Un nouveau Dossier de veille sur l’éducation… nouvelle

Le Dossier de veille n° 138 « l’Éducation nouvelle : une mosaïque centenaire » voit le jour à l’heure de nouvelles dynamiques sur ce thème, illustrées par l’initiative « Convergence(s) pour l’Éducation nouvelle », engagée en 2021 à l’occasion du centenaire du congrès de Calais, et la première Biennale internationale de l’Éducation nouvelle, organisée en 2017 par les Ceméa, les CRAP-Cahiers pédagogiques, la Fespi, l’ICEM-pédagogie Freinet, la Ficeméa et le GFEN.

Cette nouvelle séquence questionne « le “mythe” d’une éducation nouvelle structurée, unie dans un élan émancipateur » (Wagnon, 2018)[1], décrite par d’autres comme une « nébuleuse où voisinent théories philosophiques, pratiques novatrices, idéaux politiques, et où abondent les conflits » (Ohayon, Ottavi & Savoye, 2004)[2]. Depuis plus d’un siècle, les acteurs et actrices qui se situent dans cette « galaxie » de l’Éducation nouvelle ont construit et inscrit leurs ambitions et leurs actions à différents niveaux des systèmes éducatifs : à l’échelle de classes et d’établissements, dans le premier et le second degré, dans l’enseignement public ou privé, à destination d’élèves de milieux sociaux plutôt favorisés ou plus populaires, dans des structures d’éducation formelle mais aussi informelle. Leur diversité questionne depuis plus d’un siècle les articulations entre individus et collectifs, entre techniques et valeurs, entre utopie et pragmatisme, entre mémoire(s) du passé et projet(s) pour l’avenir. Comment comprendre aujourd’hui les divergences entre figures et courants historiques, mais aussi les défis contemporains qui rapprochent des acteurs et actrices des systèmes éducatifs sous la bannière de l’Éducation nouvelle ?

La première partie de ce Dossier permet d’en situer quelques principes et pratiques dans le paysage éducatif. La deuxième partie met en perspective cet état des lieux par un retour sur la genèse, la consolidation et les remises en cause successives de réseaux et de mouvements qui ont incarné ce projet. Enfin, la dernière partie questionne la spécificité des positions des actrices et acteurs de cette mosaïque au prisme de leurs relations avec les recherches en éducation, des politiques publiques éducatives et de l’éducation populaire.

Ce Dossier prend appui sur le renouvèlement de recherches dans différentes disciplines (didactique, histoire, philosophie, psychologie, science politique, sociologie, sciences de l’éducation, etc.). Des thèses ont apporté de nouveaux éclairages, entre autres sur l’histoire d’établissements (M.-C. Allam, D. Patry) ou de publications (X. Riondet, B. Haenggeli-Jenni) issus de collectifs dont l’histoire renvoie à celle de l’Éducation nouvelle. Des programmes de recherche ont donné lieu à des séminaires, des colloques et des congrès, dont sont issus divers ouvrages collectifs[3] et numéros thématiques de revues[4].

Pour télécharger ce Dossier de veille, vous pouvez cliquer ici.

[1] Wagnon S. (2018). Les pédagogies alternatives en France aujourd’hui : essai de cartographie et de définition. Tréma, n° 50.

[2] Ohayon A., Ottavi D. & Savoye A. (2004). Introduction. L’Éducation nouvelle, histoire, présence et devenir. In Ohayon, A., Ottavi, D. & Savoye, A. (dir.), L’Éducation nouvelle, histoire, présence et devenir. Berne : Peter Lang, p. 1-7.

[3] à titre d’exemples : Gutierrez L., Besse L. & Prost A. (2012). Réformer l’école. L’apport de l’Éducation nouvelle (1930-1970). Grenoble : Presses universitaires de Grenoble ; Hugon M.-A. & Viaud M.-L. (dir.) (2015). Les établissements scolaires « différents » et la recherche en éducation. Problèmes méthodologiques et épistémologiques. Arras : Artois Presses Université ; Riondet X., Hofstetter R. & Go H.-L. (2018). Les acteurs de l’Éducation nouvelle au XXe siècle. Itinéraires et connexions. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

[4] à titre d’exemples : Réceptions de l’Éducation nouvelle : débats, contestations, appropriations politiques dans la Revue suisse des sciences de l’éducation en 2019 ; L’essor des pédagogies alternatives en France : débats et perspectives dans Tréma en 2018 ; Le paysage institutionnel des écoles différentes : ouvrir, fermer, durer, essaimer… ? dans Spécificités en 2017, ou encore Fernand Deligny, lignes et ricochets en 2020, hors-série du Sociographe.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.