducation, 39, 137-170. https://doi.org/10.3917/cdle.039.0137

[1] Nous nous appuyons essentiellement sur les points de vue réflexifs (ou « méta ») des intervenant·es appelé·es à mettre en perspective les différentes communications : Y. Amsellem-Mainguy (INJEP), H. Balazard (ENTPE), M.-H. Bacqué (université Paris Nanterre), C. Bellavoine (ville de Saint-Denis), C. Bénit (université Aix-Marseille), S. Chauvel (UPEC), E. Dorier (université Aix-Marseille), S. Hadj Belgacem (université Jean Monet de Saint-Etienne), L. Lardeux (INJEP), C. Lelévrier (UPEC), L. Madzou (consultant indépendant), N. Oppenchaim (université de Tours), A. Purenne (ENTPE), J. Rivard (université de Montréal), S. Veermeersch (INSHS), E. Zambeaux (journaliste). Dans l’esprit du collectif Pop-Part et pour ne pas alourdir le texte, nous ne les citons pas dans le billet.

[2] Source : https://jeunesdequartier.fr/pages/jeunes-de-quartier-un-projet-collectif-de-recherche

[3] Quelques ressources existantes de la veille de l’IFé sur la jeunesse figurent dans la section « Pour aller plus loin » en fin de billet.

[4] Pour en savoir plus sur les profils de ces jeunes : https://jeunesdequartier.fr/articles/les-jeunes-de-la-recherche-poppart

[5]  Aubervilliers – La Maladrerie ; Clichy-sous-Bois ; Corbeil-Essonnes – Les Tarterêts ; Nanterre – Le Petit-Nanterre ; Pantin ; Paris 18 ; Saint-Denis – Basilique ; Suresnes – Cité-jardin, Centre-ville, Cité des Chênes ; Vert-Saint-Denis ; Villeneuve-la-Garenne – La Caravelle.

[6] Cette indemnisation reposait sur leur « engagement à participer aux ateliers locaux, à un entretien individuel
avec un·e chercheur·e et à deux journées de travail avec l’ensemble des participants de la recherche. L’indemnisation a été individuelle sur certains terrains tandis qu’elle a contribué au financement d’un projet collectif sur d’autres ». (Source : https://jeunesdequartier.fr/pages/jeunes-de-quartier-un-projet-collectif-de-recherche).

[7] Même si la place du et le rapport au langage de ces jeunes n’ont pas fait l’objet de plus de discussions lors du colloque final – malgré la mention « Le pouvoir des mots » dans le titre de l’ouvrage issu de la recherche, et l’abécédaire sur le site compagnon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.