La rentrée des colloques : quels savoirs entre recherche, pratiques et formation ?

Organisé par la HEP Béjune (Haute Ecole Pédagogique des cantons de Berne, du Jura et de Neuchâtel), le colloque annuel de la Société suisse pour la recherche en éducation (SSRE) s’est déroulé en ligne du 31 août au 2 septembre dernier. Des conférences plénières, des symposiums et des tables rondes ont permis à plusieurs centaines de participants de réfléchir aux « savoirs au carrefour de la recherche, des pratiques et de la formation ». Les interventions auxquelles ont permis de (re)poser la question de la nature des savoirs en éducation, de leur production collective et des acteurs, des espaces et des enjeux de leur circulation. Bref, que c’était la rentrée pour l’équipe Veille & Analyses !

Collaboration, intervention, adoption : quelles recherches pour quels savoirs ?

Dans sa conférence inaugurale, Lucie Mottier Lopez (Université de Genève) est revenue à partir de son expérience (entre autres Mottier Lopez, 2015) et de la littérature de recherche sur les spécificités liées aux dispositifs collaboratifs en éducation, qui font l’objet d’un intérêt croissant. Si les démarches partenariales prennent différentes formes, liées aux objets de travail, aux cadres théoriques et méthodologiques adoptés ou encore aux domaines de recherche en jeu, elles partagent des fondements épistémologiques communs : chercher pour et avec les professionnels, avec le double objectif – dont l’équilibre est toujours précaire – de contribuer au développement professionnel des enseignants (visée praxéologique) et de produire des savoirs scientifiques (visée heuristique).

Malgré leurs limites (nombre réduit de chercheurs disponibles, poids des rôles sociaux, articulation entre activité professionnelle ordinaire et temps de co-analyse, résultats et effets contextualisés), ces recherches participatives s’ouvrent aujourd’hui à d’autres acteurs de terrain que les seuls enseignants ou formateurs. Le réseau de recherche émergent sur l’évaluation International Educational Assessment Network (IEAN) a ainsi mis en place des binômes chercheur-policymaker pour représenter chacun des 13 systèmes éducatifs qui en sont membres. En effet, les savoirs professionnels des enseignants et des chercheurs (articulant savoirs académiques, expériences et valeurs énoncés, formalisés et mis en débat collectivement), ne peuvent se comprendre et se transformer durablement que dans un contexte politique, institutionnel et sociétal favorable. Un nombre croissant d’associations partenaires de l’école s’engage aussi dans ce type de recherche, ce qui demande à leurs membres de nouvelles compétences :

« a) passer d’une question interne à une question de recherche ; b) produire une expertise consolidée grâce à un renforcement des fonctions ou des métiers ; c) conduire des transformations organisationnelles internes et/ou externes à même d’appuyer soit le développement et l’innovation de l’association, soit les stratégies d’alliances entre associations en matière de recherche ; d) établir ou accroitre des partenariats avec des organismes de recherche publique. » (Porte, 2020).

Yrjö Engeström (Université de Helsinki) a présenté dans sa conférence une déclinaison particulière de ces démarches partenariales. Sa méthode de recherche-intervention, le « laboratoire de changement », est ancrée dans une approche historico-culturelle des théories de l’activité ; un collectif de professionnels identifie les contradictions présentes dans son système d’activité ; à partir de cette co-analyse, le chercheur (ou le formateur qui s’appuie sur cette méthodologie) soutient et interprète le développement de nouveaux savoirs professionnels, les transformations que ceux-ci génèrent, les processus d’apprentissage collectifs qui ont lieu (Engeström, 2011). Trois exemples ont permis d’illustrer ces travaux lors de l’exposé : la mise en place de travaux personnels interdisciplinaires en fin de scolarité obligatoire dans un établissement finlandais afin de surmonter la contradiction entre besoin de contrôle et de confiance entre enseignants et élèves, celle de dispositifs de pédagogie coopérative au Botswana, et un dialogue autour de la notion de discipline entre les membres de la communauté éducative d’une école états-unienne.

En complément de ces deux approches présentées en conférence plénière, un double symposium (coordonné par C. Martinet, P. Gay, A.-F. de Chambirer et L. Alvarez) a été consacré aux développements récents du mouvement de l’éducation fondée sur les preuves (evidence-based education). Les enseignants devant intégrer dans leur jugement professionnel les meilleures preuves empiriques disponibles en matière de pratiques pédagogiques, il est désormais question à ce sujet d’evidence-informed education. La nécessité de mettre en place des temps et des lieux particuliers, où ce type de résultats de recherche est confronté à la fois aux questions que se pose une communauté d’apprentissage professionnel et aux savoirs professionnels déjà mis en œuvre, a vu naitre le champ émergent de l’implementation science. L’étude des modifications des gestes professionnels appuyées sur les « pratiques efficaces » est ainsi repensée dans le cadre plus large du mouvement du school improvement (Bryk, 2017 ; Centre Alain-Savary, 2017) : il s’agit de comprendre non plus « ce qui marche » et pourquoi, mais de documenter les variations que de nouveaux contextes, toujours singuliers, de mobilisation de ces résultats probants engendre, et donc de s’appuyer sur des « preuves fondées sur la pratique » (practice-based evidence).

Ce rapide panorama de certains travaux présentés lors de ce colloque ne couvre pas l’ensemble des pratiques de recherche, mais rappelle que, pour accéder à un terrain de recherche et recueillir le consentement éclairé des participants (pour une observation de classe, pour la passation de questionnaire, pour un entretien semi-directif, etc.) ou pour encourager l’appropriation de résultats de recherche en formation initiale ou continue, expliciter la valeur ajoutée et les angles morts des recherches effectuées aux acteurs concernés (administration scolaire, enseignants, parents, etc.), situer une discipline ou un courant de recherche au sein des sciences de l’éducation et de la formation – ou en dehors dans le cas d’un ancrage dans une discipline contributive comme la sociologie, la psychologie, etc.- contribue à construire une culture de recherche en éducation.

La recherche en formation initiale d’enseignants : universitariser la formation ou professionnaliser l’université ?

En Suisse comme ailleurs, les dernières décennies ont été marquées par l’universitarisation de la formation professionnelle initiale des enseignants. Cette tendance de fond a conduit au développement de nouvelles relations entre recherche en et recherches pour l’éducation, qui ont été l’objet de nombreuses présentations lors des symposiums.

Selon les institutions, le dialogue entre théorie et pratique, toujours difficile pour les enseignants débutants, prend des formes variées : une initiation à la recherche qui dépasse le cadre du mémoire professionnel (attribution de crédits ECTS en lien avec la participation active à des colloques, y compris à l’étranger – poster, prise de parole, publication, etc. ; L. Gremion-Bucher, F. Gremion, M.-P. Matthey, C. Dumoulin, J.-C. Kalubi, P. Curchod), des interventions potentiellement formatives auprès de collègues sur le lieu de stage (F. Gremion, J.-S. Meia, P. Carron et D. Zappella, HEP Béjune), des séminaires d’analyse de situations professionnelles où les cadres théoriques de l’analyse de l’activité sont manipulés que les stagiaires comprennent, théorisent et transfèrent leurs réussites et surmontent leurs difficultés (S. Weber), etc.

Ces dispositifs de formation à et par la recherche demandent aux formateurs d’acquérir de nouvelles compétences : une professionnalisation qui pour ceux recrutés sur des profils académiques parfois éloignés des salles de classe appelle un accompagnement et une acculturation à ce monde de l’éducation, et à l’inverse pour les autres, maitres-formateurs habitués à enseigner (C. Scherrer), une incitation institutionnelle à effectuer eux-mêmes des recherches en éducation, comme dans les Hautes écoles en Fédération Wallonie Bruxelles (S. Biémar).

Faire circuler des savoirs en éducation : qu’est-ce que ça demande ? et à qui ?

Au final, la diversité de ces situations demande à tous les acteurs impliqués de s’interroger sur les visées et les usages de la recherche qu’ils contribuent à co-construire ou qui offre les moyens de développer l’activité enseignante : recherche d’intelligibilité, de compréhension, d’explication, d’évaluation, de transformation ? Selon ces fonctions, les types de savoirs recherchés, les modes de pensée et d’action varient.

Finalement, comment prendre en charge, dans un paysage institutionnel complexe, tout ou partie de la synthèse des résultats de recherches, mais aussi la cartographie de leurs controverses ? Quels savoirs et quelles recherches pour assurer la transmission, la transposition, l’appropriation des connaissances produites et mises en pratiques par les uns et les autres ? Quels « passeurs » en éducation ?

La formation « Lire et mobiliser les recherches pour exercer les fonctions de « passeur » en éducation », organisée par l’équipe Veille & Analyses de l’Institut français de l’éducation les 18 et 19 mars 2021 sera l’occasion d’approfondir ces questions.

Pour aller plus loin avec la Veille de l’IFÉ : des Dossiers de veille …

Gaussel M. (2020). Les pratiques enseignantes face aux recherches. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 132, février. Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=132&lang=fr

Joubaire C. (2019). Commencer à se former pour enseigner. Dossier de veille de l’IFÉ, n’° 131, septembre. Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=131&lang=fr

Rey O. (2014). Entre laboratoire et terrain :comment la recherche fait ses preuves en éducation. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 89, janvier. Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=89&lang=fr

… et des billets Eduveille

Gaussel M. (2020). Enseignants et chercheurs en éducation : un mariage impossible ? En ligne : https://eduveille.hypotheses.org/15366

Marx L. (2020). Les conférences, colloques et séminaires à distance, cela donne quoi ? En ligne : https://eduveille.hypotheses.org/15405

Ravez C. (2019). Apprendre à lire et mobiliser les recherches en éducation : regards internationaux sur la formation initiale. En ligne : https://eduveille.hypotheses.org/13956

Rey O. (2014). À la recherche des passeurs en éducation. En ligne : https://eduveille.hypotheses.org/6086

Rey O. (2005). Autour de l’Evidence Based Education. En ligne : https://eduveille.hypotheses.org/31

Références citées dans l’article

Bryk A. S. (2017). Accélérer la manière dont nous apprenons à améliorer. Éducation et didactique, vol. 11, n° 2, p.11-29. En ligne : https://www.cairn-int.info/revue-education-et-didactique-2017-2-page-11.htm

Centre Alain-Savary (2017). De « l’evidence-based practices » aux « practice-based evidences » : et si les chercheurs anglo-saxons nourrissaient des débats éducatifs féconds en France ? En ligne : http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/CAS/nouvelles-professionnalites/enseignants/de-l2019evidence-based-practise-aux-practice-based-evidences-et-si-les-resultats-anglo-saxons-nourrissaient-des-debats-educatifs-feconds-en-france

Engeström Y. (2011). Théorie de l’activité et management. Management & Avenir, n° 42, p.170-182. En ligne : https://www.cairn-int.info/revue-management-et-avenir-2011-2-page-170.htm

Mottier Lopez L. (2015). Au cœur du développement professionnel des enseignants, la conscientisation critique. Exemple d’une recherche collaborative sur l’évaluation formative à l’école primaire genevoise. Carrefours de l’éducation, n° 39, p.119-135. En ligne : https://www.cairn-int.info/revue-carrefours-de-l-education-2015-1-page-119.htm

Porte E. (2020). L’enjeu des intermédiations de recherche pour les associations. Cahiers de l’action, n° 55, p.37-41. En ligne : https://www.cairn-int.info/revue-cahiers-de-l-action-2020-1-page-37.htm


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.