Le bâti et la santé scolaires n’ont-ils plus besoin d’être observés ?

C’est en tout cas ce qui transparait dans le compte rendu de la séance du 28 septembre 2020 à l’Assemblée nationale, qui avait notamment pour objet de voter la suppression de l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement, au nom du choc de simplification dans la fonction publique. Autant arrêter le suspens tout de suite : sa suppression a bel et bien été votée.

Si vous n’êtes pas personnel de direction d’école ou d’établissement, que vous ne travaillez pas pour les directions d’éducation des collectivités locales, vous n’avez peut-être pas entendu parler de cet observatoire. Il a été créé en 1995 pour « étudier l’état des bâtiments et des équipements, évaluer les conditions de sécurité, d’hygiène, d’accessibilité et de mise en sûreté en cas de risque majeur » et fonctionne comme une instance indépendante. Il rassemble et fédère tous les établissements scolaires, enseignements publics et privés, les collectivités territoriales, les agents de terrain mais aussi les experts extérieurs comme les pompiers.

L’Observatoire publie des documents variés, outre ses rapports annuels : des fiches pratiques de prévention,  comme « Réduire les accidents dans la cour de récréation » , fiche destinée au premier degré, rassemblées par exemple pour le second degré dans un vade-mecum, mais également des conseils sur les actions à mener lors du désamiantage des bâtiments. Au-delà de la question du bâti, se pose évidemment la question de la santé et du bien-être des élèves, directement liés à leur environnement quotidien, comme le montre le rapport révélant les mauvaises conditions d’hygiène dans les sanitaires des écoles élémentaires (on peut relire utilement sur ce thème le Dossier de veille Que fait le corps à l’école ? de ma collègue Marie Gaussel).

La suppression de cet observatoire couvait depuis quelques mois, mais la menace terroriste, la crise sanitaire et l’alerte lancée par la Cour des comptes dans son rapport « Les médecins et les personnels de santé scolaire » en mai 2020, portant notamment la recommandation de la création d’un Conseil de la santé scolaire qui aurait pu être porté par l’Observatoire, auraient pu faire changer d’avis le gouvernement. Comme parallèlement une cellule « Bâti scolaire » a été créée dans le ministère au printemps 2019*, le choc de simplification a fait pencher la balance en faveur d’un service interne dédié à ces questions.

Mais, avec ou sans observatoire ou cellule dédiée, pas de doute que le sujet soit encore d’actualité : une journée d’étude est organisée à Paris le 17 novembre 2020 par l’ANDEV sur le thème : « BÂTI SCOLAIRE ». Neuf ou réhabilitation, concevez l’école de demain, en présence de Sidi Soilmi, Directeur de projet chargé de la Cellule « bâti scolaire ».

 


*Si vous trouvez des informations institutionnelles sur cette cellule (ou une page dédiée sur le site du ministère de l’Éducation nationale), merci de les ajouter en commentaire, cela permettra de repérer le périmètre de ses missions par rapport à celles de l’Observatoire.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.