Santé des jeunes : pour une renaturation généralisée

Le collectif « Tous dehors » a signé le 13 juin 2022 une tribune « Nous avons besoin de politiques ambitieuses pour permettre à chacun de vivre des expériences de nature dès le plus jeune âge ». Outre l’importance de ces expériences de nature pour les apprentissages, en notamment de la biodiversité, de nombreuses recherches récentes soulignent l’importance du contact avec la nature — parc urbain ou milieux naturels tels que forêt, plage … — pour la santé humaine, en particulier celle des enfants (Beery & Jørgensen, 2017). Des études épidémiologiques s’accumulent et révèlent le lien entre l’environnement et la santé. Ainsi, une étude abondamment relayée a montré l’influence positive sur la réduction du stress[1] du temps d’exposition à la nature, concluant à la préconisation d’une pratique libre et choisie de deux heures par semaine dans la nature (White et al., 2019).

Concernant la santé physiologique, l’« hypothèse de la biodiversité » pose le fait qu’une faible biodiversité dans l’environnement de vie moderne peut conduire à un système immunitaire déficient et, par conséquent, augmenter la prévalence des maladies à médiation immunitaire[2] (Roslund et al., 2020). En effet, l’incidence de ces maladies connait une forte augmentation dans les sociétés développées. Les voies immunologiques étant interconnectées aux microbiotes[3] humains dont le développement dépend de l’exposition microbienne environnementale, le système immunitaire est régulé par l’environnement naturel (Rook, 2013). Le contact avec l’environnement naturel enrichit le microbiome humain[4], promeut l’équilibre immunitaire et protège des allergies et des désordres inflammatoires (Haatela, 2019). Des données empiriques ont montré qu’il y a moins d’allergies (rhume de foins, eczéma, conjonctivite) dans un milieu riche en microbes. Ainsi, les Amish ou les enfants d’éleveurs bovins qui vivent dans des milieux fortement chargés en allergènes n’ont pas d’asthme (Robin, 2020). Compte tenu de cette influence du milieu de vie, la biodiversité des extérieurs de crèches urbaines finlandaises a été enrichie avec des sols forestiers et du gazon. Cette intervention a exposé les enfants à un large spectre de microbes[5], et a eu un impact sur le microbiote intestinal des enfants et la diversité microbienne de leur peau. Elle a été associée à une sécrétion accrue de cytokines[6] renforçant le système immunitaire. Les résultats de cette étude confirment « l’hypothèse de la biodiversité ».  

De nombreuses études ont établi par ailleurs un lien entre le sentiment de connexion à la nature et la santé mentale (Harvey, 2020), par exemple sur la cognition, la réduction du stress, le sentiment de sécurité et la facilitation des interactions sociales (Hinds, 2011 cité par Marchionni, 2019) ou encore le bienêtre, la santé, le bonheur et une vie « satisfaisante et pleine de sens » (Barrera-Hernandez et al., 2020)[7].  « L’accès de proximité à la nature est le support d’une enfance de qualité » (Beery & Jørgensen, 2017). De même, les adultes ayant vécu un contact authentique avec la nature dans leur enfance tendent à manifester une santé psychique plus équilibrée, moins affectée par la nervosité, la frustration et la dépression.  (Papadopoulou & Akaterini, 2020).

Une « synergie de littérature » réalisée par des chercheurs suisses en psychologie pointe les nombreuses conséquences négatives de la crise climatique et environnementale sur la santé mentale des enfants et démontre les effets bénéfiques de l’exposition au végétal en milieu urbain : diminution de la détresse psychologique, de la dépression, des troubles anxieux de la schizophrénie, ralentissement du déclin cognitif, impact sur le développement et diminution des difficultés émotionnelles et comportementales, en particulier l’inattention et l’hyperactivité (Thoma & Rohleder, 2021). Une recherche néo-zélandaise montre une réduction significative du risque de trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) lors d’une exposition précoce à un environnement naturel (enfants ayant grandi dans une aire rurale avec une riche biodiversité) (Donovan et al, 2019). De même, dans une étude de grande ampleur chez les élèves grecs, les symptômes les jeunes manifestant un trouble déficitaire de l’attention (TDA) devenaient moins intenses et plus faciles à gérer après des activités dans des espaces avec aménagement paysager (Papadopoulou & Akaterini, 2020).

Ces études sont à mettre en relation avec l’hypersensibilité sensorielle des personnes autistes, agressée par l’artificialité du monde, sa rapidité et sa fragmentation spatiale. Percevant le monde de façon analytique, sensibles au bruit, à la lumière, aux mouvements, au toucher ou à l’odorat, elles apprécient l’harmonie et la cohérence d’un environnement naturel et vivant (Marchionni, 2019).

« Selon Gullone (2000), le mode de vie induit par les sociétés modernes industrialisées compromet le bien-être mental des individus et entraînerait une augmentation de la prévalence de certaines maladies mentales, telles que la schizophrénie et la dépression. » (Marchionni, 2019).

À titre d’illustration, la Grande Bretagne est caractérisée par un très fort taux d’urbanisation, qui fait que moins de 10 % des enfants sont en lien avec des environnements naturels. Dans ce pays, la proportion d’enfants et de jeunes diagnostiqués comme souffrant d’une affection mentale de longue durée a été multipliée par six depuis 1995 pour atteindre 12,8% de la population (Harvey, 2020). En France, en mai 2022, face à l’aggravation de l’état psychique des enfants la défenseure des droits des enfants demande que la santé mentale des jeunes devienne une priorité[8].

De plus, ce « déficit de nature » amplifie la vulnérabilité biopsychosociale (Thoma & Rohleder, 2021). Une des conclusions de la revue systématique d’évaluation de programmes sur le sujet conclue que le verdissement des cours d’école est une intervention viable pour réduire les écarts d’équité en matière de santé et améliorer la santé des enfants, indépendamment de leur origine raciale ou ethnique ou du statut socio-économique du quartier résidentiel (Bikomeye et al., 2021). L’éducation basée sur la nature a en particulier un impact sur la santé des jeunes de faibles revenus. La responsabilité de garantir un accès de proximité à la nature pour les enfants doit être partagée : les éducateurs, les parents, les responsables de la santé publique, les paysagistes, les urbanistes, etc. (Beery & Jørgensen, 2017 ; Bratman, 2021). Une large étude internationale (Etats Unis, Canada, Royaume uni, Suède, Allemagne, Pays Bas, et Chine) basée sur le Natural Capital Project’s InVEST models (Integrated Valuation of Ecosystem Services and Tradeoffs) conclue que, compte tenu de « l’evidence based » des bénéfices du contact de nature — essais cliniques, études de cohortes, essais randomisés contrôlés — il importe de favoriser l’accès à la nature pour lutter contre les inégalités significatives de santé (Bratman et al., 2021). Ainsi, de façon générale, les environnements extérieurs verts sont largement reconnus comme des espaces facilitant la santé, l’activité physique, le bien-être, l’apprentissage, le développement cognitif des enfants (Almers et al., 2020) comme le montre encore une récente revue systématique examinant des études expérimentales ayant mis en évidence l’impact positif de la végétalisation des cours d’école sur l’activité physique et la santé socio-émotionnelle des enfants (Bikomeye et al., 2021).

Des recherches évaluatives se développent pour mesurer l’efficacité de programmes éducatifs centrés sur des pratiques en extérieur et dégagent des résultats psychologiques positifs et significatifs, une amélioration de l’état émotionnel, un traitement de l’anxiété. Ainsi en est-il d’un programme hebdomadaire de soutien de la biodiversité avec des observations et des aménagements dans la cour d’école (Harvey et al., 2020), et de six semaines de leçons basées sur la nature chez des élèves du primaire (3ème année) (Rian & Coll, 2021). Les auteurs de cette dernière étude concluent que ce type d’intervention présente un bon rapport cout-bénéfice, et s’intègre facilement dans les curriculums existants. 

« La crise écologique, la crise d’une économie néolibérale prédatrice et violente et la crise du modèle biomédical ont sans doute en commun d’être une crise du rapport que nous entretenons à « la nature » qu’elle soit nature en nous (le corps), la nature entre nous (le milieu dans sa double dimension spatiale et temporelle) ou à la nature en dehors de nous (l’environnement). Elle se présente comme une crise du lien (nous ne saisissons plus ce qui nous lie à la nature (…) et une crise de la limite (le tout est possible des fictions technologiques et économiques déterritorialisée, questionnées par une anthropologie de la finitude) » (Pierron, 2019, p 29).

Les études rassemblées ici sont autant d’arguments pour reconsidérer ce rapport à la nature et faire une plus grande place au végétal dans les aménagements urbains afin de favoriser la biodiversité dans le quotidien des jeunes. En référence à un article de Hauk (2017), il s’agit de reconquérir et régénérer des espaces de vie pour une meilleure résilience de tous, au bénéfice de la santé, du bienêtre et de la vie.

 

Références bibliographiques

  • Almers, E., Askerlund, P., Samuelsson, T., & Waite, S. (2020). Children’s preferences for schoolyard features and understanding of ecosystem service innovations – a study in five Swedish preschools. Journal of Adventure Education and Outdoor Learning, 0(0), 1‑17. https://doi.org/10.1080/14729679.2020.1773879
  • Beery, T., & Jørgensen, K. A. (2018). Children in nature : Sensory engagement and the experience of biodiversity. Environmental Education Research, 24(1), 13‑25. https://doi.org/10.1080/13504622.2016.1250149
  • Bikomeye, J. C., Balza, J., & Beyer, K. M. (2021). The Impact of Schoolyard Greening on Children’s Physical Activity and Socioemotional Health : A Systematic Review of Experimental Studies. International Journal of Environmental Research and Public Health, 18(2), 535. https://doi.org/10.3390/ijerph18020535
  • Bratman, G. N., Anderson, C. B., Berman, M. G., Cochran, B., Vries, S. de, Flanders, J., Folke, C., Frumkin, H., Gross, J. J., Hartig, T., Kahn, P. H., Kuo, M., Lawler, J. J., Levin, P. S., Lindahl, T., Meyer-Lindenberg, A., Mitchell, R., Ouyang, Z., Roe, J., … Daily, G. C. (2019). Nature and mental health : An ecosystem service perspective. Science Advances, 5(7), eaax0903. https://doi.org/10.1126/sciadv.aax0903
  • Donovan, G. H., Michael, Y. L., Gatziolis, D., Mannetje, A. ’t, & Douwes, J. (2019). Association between exposure to the natural environment, rurality, and attention-deficit hyperactivity disorder in children in New Zealand : A linkage study. The Lancet Planetary Health, 3(5), e226‑e234. https://doi.org/10.1016/S2542-5196(19)30070-1
  • Haahtela, T. (2019). A biodiversity hypothesis. Allergy, 74(8), 1445‑1456. https://doi.org/10.1111/all.13763
  • Harvey, D. J., Montgomery, L. N., Harvey, H., Hall, F., Gange, A. C., & Watling, D. (2020). Psychological benefits of a biodiversity-focussed outdoor learning program for primary school children. Journal of Environmental Psychology, 67, 101381. https://doi.org/10.1016/j.jenvp.2019.101381
  • (2017). The new “Three Rs” in an Age of Climate Change : Reclamation, Resilience, and Regeneration as Possible Approaches for Climate-Responsive Environmental and Sustainability Education. Journal of Sustainability Education, 12. http://www.susted.com/wordpress/content/the-new-three-rs-in-an-age-of-climate-change-reclamation-resilience-and-regeneration-as-possible-approaches-for-climate-responsive-environmental-and-sustainability-education_2017_02/
  • Marchionni, A.-L. (2019). L’autisme à l’épreuve des normes sociales : Ville‑carcan et nature‑liberté. Sociétés Plurielles, 3, 23.
  • Papadopoulou, A., Kazana, A., & Armakolas, S. (2020). Education for sustainability development via school garden. European Journal of Education Studies, 7(9). https://doi.org/10.46827/ejes.v7i9.3247
  • Pierron, J.-P. (2019). Prendre soin de la nature et des humains : Médecine, travail, écologie. Les Belles Lettres.
  • Rian, S. W., & Coll, K. M. (2021). Increased Exposure to Nature Reduces Elementary Students’ Anxiety. https://doi.org/10.1089/eco.2020.0070
  • Robin, M.-M., Morand, S., & Morand, S. P. (2021). La fabrique des pandémies : Préserver la biodiversité, un impératif pour la santé planétaire. La Découverte.
  • (2013). Regulation of the immune system by biodiversity from the natural environment : An ecosystem service essential to health. PNAS, 110 (46), 18360‑18367.
  • Roslund, M. I., Puhakka, R., Grönroos, M., Nurminen, N., Oikarinen, S., Gazali, A. M., Cinek, O., Kramná, L., Siter, N., Vari, H. K., Soininen, L., Parajuli, A., Rajaniemi, J., Kinnunen, T., Laitinen, O. H., Hyöty, H., Sinkkonen, A., & ADELE research group. (2020). Biodiversity intervention enhances immune regulation and health-associated commensal microbiota among daycare children. Science Advances, 6(42), eaba2578. https://doi.org/10.1126/sciadv.aba2578
  • Sprague, N. L., & Ekenga, C. C. (2021). The impact of nature-based education on health-related quality of life among low-income youth : Results from an intervention study. Journal of Public Health, fdaa243. https://doi.org/10.1093/pubmed/fdaa243
  • Thoma, M. V., Rohleder, N., & Rohner, S. L. (2021). Clinical Ecopsychology : The Mental Health Impacts and Underlying Pathways of the Climate and Environmental Crisis. Frontiers in Psychiatry, 0. https://doi.org/10.3389/fpsyt.2021.675936
  • White, M. P., Alcock, I., Grellier, J., Wheeler, B. W., Hartig, T., Warber, S. L., Bone, A., Depledge, M. H., & Fleming, L. E. (2019). Spending at least 120 minutes a week in nature is associated with good health and wellbeing. Scientific Reports, 9(1), 7730. https://doi.org/10.1038/s41598-019-44097-3

 

 

[1] En mesurant deux biomarqueurs physiologiques du stress – le cortisol salivaire et l’alpha-amylase.

[2] Diabète de type 1, maladies inflammatoires de l’intestin, polyarthrite rhumatoïde et sclérose en plaques.

[3] Ensemble des micro-organismes — bactéries, microchampignons, protistes — vivant chez l’humain.

[4] Microbiome : lieu de vie d’une communauté microbienne, lieu d’interactions et de coévolutions.

[5] Notamment des invertébrés microscopiques, des protozoaires, des champignons, des archées et des virus.

[6] Les cytokines sont produites en réponse à des antigènes et stimulent les cellules chargées du développement des défenses immunitaires.

[7] Une tribune Maires : aidez-nous à sortir les enfants dehors, pour leur bien-être, leur santé et la nôtre, a aussi été publiée le 12 février 2021 dans Libération.

[8]Défenseur des droits, 2022. Plan d’urgence pour la santé mentale des jeunes.  https://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/cp_-_defenseur_des_droits_-_plan_durgence_pour_la_sante_mentale_des_jeunes.pdf