Savantes et politiques : un Dossier de veille sur les sciences humaines et sociales à l’école

« Histoire-géographie-géopolitique-sciences politiques », « sciences humaines dès trois ans », « éduquer aux sciences humaines et sociales ». La première de ces trois expressions est l’intitulé du nouvel enseignement de spécialité proposé en France aux élèves entrés en Première générale à la rentrée scolaire de septembre 2019 ; la deuxième est le titre d’un numéro de Traces de changement (novembre-décembre 2018), une revue professionnelle portée par le mouvement pédagogique belge Changements pour l’égalité ; la troisième reprend le thème de la récente livraison (automne 2019) de la revue de recherche québécoise Éducation et francophonie. C’est donc bien à la croisée de l’actualité des politiques et des réformes éducatives, des préoccupations des enseignantes et des enseignants, des chercheuses et des chercheurs en éducation, tant en France qu’à l’étranger, que se situe le Dossier de veille n° 135 intitulé Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société.

Cette publication met en avant différentes tensions qui sous-tendent l’activité quotidienne des enseignantes et enseignants qui cherchent à transmettre à leurs élèves des démarches et des outils intellectuels pour « comprendre pourquoi des individus particuliers, anonymes ou célèbres, ou des groupes sociaux, petits ou grands, font ce qu’ils font, pensent ce qu’ils pensent, sentent ce qu’ils sentent, disent ce qu’ils disent », c’est-à-dire ce qui relève de « l’ambitieux objectif des sciences humaines et sociales – sociologie, histoire, anthropologie, géographie, linguistique, économie, etc. – depuis qu’elles existent en tant que savoirs savants. » (B. Lahire, Mondes pluriels. Penser l’unité des sciences sociales, 2012)

Comment se recompose la référence aux disciplines universitaires au sein et entre matières scolaires elles-mêmes plus ou moins composites (histoire-géographie et EMC, sciences économiques et sociales, philosophie, etc.) ? Quels compromis entre éducation à une socialisation politique commune et à une pensée critique émancipatrice ? Quelles spécificités mais aussi quels enjeux partagés entre l’enseignement polyvalent de l’école primaire et la spécialisation des professeurs du secondaire ? Quels regards porter sur le passé de ces disciplines pour mieux en comprendre les configurations émergentes ? Quelles trajectoires spécifiques et quelles tendances voisines entre systèmes scolaires français et étrangers ? Enfin, quels écarts entre intentions éducatives et apprentissages effectifs des élèves ?

Pour résumer : quels sont les termes des compromis que les enseignantes et enseignants sont amenés à effectuer au quotidien pour à la fois s’inscrire dans un rapport spécifique aux savoirs de référence et dans une dimension politique redoublée par l’objet de leurs enseignements, l’humanité en société ?

Pour contribuer à la réflexion sur ces questions, les trois parties de ce Dossier s’appuient sur une sélection de travaux de recherche abordés sous l’angle du curriculum, c’est-à-dire des « connaissances, compétences, représentations [et] valeurs » qui fondent la « dimension cognitive et culturelle de l’enseignement » (J.-C. Forquin, Sociologie du curriculum, 2008).

Une première partie, structurée autour de la notion de « curriculum invisible » (J. Netter, Culture et inégalités à l’école. Esquisse d’un curriculum invisible, 2018) s’intéresse aux conditions dans lesquelles l’activité enseignante en classe peut être favorable aux apprentissages disciplinaires de tous les élèves, de la carte de géographie à la dissertation philosophique.

La deuxième partie inscrit l’action des enseignantes et enseignants dans l’histoire collective de leur profession, et, dans le cas de l’enseignement secondaire, de leur discipline (histoire-géographie, sciences économiques et sociales, philosophie) et de ses réformes successives ; ici, l’éclairage permis par la comparaison avec les découpages disciplinaires opérés dans d’autres systèmes scolaires fait ressortir la spécificité des choix nationaux.

Enfin, une troisième partie interroge les façons dont les enseignantes et enseignants traduisent dans leurs pratiques des prescriptions institutionnelles de plus en plus internationalisées comme l’acquisition de compétences ou les « éducation à » : cet appel au décloisonnement et à l’interdisciplinarité interroge les raisons qui font que ces tendances de fond connaissent dans le même temps un processus de disciplinarisation qui s’appuie sur les fondements épistémologiques des différentes sciences humaines et sociales.

Vous pouvez télécharger le Dossier de veille en cliquant ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.