« Éduquer au changement climatique passe par la construction d’une culture commune chez les enseignants »

Entretien avec Sylvie Lecherbonnier au Monde paru le 12 avril 2022. L’article original est disponible ici pour les abonnés

La sensibilisation aux enjeux environnementaux progresse à l’école, explique Anne-Françoise Gibert, chargée d’études et de recherches à l’Institut français de l’éducation, dans un entretien au « Monde ». Mais les professeurs manquent encore de temps et d’espaces pour mettre en œuvre des projets interdisciplinaires.

Selon le dernier rapport du GIEC paru lundi 4 avril, il reste trois ans pour éviter les conséquences les plus désastreuses du changement climatique. Dans ce cadre alarmant, où en est-on de l’éducation au changement climatique dans le système scolaire français ? 

Le sujet avance. Le Conseil supérieur des programmes a été saisi en 2019 pour renforcer les enseignements sur le changement climatique, la biodiversité et le développement durable, et deux circulaires développement durable sont parues en 2019 et 2020. Le programme d’enseignement scientifique de terminale générale accorde une place prépondérante au climat et à l’énergie. Il est écrit dans les textes officiels que les élèves sont appelés à être des acteurs de la transition écologique et les établissements scolaires des lieux exemplaires. La mise en place d’établissements E3D (en démarche de développement durable) en 2013 ou celle d’élèves écodélégués dans les classes à partir du CM1 en 2019 contribuent à faire évoluer le système scolaire. 

La réalité est cependant très variable d’un établissement à l’autre. Pour être activés, ces dispositifs doivent faire l’objet d’un investissement important, en termes de communication, de mobilisation des personnels ou de mise en oeuvre de partenariats.  Par ailleurs, il n’est pas sûr que tous les enseignants connaissent ces textes et ces dispositifs, surtout quand ils ne concernent pas directement leur champ disciplinaire. Et pourtant les questions climatiques ne sont pas réservées aux enseignants de SVT ou de sciences-physiques, elles touchent à beaucoup de sujets qui peuvent être traités dans la plupart des matières.

Quelles sont les particularités de l’éducation au changement climatique ?

Le changement climatique est une question vive, à la fois d’un point vue sociétal et scientifique, soumise à controverses. Quelles sont les meilleures façons d’affronter les changements présents ? Quels sont les choix à faire ? Il n’y a pas de solution simple et les savoirs sont en cours de construction. A cet égard, plusieurs pratiques pédagogiques s’avèrent fructueuses. Inscrire les élèves dans une démarche d’enquête est particulièrement adaptée. Elle les positionne en tant que chercheurs d’informations afin d’identifier les différents savoirs en présence et les positions des différents acteurs. L’approche par prospective qui se développe est également féconde. L’exemple des “aires terrestres et marines éducatives” où les élèves vont établir un état des lieux, diagnostiquer ses enjeux de biodiversité, rencontrer des acteurs du territoire, se concerter pour réaliser des actions de connaissances, de sensibilisation ou de gestion et les évaluer est très inspirant. Une autre piste est l’organisation de débats qui permettent de travailler à la fois les savoirs et les valeurs, et d’exercer un regard critique sur notre société.  

Il s’agit d’un sujet très angoissant pour les enfants, les adolescents et les adultes. On ne peut pas, en tant qu’éducateur, être dans le registre du catastrophisme. Il y a déjà beaucoup d’enfants qui manifestent de l’éco-anxiété, même très jeunes. Lorsque les élèves s’engagent dans des actions concrètes, qu’ils envisagent ce qui peut être fait pour améliorer l’environnement, ils peuvent mieux appréhender ces enjeux, et surmonter une partie de cette anxiété. Mais il ne s’agit pas d’arriver à une éducation prescriptive limitée à des écogestes sans nourrir de réflexion. Les élèves vont se mettre à trier les déchets mais pourquoi ? Quelle est la part finalement de tous les déchets dans le changement climatique? Dans quelle mesure ces déchets interrogent-ils nos modes de vie ? De tels écogestes peuvent être un point de départ, mais ils ne peuvent résumer l’éducation au changement climatique car les enjeux associés, en particulier énergétiques, sont très complexes. 

Quels sont les freins rencontrés ? 

Ces dispositifs pédagogiques demandent du temps de concertation pour que les enseignants de diverses disciplines travaillent ensemble. L’interdisciplinarité est compliquée à mettre en œuvre au niveau du système éducatif français qui relève d’un modèle académique traditionnel. Ce n’est pas le cas partout et il y a des évolutions. Par exemple au Japon, un système éducatif qui était axé sur l’enseignement magistral, les récentes modifications de programmes dédient 30% du temps à des thématiques transversales, dont le changement climatique. 

Actuellement, aller au-delà de l’enseignement classique suppose un engagement important des enseignants. On observe une diffusion d’initiatives fantastiques, mais à quel prix ? Ce qui apparaît manquer aujourd’hui, dans les établissements, c’est des heures allouées aux enseignants pour mettre en œuvre ce type de projets, afin de ne pas être dans du bénévolat. 

La formation des enseignants est-elle suffisante? 

De nombreuses formations, initiale et continue, sont déployées actuellement. Elles méritent d’être renforcées pour que les enseignants puissent construire une culture commune par rapport aux enjeux du changement climatique et de l’Anthropocène, afin de pouvoir partager leurs différentes appréhensions du sujet. Ces formations gagneraient à être articulées avec d’autres “éducations à” en particulier l’éducation aux médias, à la citoyenneté, à la santé. Se pose également la question de la formation des cadres, formateurs, inspecteurs, chefs d’établissement. Ces derniers ont un rôle à jouer pour ouvrir des temps et des espaces au niveau de leur établissement.

N’en demande-t-on pas encore une fois beaucoup à l’école ?

Bien sûr, on demande beaucoup à l’école dans un cadre très contraint et des moyens limités. Les enseignants ne peuvent agir seuls face à ces enjeux. Ils doivent être soutenus par la société, les collectivités, les associations, les entreprises, les parents… pensons à un sujet comme la mobilité par exemple qui engage le territoire. Cette éducation au changement climatique interroge les valeurs qui fondent notre société. Le référentiel européen de compétences pour la durabilité, baptisé Green Comp et publié en janvier 2022, parle pour la première fois d’une “éducation aux valeurs de la durabilité”. Ne serait-il pas intéressant qu’il y ait une entente au niveau de la société sur ces valeurs, comme il y a une entente sur les valeurs de la République ? Est-ce que dans le système éducatif, nous sommes prêts à éduquer à ces valeurs-là, et à dire que c’est un axe fort dans la construction du citoyen pour pouvoir construire un monde vivable? 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.