L’enseignement privé, entre logique marchande et logiques religieuses

L’expression du religieux et son lien avec le système éducatif français constituent une question particulièrement vive depuis le début des années 2000. Le programme de recherche Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire (ReDISCO), coordonné par Françoise Lantheaume (Université Lumière Lyon 2 – E.A. Éducation, Cultures, Politiques) s’inscrit dans ce contexte politique marqué par le retour des religions dans une société sécularisée. Les attentats de janvier 2015 ont été l’élément déclencheur qui a motivé le lancement de cette grande enquête sociologique : l’école cristallise alors critiques, inquiétudes et interrogations sur ses missions, de la part des personnalités politiques et de la société civile. Cette institution est perçue à la fois comme incapable de faire respecter le principe de laïcité face au renouveau de l’expression du religieux, mais se trouve en première ligne de la lutte contre la stigmatisation religieuse, du racisme et de la diffusion de théories du complot.

De 2015 à 2020, l’équipe de la recherche ReDISCO s’est ainsi intéressée aux acteurs de l’éducation (enseignant·es, personnel·les de direction, conseiller·es principaux·ales d’éducation) et à la façon dont ils·elles se saisissent, dans le cadre de leurs fonctions, de la question religieuse, et des conflits liés à l’appartenance socioculturelle des élèves. Cette enquête sociologique a été menée dans 101 établissements publics et privés sous contrat (du primaire au lycée) de dix académies.

Lors de la journée d’études du 10 décembre 2021, les travaux de recherche présentés ont porté exclusivement sur des enquêtes réalisées dans des établissements privés sous contrat, qui, sur l’ensemble du territoire national, rassemblent environ 17% des élèves scolarisé·es. Il s’agissait de décrire et de comprendre, en partant de situations concrètes, comment la diversité socioculturelle est prise en compte dans ces établissements : au regard de leurs missions, comment les professionnel·les agissent-ils·elles face à l’expression du religieux, aux discriminations et au racisme ?

À partir d’une méthodologie essentiellement qualitative, ces pistes d’analyse ont fait l’objet d’études monographiques (enquêtes portant sur un seul établissement) et d’enquêtes comparatives entre établissements, dans des contextes territoriaux hétérogènes (zones urbaines, périurbaines, rurales et dans des départements d’outre-mer), au sein de 35 établissements privés sous contrat (collèges, lycées généraux, technologiques et professionnels), de religion juive et musulmane, mais surtout de confession catholique pour la très grande majorité.

Ce billet est une synthèse des présentations et des discussions qui ont eu lieu pendant cette journée d’études. Il ne prétend pas à l’exhaustivité, mais tente de mettre en lumière certaines des grandes questions abordées par l’équipe de recherche, en particulier sur la question religieuse. Les communications ont démontré en premier lieu la pluralité des formes d’expression et de transmission de la culture religieuse dans les établissements privés, articulée à une conception libérale des croyances et des pratiques. L’équipe de recherche a également mis au jour que les stratégies de résolution de conflits, liés essentiellement à des questions religieuses, répondent aussi bien à des logiques civiques qu’à des logiques marchandes.

Un « caractère propre » religieux affirmé

            Les recherches présentées mettent au jour la multiplicité des manifestations de la foi portée par les établissements. Il s’agit en premier lieu de transmettre une culture religieuse. L’enquête menée par Gabriela Valente et Églantine Wuillot au sein de dix établissements scolaires catholiques révèle la présence d’un enseignement de « culture religieuse » obligatoire qui prend sa place parmi les autres disciplines. Parler de « culture », c’est donner une forme scolaire à la mission évangélique, dont les enseignant.es, par le témoignage de leur propre foi constituent une ressource essentielle. L’enseignement religieux est également présent dans l’enquête monographique d’Olivier Vincent et de Robin Marchand portant sur un établissement privé musulman (partiellement sous contrat) : optionnel, son suivi est majoritaire parmi les élèves du collège et du lycée. Le chef d’établissement et les enseignant·es revendiquent cet ancrage religieux, mais s’inscrivent également dans une logique civique et républicaine, dans une « quête de légitimité » (O. Vincent et R. Marchand).

Dans ce sillage, la formation religieuse dans les établissements privés confessionnels se traduit par une incitation des élèves à l’engagement social, qui doit accompagner leur réflexion sur leur place de futur·e citoyen·ne. Elle prend la forme d’actions caritatives au sein même de l’établissement via du soutien ou du parrainage entre élèves (G. Valente et N. Monin ; A.-C. Husser et G. Valente), ou à destination de populations plus démunies via des collectes dans le cadre de projets humanitaires (É. Wuillot et G. Valente).

La possibilité d’exprimer et de vivre sa foi ne revêt pas la même signification pour toutes les confessions : pour les enseignant·es et les élèves juif·ves et musulman·es, les établissements privés sont perçus comme des refuges, des espaces où ils peuvent vivre librement leur religion (O. Vincent et R. Marchand ; C. Ménard et A. Saoudi).

Une conception libérale des croyances et des pratiques religieuses

Ces établissements d’enseignement privé partagent pour la plupart une conception libérale des croyances et des pratiques religieuses : les chefs d’établissement revendiquent dans leur ensemble une ouverture à la diversité religieuse et sociale. Celle-ci est perçue comme une richesse pour la communauté scolaire (É. Wuillot et G. Valente) : les enseignant·es veillent à la liberté de parole et de conscience des élèves, quelle que soit leur religion (C. Ménard et A. Saoudi), et le dialogue inter-religieux est ouvertement revendiqué par les chef·fes d’établissement. À titre d’exemple, on retient la création d’une journée « solidarité ramadan » instaurée dans un lycée catholique (É. Wuillot et G. Valente). Les minorités religieuses, survalorisées, bénéficient ainsi d’un effet « mascotte » afin de magnifier les valeurs d’ouverture des établissements (J. Delamard, J. Benelli, L. Benbassat).

Deux limites à cette ouverture sociale et religieuse ressortent d’autres communications. D’une part, les établissements appliquant des couts d’inscription élevés et une sélection à l’entrée présentent une diversité socioculturelle faible parmi les élèves : le petit nombre de familles « non favorisées » ou de confessions non catholiques inciterait ces dernières à adopter des stratégies d’invisibilisation de leurs différences, dans l’optique de satisfaire le projet de réussite scolaire de leurs enfants (A.-C. Husser et G. Valente).  D’autre part, en contexte de forte hétérogénéité religieuse et culturelle, comme à la Réunion, les établissements privés catholiques démontrent une stratégie d’ouverture plus relative. L’enquête d’É. Pontanier démontre la prédominance d’une logique communautarienne (c’est-à-dire qui privilégie les normes de la communauté face aux pratiques individuelles). La norme catholique s’impose comme dominante par rapport aux autres religions minoritaires : les demandes de pratiques religieuses autres que celles relevant du catholicisme sont soit refusées soit invisibilisées.

Outre ces exceptions, l’ouverture affichée des établissements privés confessionnels s’inscrit dans deux dimensions complémentaires. La première témoigne d’une logique industrielle et marchande (A.-C. Husser et G. Valente ; C. Ménard et A. Saoudi ; O. Vincent et R. Marchand) : l’enjeu est de mettre en place des dispositifs pour obtenir de bons résultats scolaires à l’échelle de l’établissement (sélection des élèves sur dossier, rythme de travail intensif, tutorat, cours de soutien) et de jouir d’une bonne réputation sur le marché scolaire. Attirer une population qui n’appartient pas à la confession de l’établissement vient ainsi valider cette logique de performance. L’ouverture à la diversité religieuse s’inscrit deuxièmement dans une perception fantasmée de l’enseignement public et laïc (C. Ménard et A. Saoudi) : « Nous jouons le rôle que le service public ne parvient plus à assurer », déclare un·e chef·fe d’établissement catholique (J. Delamard, J. Benelli, L. Benbassat). La laïcité est alors perçue comme relevant d’une identité militante, par opposition à un « universalisme » religieux inclusif pratiqué par les établissements privés.

Au-delà des discours et de la politique d’ouverture des établissements, comment les formes de discrimination et les conflits liés à la religion et aux différences sociales des élèves sont-ils perçus et résolus ?

Les stratégies de résolution de conflits : logique civique, logique marchande

Certains terrains documentent l’émergence de tensions, voire de conflits entre enseignant·es et parents au sujet de sorties scolaires ou du contenu de certains cours abordant des questions socialement vives. L’enquête réalisée dans un établissement privé musulman illustre bien les modalités de résolutions de ces dissensions : il s’agit, pour rassurer les parents, de rappeler le rôle d’encadrant de l’enseignant·e, et de ramener ces questions socialement vives à des logiques civiques et à des enjeux scolaires (c’est-à-dire appliquer les mêmes programmes scolaires pour tou·tes les élèves). Les conseiller·es prinpaux·ales d’éducation jouent alors le rôle de traducteur·trices entre l’équipe enseignante et les familles. L’enseignement de l’histoire dans le contexte d’un établissement privé catholique comporte également des passages à risque : comment dissocier l’enseignement religieux de l’histoire des religions lorsque sont abordées, par exemple, les croisades au Moyen-Âge ? L’enquête d’I. Bourdier a mis au jour la volonté des enseignant·es d’histoire-géographie de cadrer ces grandes questions d’un point de vue disciplinaire (l’histoire comme science, et non comme opinion ou croyance) et à l’impératif de créer du commun dans une logique civique et républicaine.

            Les conflits émergeant hors de la classe ou entre élèves sont en revanche ramenés à des problèmes de comportement individuel. L’enquête portée par E. Pontanier à La Réunion a ainsi révélé que des pratiques propres au syncrétisme, comme la transe, exercées par des élèves dans l’enceinte scolaire sont réduites à l’expression d’un comportement scolaire déviant ou à un problème de santé mentale, et sont réglées comme tels. Dans ce sillage, les personnel·les de direction et les équipes enseignantes tendent à analyser les formes de discrimination, d’exclusion ou de racisme sous l’angle psychologique (G. Valente et N. Monin ; C. Ménard et A. Saoudi). L’enjeu pour ces établissements privés est de ne pas publiciser ces cas qui pourraient nuire à leur réputation sur le marché scolaire. Les conflits sont ainsi réglés en interne (conseils de discipline, formations des enseignant·es), ou sont neutralisés en amont, par exemple par le port de l’uniforme dans un établissement catholique très sélectif situé dans un quartier aisé d’une grande ville, afin de gommer l’appartenance sociale et religieuse des élèves (A.-C. Husser et G. Valente).

       Françoise Lantheaume a synthétisé et clôt cette journée d’études en émettant l’hypothèse de la prédominance de la logique industrielle, d’une visée d’excellence et de réputation de ces établissements sur le marché scolaire – malgré les divergences confessionnelles – pour soutenir un modèle alimenté par des financements privés. L’expression du religieux comme les modalités de résolutions des tensions et conflits sont ainsi soumis à une exigence économique.

Pour aller plus loin:

  • Dossiers de Veille de l’Institut Français de l’Éducation :

Gibert A.-F.(2021). Privatisée, marchandisée, l’école archipel: http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=137&lang=fr

Thibert, R. (2014). Discriminations et inégalités à l’école: http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=recherche&dossier=90&lang=fr

  • Kadékol, webradio de l’Institut Français de l’Éducation:

Guyon, R. (2021). L’enseignement des religions à l’école. Kadékol : http://ife.ens-lyon.fr/kadekol/ca-manque-pas-dr/38-lenseignement-des-religions-a-lecole

  • Références bibliographiques:

Poucet, B. (2012). L’enseignement privé en France. Presses Universitaires de France.

Rayou, P. & van Zanten, A. (2018). Enseignement privé. Dans : Patrick Rayou éd., Les 100 mots de l’éducation. Presses Universitaires de France.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.