L’éducation à la sexualité sur la sellette

La question de la sexualité humaine dépasse amplement la sphère de l’intime pour s’étendre dans celle du politique et des institutions, provoquant au passage maints remous et débats sur la façon dont les unes et les autres doivent avoir des rapports sexuels, s’unir ou se reproduire.

À partir des années 1970, diverses lois et initiatives ont été instaurées pour encadrer une jeunesse de plus en plus indépendante dans la découverte de la sexualité. Encore récemment, en 2018, une circulaire en expose les contenus et les grands principes – « Il s’agit d’une démarche éducative transversale et progressive, qui vise à favoriser l’estime de soi, le respect de soi et d’autrui, l’acceptation des différences, la compréhension et le respect de la loi et des droits de la personne, la responsabilité individuelle et collective, la construction de la personne et l’éducation du citoyen » – et rappelle que trois séances d’information et d’éducation à la sexualité doivent être organisées dans les écoles, les collèges et les lycées par groupes d’âge homogènes depuis 2001.

Au-delà des questions de l’anatomie  des organes de reproduction et des risques associés à l’activité sexuelle (grossesses non désirées, IST), une approche plus globale est désormais privilégiée. En effet, les séances doivent maintenant intégrer les problématiques relatives aux violences sexistes et sexuelles (harcèlement, prostitution) et promouvoir une culture de l’égalité entre les filles et les garçons.

Et pourtant, « l’éducation à la sexualité », telle qu’elle est conçue et dispensée dans le cadre scolaire, ne répond pas aux besoins ni aux attentes des jeunes et doit être entièrement repensée », peut-on lire dans un récent rapport de l’Assemblée nationale (2021). Comment expliquer cet état de fait ?

Des thèmes majeurs comme la notion de plaisir lié à la sexualité, le consentement ou la catégorisation femme/homme sont souvent évités ; les normes hétérosexuelles ne sont pas remises en cause malgré une actualité intense sur ce sujet. Les réactions anxiogènes des familles, des enseignant·es, des médias et des gouvernements ont régulièrement eu pour conséquence de réduire l’éducation à la sexualité à des séquences de prévention consacrées aux risques sanitaires, basés généralement sur les craintes des adultes plus que sur les revendications des élèves.

Comment, dès lors, assumer et assurer une éducation à la sexualité, c’est-à-dire proposer des repères, des concepts et des modèles plus inclusifs qui feraient consensus au sein de la société ?

Ce sont ces questions qu’aborde le Dossier de veille de l’Ifé n° 140 intitulé Le sexe, le genre et la sexualité (à l’école) en mobilisant en toile de fond les notions de genre et de sexe pour interroger la capacité des élèves, mais aussi des celle adultes concernés à se les approprier, à bannir les stéréotypes et à diffuser la culture de l’égalité entre les filles et les garçons d’aujourd’hui, entre les femmes et les hommes de demain.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.