Privée/ publique, l’école à la croisée des chemins

Le large spectre des privatisations s’étend des écoles privées à l’instruction en famille en passant pas des modalités de financement public des écoles privées, ou une incursion des modes de raisonnement, des valeurs et d’objectifs privés au sein du fonctionnement de l’école, comme dans ses curriculums. Au niveau mondial, le phénomène tend à s’accroitre depuis les années 1980, qui ont vu l’avènement des nouveaux modes de management. À cet égard, les derniers dossiers consacrés à ce sujet par la Revue Internationale d’éducation de Sèvres  – Les privatisations de l’éducation (n° 82, décembre 2019)–, La Revue d’éducation comparée La construction sociale des marchés scolaires (N°23 2020) – et les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs – Privatisations et ségrégations de l’éducation. Perspectives internationales (n° 19, 2020) – sont éloquents et décryptent le phénomène. Si le sujet interroge pleinement le monde de la recherche, les praticiens sont confrontés au quotidien à de multiples formes de privatisation, tant à l’intérieur de l’école que à ses lisières et le Dossier de veille n°137 intitulé Privatisations, marchandisations, l’école archipel en offre quelques aperçus.

L’éducation est paradoxalement un droit humain – imprescriptible, promu par les déclarations et renforcé par les organisations internationales – et une marchandise qui s’échange sur des marchés officieux – comme ceux de la réputation des écoles ou la composition socio ethnique de sa population – ou sur des marchés bien implantés.

Et les enjeux sont de taille et parfois contradictoires : favoriser le développement de (ses) enfants, éduquer des citoyens ou produire des travailleurs présentant des qualités d’adaptabilité et de flexibilité ; ou encore … réussir les tests internationaux pour se hisser au niveau des pays compétitifs économiquement.

Dans son ouvrage, La France Archipel, Jérôme Fourquet, le directeur du département opinion de l’IFOP, fait la démonstration d’un pays morcelé en de multiples composantes isolées les unes des autres, du fait de la « sécession des élites et de l’autonomisation des classes populaires » et suite à l’éclatement d’une « matrice catho-républicaine ». Nombreux sont les chercheur·ses et observateur·trices qui constatent la montée de l’individualisme dans la société qui va s’exprimer dans le champ scolaire par une explosion des besoins éducatifs particuliers, des spécialisations de curriculums ou le développement du privé hors contrat ou de l’instruction en famille.

Dans l’ouvrage sus-cité, l’analyse statistique des prénoms montre la place conséquente prise désormais par les composantes d’origine arabe dans les nouvelles populations. Or cette culture est peu reconnue à l’école et ce que montre en creux le dernier Dossier de veille, c’est la difficulté d’installation d’écoles musulmanes (moins de 4%), alors que les écoles catholiques traditionalistes représentent 18% du total des écoles hors contrat. À l’heure ou est discutée la loi sur le séparatisme, ce sujet est donc extrêmement sensible.

Et pourtant, il existe des écoles musulmanes qui aspirent à promouvoir un modèle culturel et proposer aussi des filières d’excellence pour des populations qui tendent à être marginalisées. Ce phénomène est d’autant plus sensible si l’on s’en réfère à l’histoire de l’école française, marquée par une école privée catholique, constitutive du service public. Une école catholique sous contrat, qui présente plus de souplesse dans son organisation, et sert parfois de variable d’ajustement du système éducatif.

Enfin une des caractéristiques du système éducatif actuel est sa fragmentation, du fait, notamment, des différentiations des écoles publiques[1]. Cette différentiation est exacerbée dans les grandes métropoles et les tentatives d’équilibrage se heurtent à la ségrégation territoriale prégnante, comme en témoigne, le mois dernier, la tribune de Pierre Merle sur la mise à jour des critères Afflenet d’affectation dans les lycées parisiens.

Ainsi, que ce soit en France ou à l’international, ces questions de privatisation et marchandisation de l’école sont plus que socialement vives. Le dernier dossier de Veille en offre quelques éclairages. À lire ici

Sources :

 

[1]Depuis 2017, le ministre de l’éducation nationale a renforcé les filières et les options sélectives (sections européennes, internationales, langues anciennes). Il a aussi créé les établissements locaux d’enseignement international qui, du primaire au baccalauréat, sont des parcours scolaires réservés aux enfants bilingues. Bien loin de favoriser la mixité sociale, ces politiques renforcent l’entre-soi scolaire des catégories sociales les plus favorisées “(Merle, 2021)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.