Le pilotage en éducation : un concept à définir

Dans un récent numéro des Dossiers des sciences de l’éducation, portant sur le thème « politiques d’éducation : l’ère du pilotage ? », Xavier Pons, sociologue de l’action publique, membre du laboratoire Lirtes et professeur des universités (Université Paris-Est Créteil), revient sur une métaphore « massivement utilisée par des élites administratives et les gouvernants » (Pons, 2021, p. 15) : le pilotage. Une « catégorie d’action publique » finalement pas si simple à aborder en recherche, car elle pose la question de savoir s’il s’agit aussi d’une « catégorie d’analyse scientifique». X. Pons a donc analysé 61 publications de recherche écrites en français, publiées entre 1993 et 2020, et qui utilisent explicitement cette notion. Cette revue de littérature lui a permis de dégager trois approches du pilotage en éducation, qu’il nomme la « boite noire », le « modèle normatif » et l’« objet empirique ».

Le pilotage comme « boite noire »

En sciences sociales, la notion de « boite noire » renvoie à « un mécanisme d’analyse qui consiste à ne pas définir ou conceptualiser une notion ou une unité élémentaire d’une démonstration alors que celle-ci s’avère occuper une place décisive dans la théorie d’ensemble proposée et ce, pour mieux concentrer l’analyse sur d’autres éléments. » (p. 19).

Piloter, dans ce cas, relève d’un « allant de soi » qui n’a pas besoin d’être défini, le terme renvoyant alors à des objets (piloter la formation des enseignant.es, etc.), à des outils (l’évaluation ou l’inspection par exemple), ou à des concepts voisins (comme la régulation ou la gouvernance des systèmes éducatifs, qui a fait l’objet d’une conférence de consensus internationale du Cnesco en novembre 2021).

Bref, cette première approche de la notion ne permet ni de la définir, ni de l’expliciter, et encore moins de la théoriser…

Le pilotage comme « modèle normatif »

Dans les recherches portant sur « les conditions et les modalités d’un pilotage efficace ou performant des systèmes éducatifs (ou d’un segment de ces derniers) », comprendre la notion de pilotage consiste à proposer « une modélisation d’ensemble de la conduite efficace de l’action éducative à privilégier » (p. 21). Ces travaux mobilisent diverses sources théoriques :

– les recherches pionnières de G. de Landsheere ;

– des réflexions liées aux responsabilités professionnelles exercées par des pilotes ;

– des théories du management s’appuyant sur diverses disciplines contributives (économie, sciences de gestion, management public) ou encore la théorie des organisations ;

– enfin des travaux sur « les conditions d’une mise en œuvre efficace des politiques d’éducation à différents niveaux, l’efficacité étant le plus souvent appréciée au regard de l’objectif de réussite des élèves » (p. 22).

X. Pons souligne la dimension normative de ces publications, qui visent à « contribuer à un pilotage plus performant, l’efficacité tendant à devenir la valeur de référence au fur et à mesure du temps alors que les premiers travaux des années 1990 discutaient de la qualité des systèmes éducatifs sur une base plus large » (p. 23). De fait, elles accordent « très peu de place aux luttes définitionnelles des acteurs pour imposer leur vision du mode de gouvernance légitime, et aux différents processus de traduction en contexte des impératifs de gouvernement, donc à la dimension proprement politique du pilotage » (p. 24).

Le pilotage comme « objet empirique »

Enfin, X. Pons a identifié trois communautés de recherche qui enquêtent sur :

– le « gouvernement par les nombres », examinant de façon critique les indicateurs statistiques, les évaluations standardisées des acquis des élèves, etc. ;

– les « effets sur les pratiques professionnelles des acteurs et sur le fonctionnement des établissements scolaires » (p. 24), qu’il s’agisse des effets des réformes pédagogiques sur les pratiques enseignantes ou de la transformation des modes de légitimité professionnelle des cadres intermédiaires, étudiée entre autres par Y. Dutercq ;

– une mise en perspective sociohistorique du pilotage, compris comme « une méthode récente de gouvernement dont il s’agit de retracer la genèse et la trajectoire » (p. 25), en particulier en utilisant les outils de la sociologie et de la science politique.

« La force d’un concept faible ? »

Pour X. Pons, le pilotage ne constitue donc pas (encore) une « catégorie d’analyse scientifique », car « aucune de ces trois approches ne définit vraiment ce qu’est précisément le pilotage » (p. 26). Passer d’une « polysémie floue » à la structuration d’un champ de recherche sur ce thème nécessite pour lui d’ouvrir trois chantiers théoriques : la généalogie de la notion, sa clarification conceptuelle, et la confrontation de ces résultats aux travaux publiés en anglais. D’un point de vue plus empirique et pragmatique, il propose de poursuivre la réflexion scientifique sur :

– « les fondements de la professionnalité des pilotes » : leurs trajectoires, ethos et identités professionnelles, les déterminantes et spécificités de leur travail, leurs « savoir-faire, recettes, tours de main, stratégies, ressources, outils employés […] pour résoudre les problèmes concrets et quotidiens de pilotage » (p. 28) ;

– « les tâches fondamentales du “piloter” », dans leurs dimensions organisationnelles et statistiques, mais surtout cognitives et politiques ;

– « les déterminants structurels du pilotage », en questionnant la validité du « postulat de rationalisation managériale » (p. 29) en fonction des contextes socio-économiques, culturels et politiques.

« Boîte noire », « modèle normatif », « objet empirique » : la grille de lecture proposée par X. Pons permet de s’orienter dans la littérature de recherche sur le pilotage en éducation. Mais aussi de s’interroger, en tant que professionnel.le de la recherche et/ou de l’action publique et pratique dans ce champ, sur la production, la circulation et l’usage de savoirs qui tendent pour certains vers une « formalisation d’une “science du pilotage” en éducation », et pour d’autres vers « l’autonomie de la recherche en éducation dans la définition et l’usage de ses concepts » (p. 29).

Référence de l’article

Pons X. (2021). La notion de pilotage dans la recherche en éducation francophone : une revue de littérature. Les Dossiers des sciences de l’éducation 45, 15-32.

Sur ce thème, l’équipe Veille & Analyses a publié :

Ravez Claire (2021). Piloter : entre métiers et activités. EduBref, février. Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/Edubref/detailsEdubref.php?parent=accueil&edubref=11

Rey Olivier (2019). Pilotes et pilotage dans l’éducation. Dossier de veille de l’IFÉ, n°128, février. Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=128&lang=fr

Le Centre Alain-Savary de l’Institut français de l’éducation a publié en 2017 un dossier sur le pilotage des réseaux d’éducation prioritaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.