Numérique en éducation : comment chasser les mythes ?

Certaines croyances sur le numérique en éducation, parce qu’elles sont largement véhiculées par les médias et par divers acteurs et actrices de l’éducation et ne sont pas fondées sur des résultats de recherche robustes, sont des « mythes » (Amadieu et Tricot, 2020). Ainsi en est-il du lien supposé entre numérique et motivation/apprentissages, de la difficulté, voire de la résistance, à tenir compte, en contexte scolaire, des pratiques numériques extrascolaires des jeunes, et du mythe, nuisible, des natif·ves du numérique.

Or ces mythes, difficiles à contrecarrer, ne sont pas sans effets sur les apprentissages des élèves. En effet, ils comportent le risque de favoriser des inégalités scolaires, car ils donnent lieu à des pratiques peu explicites et/ou peu axées sur des fonctions pédagogiques pour lesquelles le numérique apporte une réelle plus-value pour les apprentissages, ou à une non-reconnaissance, peu émancipatrice, de pratiques numériques extrascolaires paraissant en porte-à-faux avec les attendus scolaires, ou encore à un retrait des adultes face à de soi-disant « natifs du numérique » qui ont pourtant besoin d’être accompagnés dans leurs usages éducatifs du numérique.

Comment aller au-delà de ces mythes à la fois tenaces et nuisibles ? Quelles pistes de remédiation envisager ? Dans le prolongement du Dossier de veille sur les inégalités numériques paru en octobre 2021, l’Edubref du mois de janvier 2022 intitulé Numérique en éducation : aller au-delà des mythes se penche sur ces mythes pour en dégager les contours et les pistes d’action possibles.

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.