Le métier enseignant en (Édu)bref

Ce 13ème Édubref intitulé Enseigner, c’est quoi le métier ? porte sur les caractéristiques actuelles du métier enseignant et ses mutations récentes, qui concernent en France près de 800 000 personnels d’enseignement, pour plus de 12 millions d’élèves. Dans quelle mesure leurs missions, leurs pratiques et leurs identités professionnelles ont-elles changé depuis un demi-siècle ?

Les professeur.es des écoles, des collèges et des lycées d’aujourd’hui ont succédé à une République des instituteurs et des institutrices (Ozouf et Ozouf, 1992), distincte jusqu’aux années 1970 du « métier de classe moyenne » exercé par les certifié.es et les agrégé.es de l’enseignement secondaire (Chapoulie, 1987)[1]. Des « nouveaux publics » de la massification progressive de l’enseignement secondaire aux modalités les plus récentes d’évaluation, les transformations profondes des systèmes éducatifs des dernières décennies ont peu à peu, et de façon incomplète, rapproché les statuts, la formation initiale ou la rémunération des un.es et des autres, tandis que la multiplication des responsabilités et la diversification des profils ont créé de nouvelles formes de fragmentation du corps enseignant. Ainsi, au-delà de l’imaginaire social associé à celles et ceux qui incarnent le service public d’éducation, la diversité structurelle du corps enseignant perdure (niveaux d’enseignement, contextes d’exercice, ancienneté dans la fonction, etc.).

Cet Édubref approfondit également la compréhension de ce qui fait « métier » dans l’activité ordinaire des enseignant.es. Médiée par le(s) sens donné(s) aux apprentissages scolaires, la relation aux élèves et aux classes représente un défi quotidien, que l’organisation d’un travail éducatif exercé de façon de plus en plus collaborative, au sein d’équipes enseignantes et avec d’autres professionnel.les, permet, à certaines conditions, de soutenir. Aux niveaux national, européen et international[2], les grandes lignes de force qui structurent les changements en cours – et les débats que ceux-ci génèrent – constituent autant de tensions entre des professionnalités enseignantes synonymes de pouvoir d’action, d’autonomie et de professionnalisme, et des risques liés, à court ou plus long terme, à des dynamiques de déprofessionnalisation.

Pour télécharger cet Édubref, cliquer ici.

Pour retrouver l’ensemble des Édubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Édubref dès leur parution, cliquez ici.


[1] L’exposition « Métier d’enseignant(e), métier d’élève » organisée par le Musée national de l’Éducation (Munaé) en 2020-2021 rend compte de cette profondeur historique.

[2] Voir par exemple le récent numéro thématique sur les enseignant.es primaires et leurs spécialisations. Entre division des compétences et renforcement des formations de la Revue suisse des sciences de l’éducation (vol. 44, n° 1, 2022) ; les ouvrages Durer dans le métier d’enseignant. Regards franco-allemands (Garcia M.-L. et Lantheaume F. [dir.], 2019) ou Trente ans de pratiques de professionnalisation des enseignants. Regards internationaux (Marcel J.-F., Tardif M. et Piot T. [dir.], 2022) ; ou encore le projet de recherche européen en cours Teacher careers (France, Belgique, Royaume-Uni).


1 réflexion sur « Le métier enseignant en (Édu)bref »

  1. Intéressant mais métier non reconnu, mal payé et les enseignants du primaire font toutes les matières et bien d autres encore sans un salaire digne d un cadre A. C est une des raisons des démissions et de la pénurie. Un concours stupide, destructeur, dénigrant, en rien formateur et pas en lien avec le métier Bien triste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.