Corps, nature et savoirs : des relations à renouveler en éducation

Voici le résumé d’un article de recherches en éducation, à lire en intégral sur notre carnet Edupass, qui croise les investigations de Marie Gaussel sur la place du corps en éducation et les miennes autour des thématiques de savoirs et des éducations à l’environnement.

Incorporer des savoirs d’adaptation dans un monde anthropisé

Cet article s’appuie sur des travaux de divers champs de recherche en vue de développer une réflexion pour une éducation à l’adaptation. Dans le monde de la modernité tardive du fait des changements climatiques, de l’épuisement des ressources et de la perte de la biodiversité, les conditions de milieu ont évolué profondément. La culture occidentale s’est construite dans la conception d’une nature considérée comme extérieure à l’être humain. Elle a institué une éducation marquée par la forme scolaire qui, privilégiant les savoirs savants au détriment des savoirs d’expérience, coupe les élèves de leur milieu de vie et de leur corporéité.

Au delà de ce double fractionnement nature/culture, corps/esprit, penser une éducation à l’adaptation requiert de réévaluer les modalités d’apprentissage en reconsidérant les conceptions dichotomique nature/ culture. Les expériences d’éducation en plein air (outdoor education) comme les éducations des peuples premiers constituent des bases pour un apprentissage scolaire en lien avec le territoire. Les études sur la constitution de savoirs en particulier en milieu agricole, couplées aux recherches en didactique professionnelle, aident à comprendre comment peut se faire le développement et l’incorporation de savoirs liés à la pratique, en vue de tisser de nouvelles relations savoirs/ nature/ corps nécessaires pour vivre dans un monde anthropisé.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.