Naviguer à vue ou garder le cap ?

Depuis bientôt un an, les équipes de direction des collèges et des lycées ont appris à composer avec les versions successives des protocoles sanitaires, à appliquer les circulaires qui se sont succédé pour réorganiser les examens, tout en apprenant dans l’urgence à opérationnaliser le pilotage de la continuité pédagogique et éducative. D’autres inconnues de ce début d’année leur sont plus ou moins familières : dans quels espaces collectifs de travail effectuer les arbitrages liés à l’affectation des moyens de la dotation horaire globale (DHG) pour l’année scolaire 2021-2022, reçue ces dernières semaines ? Comment faire pour que les nouveaux dispositifs d’autoévaluation et d’évaluation externe des établissements, proposés par le Conseil de l’évaluation de l’École créé en juillet 2019, puissent contribuer à soutenir, accompagner et former l’ensemble des personnels ? Ou encore comment se projeter dans le tout nouveau rythme d’évaluation des personnels de direction, désormais annuel (décret du 4 février 2021) ? Ou plutôt : comment arriver à tout tenir en même temps ?

Dans le prolongement du Dossier de veille Pilotes et pilotages dans l’éducation paru en février 2019, cet Edubref, intitulé Piloter : entre métiers et activités, propose en quatre pages un tour d’horizon des nombreuses préoccupations quotidiennes des métiers de la direction et de l’inspection et de leurs enjeux. Cette synthèse s’appuie sur la confrontation des travaux de différentes disciplines et courants de recherche, de l’histoire de l’éducation à la sociologie de l’administration scolaire, des approches cliniques du travail à la sociologie des organisations.

Dans la lignée de l’étude pionnière que la sociologue Anne Barrère a consacrée aux « managers de la République » il y a presque vingt ans, de nombreux chercheur·euses se sont en effet intéressé·es aux modalités et aux effets de la traduction dans l’exercice ordinaire du métier des prescriptions institutionnelles qui encadrent l’activité des professionnels de la gouvernance « par le milieu » (A. Hargreaves). Si les membres des corps d’inspection « sont des acteurs essentiels du pilotage pédagogique » (missions des IA-IPR et des IEN, 2015), les personnels de direction des collèges et lycées conduisent « une politique pédagogique et éducative d’établissement au service de la réussite des élèves, en y associant l’ensemble des membres de la communauté éducative » (référentiel des personnels de direction, 2002), tandis que les professeur·es des écoles exerçant les fonctions de directeur ou de directrice endossent des responsabilités pédagogiques « en matière d’animation, d’impulsion et de pilotage » (référentiel métier des directeurs d’école, 2014).

Au final, les contours d’activités complexes dont la compréhension, la réalisation et l’efficacité ne se réduisent pas à la détention d’un statut ou d’une position d’autorité se dessinent en mettant au jour les compromis passés pour travailler – et faire travailler – collectivement sur les apprentissages des élèves.

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.