Enseignants et chercheurs en éducation : un mariage impossible ?

Depuis la réforme de la formation des enseignants engagée en 2010 et prochainement remaniée en 2020, la mastérisation des concours d’enseignement rend nécessaire pour les futurs professeurs de s’interroger sur la construction et la circulation des savoirs issus des recherches en éducation. En mai 2019, un arrêté pris dans le nouveau cadre national des formations aux métiers du professorat et de l’éducation, a réaffirmé que cette mastérisation requiert une formation à et par la recherche en éducation.

Autrement dit, les contenus de la formation doivent s’appuyer sur des travaux de recherche tout en initiant les étudiants-stagiaires eux-mêmes à la recherche expérimentale, de façon à les familiariser avec les démarches scientifiques et en particulier avec l’observation et l’analyse des pratiques professionnelles. Le raisonnement, déjà développé dans un rapport de 2018, est le suivant : si on immerge les enseignantes et les enseignants dans une culture de recherche scientifique en éducation, ils développeront « naturellement » cette compétence qu’ils pourront ensuite mobiliser en classe.

Pourquoi les politiques éducatives prescrivent-elles aux enseignants de mobiliser les résultats de la recherche, et comment ces résultats peuvent-ils être mis en pratique concrètement dans la classe ?

« Efficacité » des pratiques

Le terme de « recherches en éducation » inclut les recherches produites par les sciences de l’éducation ainsi que celles issues de disciplines comme la sociologie, la psychologie, les sciences cognitives, etc., qui portent sur l’éducation et l’enseignement. En France, tout comme à l’international, la volonté d’appuyer les politiques éducatives sur les résultats de ces recherches en éducation s’amplifie depuis quelques années. Cette tendance est contemporaine de la montée en puissance d’un certain type de recherches visant à prouver l’efficacité de telle ou telle pratique.

Cette évolution s’explique par l’intérêt croissant des responsables politiques pour des données scientifiquement fiables, appelées « données probantes » ou « données basées sur la preuve » (traduction de l’expression anglo-saxonne evidence-based education) qui leur permettent d’asseoir leurs décisions sur des résultats « scientifiquement prouvés », à l’instar des essais dans le domaine médical.

Ces recherches de type de what works, « ce qui fonctionne » ou « ce qui est efficace », sont cependant très controversées depuis leur développement dans les années 1990 dans les pays anglo-saxons. En France, d’autres types de recherches effectuées à partir d’observations en classe sont tout autant critiquées, comme on peut le lire dans le rapport de l’historien Antoine Prost datant de 2001, pour leur manque de « cumulativité » et de visibilité, et pour leur difficulté à produire des résultats exploitables.

Le principe d’adossement à la recherche a pourtant été maintes fois réaffirmé ces dernières années par le pouvoir politique. La mise en place en 2018 du Conseil scientifique de l’éducation nationale (CSEN), instance consultative pouvant être saisie pour apporter des éclairages pertinents en matière d’éducation, est une traduction de cette tendance. Pour autant, les conditions de son implémentation dans les établissements scolaires et de son appropriation par les enseignants ne sont généralement pas précisées par les décideurs politiques.

Savoirs scientifiques et savoirs d’expérience

Le questionnement de l’utilité des recherches en éducation semble donc indissociable des débats sur leur utilisation par les professionnels de l’éducation, en particulier lors de situations d’enseignement. Comment dès lors organiser ce passage du « labo à la classe » ? C’est la question à laquelle s’intéresse par exemple aujourd’hui le CSEN en lançant Chercheurs en actes, un concours national destiné aux enseignantes et enseignants désireux d’expérimenter des initiatives et des actions pédagogiques s’appuyant sur la recherche.

Candide en apparence, cette problématique est au cœur des disputes entre les différentes parties prenantes en éducation que sont les acteurs politiques, éducatifs et académiques. Les recherches en éducation peuvent-elles expliquer ce qu’il se passe dans la classe ? Peuvent-elles guider l’action pédagogique ? Comment réussir à marier ces deux univers ? Des pratiques efficaces validées par la recherche sont-elles réplicables d’un contexte à un autre ? C’est ce que laissent à penser certains discours issus des sciences cognitives au sens large et des neurosciences en particulier qui prônent des modèles applicationistes mis au point dans l’univers étanche d’un laboratoire, bien différent de celui d’une salle de classe.

Cependant, la surmédiatisation des données venue des neurosciences, amplifiée par l’enthousiasme de certains politiques, semble plus correspondre à une réponse « miracle » aux besoins de la société qu’à un véritable outil opérationnel pour l’enseignement.

La sociologue Marie Duru-Bellat explique dans l’ouvrage A quoi servent les sciences de l’éducation (sous la direction de Mabillon-Monfils & Delory-Momberger, 288 pages, 24 euros) que l’enseignement étant une pratique située dans un environnement très local, l’abstraction de certaines variables ou facteurs, plausible en laboratoire, n’existe pas dans la salle de classe. S’il est possible de mettre en évidence des régularités statistiques, il reste très difficile de « dégager des explications monocausales définitives débouchant sur des recommandations univoques ».

Quand bien même une méthode ou une théorie serait formellement identifiée pour améliorer les résultats ou l’organisation scolaires, son implémentation mécanique et verticale se heurterait à plusieurs obstacles, comme celui posé par les représentations et croyances enseignantes ou celui de sa légitimité face aux savoirs d’expérience. Ce dialogue difficile entre chercheurs et enseignants, souvent unilatéral, produit une forme de résistance de ces derniers à s’approprier les savoirs de la recherche et en retour à mettre en place, dans les formations notamment, une mobilisation fonctionnelle de ces savoirs.

D’autres recherches s’intéressent aujourd’hui au principe de practice-based evidence (preuve fondée sur la pratique) qui recommande d’associer praticiens et chercheurs pour la conception de dispositifs innovants pour améliorer l’enseignement. Ainsi, on constate un intérêt croissant de certains chercheurs pour les processus concrets développés en classe soit du côté des élèves (le métier d’élève), soit de celui des enseignants, en identifiant les difficultés rencontrées quotidiennement dans la classe.

On reconnaît aujourd’hui que ce métier, loin d’être homogène, est « composite, multidimensionnel », comme le décrit la sociologue Anne Barrère. Ces recherches centrées sur l’activité des enseignants et le développement professionnel, capables de restituer un contexte, permettent de mieux saisir les gestes et postures des acteurs. En analysant les dynamiques d’enseignement-apprentissages, et les interactions entre pairs et le travail collectif, la recherche peut mieux appréhender la complexité de la salle de classe et préconiser des conseils adaptés.

Ce texte est paru dans « Le Monde de l’éducation » le 17 décembre 2019


2 réflexions sur « Enseignants et chercheurs en éducation : un mariage impossible ? »

  1. J’ai lu cet article avec le plus grand intérêt. Après une relecture attentive, il y a une chose que je n’arrive pas à décider ; quand vous dites:
    « les contenus de la formation doivent s’appuyer sur des travaux de recherche tout en initiant les étudiants-stagiaires eux-mêmes à la recherche expérimentale, de façon à les familiariser avec les démarches scientifiques et en particulier avec l’observation et l’analyse des pratiques professionnelles. Le raisonnement, déjà développé dans un rapport de 2018, est le suivant : si on immerge les enseignantes et les enseignants dans une culture de recherche scientifique en éducation, ils développeront « naturellement » cette compétence qu’ils pourront ensuite mobiliser en classe. »
    vous contentez-vous de citer des textes légaux, ou croyez-vous que cela correspond à une quelconque réalité dans les enseignements actuels de master MEEF?

    1. Bonjour,
      Cela correspond à une demande officielle du ministère qui devrait être suivie dans tous les masters MEEF mais qui est plus ou moins appliquée selon les académies. Si pour l’institution, l’initiation à la recherche doit bien être un élément important dans la formation des enseignants et des enseignantes, sa mise en œuvre au sein des INSPE est inégale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.