Des veilleuses dans la nuit

Mon métier de veilleuse ne peut faire fi de l’actualité, une semaine après l’attentat perpétré sur Samuel Paty et qui a plongé l’éducation à la fois dans l’obscurité et sous le feu des projecteurs. Publier un Dossier de veille ou même un article de blog dans ces circonstances soulève plusieurs questions.

Notre métier est-il de regarder les recherches sous l’angle des pratiques enseignantes ? Quel.le enseignant.e a le temps de chercher les sources universitaires qui pourraient répondre à ses questions au quotidien ? Ces sources de recherche en éducation sont parfois trop abondantes, parfois très rares, mais toujours dispersées dans de nombreuses disciplines universitaires, parce qu’il en faut des points de vue différents pour appréhender les liens si particuliers en France entre l’école et la République, entre le ministère et les établissements ancrés dans leur environnement, pour comprendre pourquoi l’école est vue sans contradiction à la fois comme un sanctuaire et un espace de co-éducation, et au final pour aborder n’importe quelle thématique éducative. La seule tâche de présenter une à une chaque recherche et de la resituer dans son contexte disciplinaire est immense.

Notre métier est-il au contraire, comme on peut parfois le lire, d’éclairer les pratiques enseignantes par les recherches ?  Avec notre faible lumière de veilleuse, on trouvera certainement, en cherchant dans toutes les disciplines, plusieurs sources universitaires précisant un aspect de la question que l’on veut traiter : par exemple, de la linguistique pour mieux analyser chaque prise de parole d’un.e élève dans un groupe de travail en classe, ou de la psychologie pour comprendre l’impact de l’estime de soi dans l’implication d’un.e élève dans ce groupe. Mais, même si elles sont plusieurs centaines sur ces questions, ces sources ne suffisent pas pour dire à coup sûr et dans tous les contextes combien les enseignant.e.s doivent prévoir d’élèves par groupe. Nous ne pouvons donc donner des solutions clés-en-main aux enseignant.e.s, et négliger ainsi leurs savoirs d’expérience.

Notre métier est-il d’éclairer le contexte de travail des enseignant.e.s et de chercher à comprendre l’incidence des politiques éducatives sur l’éducation ? Comme cette dernière était historiquement et est encore fortement aujourd’hui décidée au niveau national, il pourrait suffire de s’intéresser aux réformes ou aux programmes, en étudiant leurs impacts sur l’apprentissage des élèves ou sur les pratiques professionnelles des enseignant.e.s. Mais le rythme de la recherche n’est décidément pas le même que celui du politique, et de nombreuses thèses présentent des résultats très intéressants sur des dispositifs abandonnés juste après leur prise de données sur le terrain, montrant trop tard que le dispositif qui l’a remplacé n’a toujours pas pris en compte tel paramètre qu’il ne faudrait pas négliger. D’autres recherches utilisent dans leur méthodologie la catégorie « toutes choses égales par ailleurs », absolument indispensable pour pouvoir étudier l’impact d’une variable en particulier : doit-on aller extraire de cette catégorie les autres disciplines de recherche, les politiques éducatives, qu’elles soient nationales ou territoriales, les savoirs d’expérience des enseignant.e.s, puis les mettre en perspective ?

Mon métier est bien sûr au milieu de toutes ces questions, c’est ce qui en fait sa richesse, sa complexité. Rendre compte des travaux de recherche, oui, mais ne pas oublier de les rassembler au-delà des différentes disciplines souvent cloisonnées, de les resituer dans leur contexte de création, et surtout de les imaginer dans le quotidien de formateur.rice.s d’enseignant.e.s, ou de maires, ou d’inspecteur.rice.s « Établissement et vie scolaire ». La médiation en éducation est à renouveler sans cesse au fur et à mesure des évolutions rapides de la société et du politique, en gardant en tête le temps long d’analyse des recherches : un défi aujourd’hui.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.