Apprendre sans la classe : la difficulté du télétravail scolaire pour les élèves

 

Cet article est paru dans Le Monde du 30 juin 2020.

La crise actuelle due au coronavirus a interrogé la manière de travailler et d’apprendre des élèves : pendant près de trois mois, enseignant.e.s et parents ont pu éprouver comment, dans le transfert de l’école à la maison, le travail personnel de l’élève peut s’organiser sans le support de la classe. D’après plusieurs enquêtes (par exemple dans l’académie de Montpellier), ce transfert a souvent conduit à un désengagement, voire à un « décrochage » de la part des élèves, comparable aux difficultés des adultes en télétravail.

Cette problématique du travail personnel de l’élève, alimentée par des recherches en éducation antérieures à la crise que venons de nous traverser, est depuis longtemps au cœur de l’école. Mais elle acquiert aujourd’hui une visibilité et un intérêt nouveaux, non limités au seul cas des élèves en difficulté, à l’heure où beaucoup de jeunes ont retrouvé le chemin de l’école, et où l’hypothèse de devoir à l’avenir refaire « l’école à la maison » ne paraît pas irréaliste.

Pour qualifier la continuité des apprentissages entre les devoirs à la maison et le travail en classe, les chercheur.se.s en éducation parlent de « travail personnel de l’élève » : soit «l’ensemble des processus mobilisés de façon autonome et personnelle par l’élève pour s’approprier les objets d’enseignement (connaissances et compétences) », résumait Rémi Thibert en 2016. Ce travail personnel suppose un minimum d’engagement des élèves dans les apprentissages. Celui-ci peut être soutenu et accompagné dans différents contextes : en classe par les enseignant.e.s, via différentes stratégies didactiques, psychologiques, pédagogiques… ; dans les dispositifs d’aide et d’accompagnement à l’école (comme les activités pédagogiques complémentaires en primaire, l’accompagnement personnalisé dans le secondaire, le programme « Devoirs faits » au collège) et hors l’école par des intervenant.e.s divers ; et enfin à la maison par les parents, lors des devoirs.

Éducation à l’autonomie

En classe, ce travail personnel n’est pas individuel : il est conforté et encouragé par l’enseignant.e et les autres élèves, dans ce que les chercheur.se.s en éducation nomment le «temps didactique », défini par la chercheuse Marie-Pierre Chopin comme étant l’ensemble des événements didactiques ayant pour effet une avancée des connaissances des élèves.

Mais quand les élèves quittent la classe, comme ce fut le cas de manière totalement inédite durant cette période de confinement, que se passe-t-il au niveau de leur travail personnel ? Des travaux de recherche ont cerné depuis les années 2000 les écueils à éviter dans les dispositifs d’aide comme « Devoirs faits » au collège :

  • ne pas installer ces dispositifs dans la durée pour ne pas démobiliser les élèves ;
  • toujours relier les activités faites avec les objectifs d’apprentissage décidés en classe, donc favoriser une implication forte du ou des enseignant.e.s de la classe dans le dispositif ;
  • résister à la tentation de découper les savoirs en tâches trop simples à effectuer, aborder pas à pas des tâches complexes.

Tout cela revient notamment à assurer le maintien du temps pédagogique de la classe, au service des apprentissages, et on voit le rôle irremplaçable de l’enseignant.e dans ce maintien. Selon le chercheur Philippe Foray, cela nécessite de développer une véritable éducation à l’autonomie, « qui ne dépende pas seulement de l’éducation intentionnelle [dispensée à l’école], mais aussi des interactions entre pairs. Elle ne dépend pas de la seule transmission éducative, mais aussi du développement (neurobiologique) et de l’expérience. »

Désengagement ponctuel

Avec la crise sanitaire, la situation est encore plus difficile. Certes, les manuels et les activités données par les enseignant.e.s ont assuré une continuité des supports d’apprentissage, mais pas une réelle continuité de la classe. Parce qu’elle est le lieu de découverte des apprentissages en groupe, d’échange avec les pairs sur ces apprentissages et de temps d’appropriation personnelle, comme le fait remarquer le sociologue Bernard Lahire : « La vision technologique de la continuité pédagogique est une vision désincarnée, hors sol, qui empêche de voir ce qui se joue concrètement dans la période que nous traversons. »

Assurer la continuité pédagogique à distance relève d’une véritable gageüre. Comment, d’un côté, savoir où les élèves en sont, les motiver et les guider, quand on ne peut pas regarder leur expression ni les interroger facilement ? Comment, de l’autre, dire à distance à l’enseignant.e qu’il ou elle est trop rapide dans ses explications, ou tellement lent.e que ce qui est à apprendre se dissout dans des successions d’activités sans objectif d’apprentissage tangible ? Cela est faisable à distance pour des petits groupes, en multipliant les moyens de communication, mais il faut le prévoir en amont du cours, et c’est ce à quoi les enseignant.e.s n’étaient pas préparé.e.s pendant le confinement. On a observé non pas forcément un décrochage au sens habituel du processus de démotivation, de découragement progressif et de perte de sens de l’école, mais plutôt un désengagement ponctuel dû à l’éloignement de la classe, tout comme dans le télétravail professionnel par rapport à l’éloignement du lieu de travail.

Malentendus

En temps normal, les devoirs à la maison permettent aux élèves de consolider les apprentissages, de réviser les notions déjà vues en classe, de réaliser des travaux exploratoires comme les exposés. La maison n’est d’ordinaire pas le lieu de découverte et d’appropriation de notions, pour lesquelles les parents ne sont a priori pas préparés à aider leur enfant. Et ce fut tout le dilemme des enseignant.e.s pendant le confinement : fallait-il d’abord assurer le lien scolaire avec les élèves et leurs familles, consolider les acquis ? Ou fallait-il aborder des notions nouvelles, au risque d’échouer en désengageant, démotivant une grande partie des élèves ?
Pour les parents, il a fallu assurer le travail habituellement fait en classe. Or la réussite scolaire dépend surtout des moyens utilisés d’abord en classe pour engager les élèves dans un apprentissage solide, avec leurs pairs, en favorisant le travail réflexif, ces moyens devant être en parallèle soutenus à la maison. Dans le cadre des devoirs, les travaux de recherche regroupés par le centre Alain-Savary de l’Institut français de l’Education-ENS de Lyon font état de malentendus pouvant parfois surgir entre ce que les parents pensent de ce que l’école attend d’eux et ce que les enseignant.e.s attendent réellement.

Espérons que la période écoulée a pu dissiper quelques-uns de ces malentendus. Les enquêtes s’intéressant aux effets du confinement sur l’activité des enseignant.e.s (dont celle de l’Institut français de l’Éducation) répondront sans doute à cette question. Espérons également que le rôle de la direction et de la vie scolaire, et notamment des conseiller.e.s principaux d’éducation, pourra être mieux reconnu à l’avenir dans le maintien du lien entre l’établissement et la famille, pour rendre à la classe en particulier, et à l’école en général, leur rôle premier : garantir un cadre rassurant pour apprendre ensemble.

 

Plus aller plus loin, voir l’article Eduveille « A quelles conditions peut-on poursuivre son travail scolaire à la maison ? »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.