Mobiliser les recherches en éducation quand on pilote le système éducatif… aux États-Unis

Certains situations professionnelles amènent de plus en plus fréquemment les personnels de direction et d’encadrement à s’emparer d’objets, de concepts, de courants et de disciplines de recherche allant des didactiques disciplinaires à la sociologie des organisations : lire des documents identifiés comme relevant « de la recherche », inviter des chercheurs·ses à prononcer une conférence, convaincre des enseignant‧es de l’intérêt de s’engager dans un projet de recherche avec des universitaires, etc. Au-delà de la diversité des expériences individuelles, cette mobilisation des recherches par les acteurs intermédiaires du système scolaire repose-t-elle sur certaines régularités ?

Le détour par la présentation succincte des résultats d’une enquête par questionnaire (Penuel et al., 2017) menée auprès de 733 school leaders (« elementary, middle school, and K-8 principals », Penuel et al., 2017) ou district leaders de l’un des 14 000 districts scolaires états-uniens, en particulier en milieu urbain (« deputy, associate, and network superintendent; curriculum supervisors; special education supervisors; directors of federal, bilingual, and English-as-a-second-langage program; “multirole” central office leaders », ibid.) permet de poser quelques repères dans trois directions : le rôle des réseaux professionnels dans l’accès aux travaux de recherche, leurs usages pluriels et parfois en tension, enfin les dispositions individuelles et les dispositifs collectifs favorables à leur mobilisation.

Les réseaux professionnels au cœur de la circulation des savoirs

Pour les school/district leaders qui ont répondu au questionnaire, le recours à la littérature de recherche – écrite avant tout pour être lue par d’autres chercheurs·ses – ne va pas de soi. La compréhension en profondeur de ces travaux est chronophage pour qui cherche des réponses immédiates à ses questions ou pour le moins l’identification des retombées d’une recherche pour la pratique éducative.

Pour ces répondant.es, les réseaux professionnels et les pairs sont les principales ressources pour accéder aux travaux de recherche, avant les portails institutionnels (What Works Clearinghouse, National Center for Education Statistics ou encore Regional Education Laboratories), les liens directs avec les chercheurs.ses, ou encore les médias et les réseaux sociaux.

Les usages des recherches en éducation : pluralité ou contradictions ?

Dans la continuité de la littérature sur cette question, les auteurs‧trices de l’article ont mis en avant quatre usages possibles des recherches par les school/district leaders. Les deux les plus fréquemment cités sont :

– l’usage imposé, « mandaté par la loi ou une politique publique » (ibid.) – même si être sommé‧e d’« utilise[r] la recherche ne signifie pas qu’[on] y accordera de l’importance » (ibid.) ;

– et l’usage instrumental, selon lequel « les preuves issues des résultats de la recherche façonnent directement les décisions liées à la politique ou à la pratique » (ibid.) éducatives.

Ce « fort biais culturel en faveur de l’utilisation des résultats de la recherche dans la prise de décision [s’explique] en raison des changements politiques qui ont eu lieu au cours des dernières décennies » (ibid.). En effet, les financements fédéraux, qui représentent aux États-Unis en moyenne 10 % du budget des établissements scolaires (mais beaucoup plus pour les établissements accueillant des élèves de milieux défavorisés) sont liés à la sélection, à l’adaptation et à la mise en œuvre de programmes et stratégies « fondées sur la preuve », c’est-à-dire ayant démontré une « amélioration des résultats des élèves ou le potentiel d’amélioration des résultats des élèves » (ibid.).

Deux autres types d’usage ont également été mis en avant :

– l’usage symbolique : une recherche peut être citée pour apporter des arguments lors d’une discussion, renforcer une conviction, ou encore justifier une décision ; cet usage plus stratégique pose question lorsque des résultats de recherche sont utilisés hors de leur domaine de validité, faisant alors l’objet d’une généralisation abusive ;

– enfin l’usage conceptuel : « la recherche modifie la façon dont une personne perçoit un problème ou les espaces de solution possibles pour un problème » (ibid.) ; dans cette perspective, des théories, des résultats et des concepts construits au sein de différents cadres disciplinaires et épistémologiques deviennent des outils intellectuels au service de l’action, et sont mobilisés dans des moments de réflexion individuelle ou d’échange avec autrui.

Utiliser les recherches : dispositions individuelles ou culture organisationnelle ?

Les analyses menées par les auteurs·trices de l’article montrent que certaines caractéristiques personnelles des répondant‧es peuvent rendre compte d’une partie des résultats obtenus :

– avoir développé une attitude favorable envers des recherches perçues comme pertinentes, utiles et fiables ;

– être disposé à fournir l’effort nécessaire pour s’y acculturer ;

– et donc s’appuyer in fine sur le bagage intellectuel et méthodologique nécessaire pour pouvoir lire et interpréter ces recherches (par exemple en suivant un cursus universitaire), caractéristique qui dans cette étude est positivement corrélée à un usage conceptuel des recherches.

Mais c’est bien la culture organisationnelle de l’établissement ou du district qui permet d’ancrer dans les pratiques ordinaires l’utilisation des recherches, entre autres par le biais de controverses professionnelles autour d’attentes divergentes à leur égard. Selon la nature des fonctions exercées et l’environnement professionnel, ces opportunités de considérer les recherches comme un objet de travail partagé sont plus ou moins régulières et variées, allant de l’argument avancé ponctuellement en réunion aux séances de lecture partagée (book study).

Au terme de ce rapide panorama venu d’outre-Atlantique se (re)posent donc des questions qui alimentent la réflexion quotidienne de l’équipe Veille et analyses de l’IFÉ ou d’autres « passeurs » en éducation : quels travaux de recherche faire connaitre aux pilotes, et plus largement aux professionnels des métiers de l’éducation ? Dans quels espaces, physiques et virtuels, de médiation entre recherches, politiques et pratiques se situer et intervenir pour favoriser leur mobilisation au service du développement professionnel des enseignante‧s et, au final, des apprentissages des élèves ?

La lecture de cet article rappelle enfin que les personnels de direction et d’encadrement contribuent aussi à la production de savoirs de recherche sur leur activité : sans recueil de données (sous la forme de questionnaires, d’entretiens, d’observations en situation de travail, etc.), les publications qui ont permis de rédiger le récent Édubref qui leur est consacré, Piloter : entre métiers et activités, n’auraient tout simplement pas vu le jour !

Référence bibliographique

Penuel W.R. et al. (2017). How School and District Leaders Access, Perceive, and Use Research. AERA Open, vol. 3, n° 2, p. 1-17. En ligne : https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/2332858417705370


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.