Quelle place pour le corps adolescent au collège ?

En 2019, le corps de l’élève peine encore à être reconnu comme un élément central dans les processus d’apprentissage. Il est en fait encore perçu comme un élément séparé de l’esprit à éduquer, selon la conception héritée de Descartes qui distingue deux substances dans la constitution des êtres humains. Le corps d’élève adolescent, en proie à de nombreuses transformations physiologiques et psychiques, se trouve alors contraint et discipliné par l’organisation spatio-temporelle de l’école.

Le corps de l’élève, une construction sociale

Cette idée selon laquelle le corps ne serait que naturel et biologique est pourtant déconstruite depuis, entre autres, les travaux du sociologue Marcel Mauss (notamment sa conférence « Les techniques du corps » en 1934) qui considère que le corps est le résultat d’une construction sociale, un matériau dans lequel viennent s’imprimer les marques et les traces d’une culture donnée dans une société donnée. Il n’existerait pas de façon « naturelle » de se développer, de bouger, de se comporter pour le corps humain.

Les gestes, les mouvements qui nous paraissent ordinaires ou allant de soi, comme la marche, la nage, sont en réalité le reflet d’une éducation qui institue les façons dont les êtres humains apprennent à se servir de leur corps. C’est d’ailleurs comme cela que se développent les stéréotypes de genre qui impactent les adolescents. Le biologique et le psychique semblent donc bien interagir de façon bidirectionnelle et indissociable. Toute expérience vécue par le corps permet à la conscience de se développer, le « corps vécu », comme l’a nommé Françoise Héritier en 2006, se voyant modifié par de nouvelles expériences physiques et affectives, par les relations entre les individus.

Au-delà des transformations biologiques, ce sont bien les interactions sociales, en particulier au sein du collège, qui vont dessiner les représentations que se font les élèves de leur corps, de l’image d’eux-mêmes, positive ou négative selon que cette image correspond à la norme instituée ou pas. Il convient alors d’envisager l’élève dans sa globalité, élève qui, comme chaque individu, n’a pas un corps mais est son corps.

Le « soi » physique

Mais cette approche de l’élève dans sa globalité suppose également de déconstruire à son tour la séparation entre l’intellect et les émotions. En effet, les travaux du psychologue Henri Wallon (1934) par exemple posent l’émotion et la motricité comme vecteurs relationnels avec autrui et fondatrices des individualités. Le corps est le lieu d’expérience, de communication et de réception des informations, qu’elles soient cognitives ou affectives.

Ce « soi » physique, principalement développé à l’adolescence, influe sur l’estime de soi qui se mesure selon plusieurs valeurs dont la force et la condition physique ou encore l’apparence. Les transformations du corps peuvent parfois être à l’origine d’une perte de l’estime de soi lorsque l’adolescent confronte son corps vécu aux corps idéalisés mis en scène dans les médias et exaltés dans la société en général. Il se tourne vers l’image que renvoie son corps aux autres. Ces derniers lui servent de repère mais, parallèlement, portent des jugements qui auront des conséquences sur son adhésion au groupe.

Les interactions sociales au sein des établissements scolaires jouent donc un rôle essentiel dans les représentations du corps et les façons dont les adolescents sont assujettis aux attentes et aux normes établies. Le passage en 6e marque une étape importante dans la perception des contraintes liées à la scolarisation quand l’enfant est laissé pour partie aux portes de l’école, renvoyé dans la sphère familiale, et que seul l’élève est accueilli.

Une école « entravante » ?

La « disciplinarisation » du corps et son dressage représentent des enjeux centraux dans l’organisation scolaire. L’assiduité, la ponctualité, l’immobilité sont sans cesse contrôlées et le moindre déplacement est réglementé. Cette vision de l’école entravante est partagée par les élèves eux-mêmes qui comparent leurs corps, selon Claude Pujade-Renaud (Le Corps de l’enseignant dans la classe, L’Harmattan, 1983), auteure de référence sur ces questions, à celui d’un zombie passif dont le corps est à la fois présent et absent. Il ne faut ni bouger, ni s’exprimer sans permission, ni oralement, ni physiquement. Le corps est éduqué à la norme scolaire qui valorise l’intellect aux dépens du corps.

La structuration même de l’espace de la classe semble emblématique d’un ordre scolaire qui place traditionnellement d’un côté des adultes, se tenant debout, en surplomb, et face à tous, et de l’autre des élèves en position assise, arrimés à un bureau, assignés aux regards, aux gestes et à la mobilité professorale. On évoque ici une forme de ritualisation scolaire qui agit sur les comportements en dictant des codes spécifiques à l’espace classe en général différents des codes familiaux. Ce dressage des corps serait dû à la méfiance qu’inspire le corps à l’institution scolaire qui envisage l’enfant, par tradition historique, comme un être à modeler, à redresser comme si les postures du corps, sa maîtrise, présageaient un apprentissage de qualité.

Paradoxalement, c’est à cette période de mise au pas du corps que l’on demande à l’élève d’afficher son autonomie. C’est aussi à cette période que le corps adolescent se construit pleinement physiquement et que l’élève développe une conscience de soi, de son identité, du regard des autres.

L’adolescence ne se réduit pas à la puberté, période de croissance pendant laquelle la maturation sexuelle débute, c’est aussi l’ensemble des modifications morphologiques, fonctionnelles et psychologiques qui caractérisent le passage de l’enfance à l’âge adulte. Le corps est alors en bouleversement, il augmente soudainement de plusieurs centimètres, des formes se dessinent, le système pileux s’affole, de nouvelles sécrétions sont produites, de nouvelles sensations sont ressenties. Il devient sexué et le théâtre de nouvelles expériences qui vont elles-mêmes contribuer à la constitution du corps vécu.

Faire du corps un objet éducatif en soi

La domestication des corps amorcée à l’école élémentaire est en fait rendu caduque par l’entrée dans la puberté, période pendant laquelle le corps bombardé d’hormones échappe au contrôle professoral. Les adolescents ne peuvent tout bonnement pas échapper au fait que leur corps se trouve affecté, de façon motrice et émotionnelle, elles et ils en sont les premières victimes. Prendre en compte l’élève dans sa globalité, c’est commencer à avoir conscience de cet enchevêtrement de la sphère intime de l’élève dans la sphère scolaire.

Des lors, comment accompagner aux mieux les adolescents dans la construction de leur estime de soi, gage d’un parcours scolaire de qualité ? Un travail sur les représentations du corps, système de valeurs, croyances et stéréotypes véhiculés par la société pourrait être mené par des enseignants qui seraient formés à une prise en charge globale des élèves. Placer l’élève dans un rôle plus dynamique pourrait être l’objectif d’une réflexion plus générale sur l’espace classe et l’organisation scolaire (contenu des cours, évaluations, emplois du temps, activités proposées, engagement et motivation des personnels éducatifs) favorisant une appréhension globale de l’élève qui ferait du corps un objet éducatif en soi.

Ce texte est paru dans « Le Monde de l’éducation » le 2 juillet 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.