Les conférences, colloques et séminaires à distance, cela donne quoi ?

Depuis mars, avec la fermeture des universités et établissements de recherche, c’est non seulement l’enseignement mais également la recherche qui a été affectée. De nombreux séminaire ou conférences – ces temps qui habituellement rythment le travail académique – ont en effet dû être annulés, reportés ou alors basculés en ligne (voir la liste à jour des colloques sur le site de l’équipe Veille et Analyse). Qu’est ce que ces déplacements vers des espaces virtuels changent aux échanges sur le travail scientifique, et, très concrètement, comment est-ce que cela s’organise ? Quelques impressions avant la rentrée universitaire, tirées de trois évènements différents liées aux sciences de l’éducation auxquels l’autrice de ce billet a assisté :

  • Le séminaire du CrAC (Creuset d’Analyse des recherches Collaboratives, à l’IFE/ENS de Lyon)  a basculé sur un fonctionnement à distance pour les deux dernières séances de l’année. Celle du 28 mai réunissait environ 25 personnes, pour la présentation de Clémence Jacq (chargée d’études à l’IFÉ/ENS Lyon et doctorante en sciences de l’éducation et de la formation) sur son travail concernant le programme « Territoires apprenants » dans l’académie de Versailles. Comme tous les séminaires du CrAC, cette séance comportait une double analyse et lecture d’un corpus, ici constitué de vidéos de formation et d’auto-confrontation. Les analyses interne, par Clémence Jacq et externe, par Gilles Aldon et Réjane Monod-Ansaldi, étaient préenregistrées et diffusées dans l’espace de vidéoconférence par les deux modérateurs.rices de la séance. En parallèle des vidéos et lors de la discussion en direct qui suivait, les participant.es pouvaient formuler remarques, questions et commentaires dans l’espace chat de la plateforme,  tandis qu’une prise de notes collective sur google doc était également mise en place.
  • Le séminaire Socio-histoire de l’éducation différenciée de l’Université de Cergy, est un séminaire de recherche traditionnel qui réunissait, pour la séance du 15 juin, une petite vingtaine de personnes, pour certaines membres du laboratoire hôte habitué.es du séminaire et pour d’autres nouveaux.elles venu.es pour qui le basculement sur une plateforme numérique rendait la participation à distance possible. Les présentations, par visioconférence et en direct, de Philippe Mazereau sur « Coopérations inter-métiers versus spécialisation professionnelle, une question de savoir? Eclairages socio-historiques dans les champs éducatif, social et médico-social » et d’Amélie Derobert sur « Socio-histoire d’un établissement judiciaire : circulation des savoirs et pratiques éducatives auprès de la jeunesse délinquante » étaient suivis d’un temps de questions et échanges de vive voix avec les participant.es.
  • La conférence ECER 2020, conférence annuelle de la European educational research association (EERA) prévue à Glasgow fin août 2020, a été annulée début avril. Cependant, de nombreuses activités ont été maintenues ou repensées, dans le cadre de Reconnecting EERA, un programme d’évènements en ligne qui court encore jusqu’au 28 août et dont je citerai deux en particulier. Le Emerging Researchers’ Group a ainsi organisé un appel zoom avec 80 participant.es, partiellement en plénière et partiellement en petits groupes de discussion, afin de présenter et améliorer son programme pour jeunes chercheurs.ses en éducation. Autre nouveauté, toutes les conférences plénières de l’ECER ont été pré-enregistrés et mises en ligne, elles seront complétées par une discussion entre les quatre intervenant.es qui répondront à des questions sur leurs présentations enregistrées et dont les échanges seront ensuite rendus disponibles en ligne.

Ces trois exemples, qui sont bien sûr loin de couvrir la panoplie de possibilités, ont eu recours à des modalités plus ou moins (a)synchrones, plus ou moins interactives, plus ou moins collaboratives. Ils étaient également plus ou moins demandeurs de préparation et animation, entre d’une part le séminaire de recherche où la transposition virtuelle était finalement proche de sa version analogue et d’autre part les réunions qui ont voulu repenser les manières d’interagir y compris par écrit, de manière éphémère dans les chat ou de manière plus durable sur les documents partagés.

Plus personnellement, si le fait d’assister à une conférence internationale depuis mon salon était une expérience étrange – étrangeté un peu adoucie quand la connexion se faisait depuis mes locaux professionnels habituels -, ces expériences m’ont malgré tout permis de retrouver des échanges scientifiques stimulants, une bulle d’oxygène bien nécessaire. Je continuerai donc de participer à ce type d’événement quand leur thématique m’intéresse – et vous?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.