D’où vient le terme … apprenant

Nation apprenante, où est passée l’éducation ?

Cet article se propose de parcourir le panorama de l’utilisation du terme  « apprenant », fort diffusé en ces temps de confinement. Quelles sont ses utilisations et que recouvre-t-il ?

Afin d’assurer une forme de continuité pédagogique, « l’école à la maison », le Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse a lancé le 18 mars 2020, au surlendemain du confinement, l’opération « nation apprenante ». Mise en place en concertation avec les médias France Télévisions, Radio France et Arte, elle s’apparente ainsi à une palette d’émissions éducatives. Où est donc passé le terme «  éducation » ? Est-il en passe de devenir obsolète, anachronique, ou désuet ? Quelles raisons poussent à substituer l’adjectif substantivé « apprenant » à celui « d’éducatif » qui prévalait jusqu’alors ?

Pour mieux saisir ce changement de vocable, revenons sur les tribulations de ce terme d’apprenant, qui au gré de publications et de déclarations politiques, a été accolé successivement à de nombreuses structures comme « organisations », « communautés », « établissements », « territoires » puis « société », « académies » et désormais « vacances » ou « colonies ».


Un terme récent, une lexicologie imprécise

Considéré dans le Wikitionnaire comme un néologisme appartenant au jargon de la didactique, il désigne selon le dictionnaire terminologique de la langue française du Québec[1]., « toute personne, de l’enfant à l’adulte, engagée dans un processus d’acquisition de connaissances et de compétences ». Point de mention donc de l’usage de ce gérondif comme adjectif. Quant à l’ « apprenance » elle est définie par Philippe Carré en 2005 du laboratoire « apprenance et formation des adultes » de l’université Paris Nanterre comme « un ensemble stable de dispositions affectives, cognitves et conatives favorables à l’acte d’apprendre, dans toutes les situations formelles et informelles, de façon expérientielle ou didactique, autodirigée ou non, intentionnelle ou fortuite ». Cette équipe de recherche étudie les transformations du rapport au savoir des adultes dans le cadre de la société de l’information. En effet, l’usage des appellations apprenant et apprenance est renforcé par le développement du numérique qui tendrait, selon ses partisans, à reconfigurer les conditions de l’apprentissage. On se situe ainsi dans une conception de l’apprentissage accordant une primauté à l’activité individuelle et privée. Cette acception, inscrite dans l’appellation de « nation apprenante », insinuerait donc que si les savoirs sont accessibles matériellement par les élèves, à partir de leur domicile par exemple, alors les conditions seraient réunies pour qu’elles et ils puissent s’en emparer et les assimiler.

Cependant, le concept d’organisation apprenante, issu des sciences de gestion, loin de s’apparenter à un processus d’apprentissage individuel, est fondamentalement lié aux interactions entre personnes selon les travaux de Peter Senge, professeur en management au MIT en 1990. L’objectif d’une organisation apprenante serait de développer chez les salarié.e.s des compétences de flexibilité et d’adaptation afin de doter les entreprises « d’avantages concurrentiels dans un monde en perpétuel changement ». Dans le dernier rapport de France Stratégie (2020), Les organisations du travail apprenantes : enjeux et défis pour la France, « les salariés sont souvent polyvalents, participent activement à l’élaboration des objectifs avec la hiérarchie, apprennent en continu et disposent d’une forte autonomie ». Dans ces organisations, les personnels sont actifs et leur développement professionnel relève de leur entière responsabilité[2]. La pédagogie ou l’acte d’éduquer sont en partie estompés, d’autant plus qu’il s’agit de sujets adultes et émancipés.

Dans l’éducation, une terminologie éprouvée

Parti du monde de l’entreprise, ce vocable d’ « apprenant » s’est diffusé dans le monde éducatif anglosaxon, à partir des années 2000[3]. Une abondante littérature de recherche est consacrée aux communautés d’apprentissage professionnelles, lieux permettant aux apprenants (principalement les enseignants) de s’organiser pour apprendre ensemble. C’est aussi il y a vingt ans qu’Alain Bouvier écrivait « l’établissement scolaire apprenant » portant sur la gouvernance et le management public et cognitif au sein des établissements dans une perspective de conduite du changement.

En 2017, le rapport Taddéi « Vers une société apprenante »[4] a consacré la terminologie, en précisant que pour l’éducation, il convenait de passer   « d’une administration centralisée qui conçoit et diffuse des instructions vers des rectorats qui euxmêmes dirigent leur mise en œuvre, et vers des enseignants qui les appliquent en jouant seulement de l’espace clos de la classe pour s’inventer des marges de manœuvre » à un mode d’organisation ou chacun.e pouvait bénéficier de ressources lui permettant de construire et partager ses connaissances pour améliorer les pratiques professionnelles. Il s’agit donc bien ici d’une formation continue in situ, au sein des équipes, lieux d’accompagnement des enseignant.e.s par la mise en place d’une culture commune et de pratiques collectives. Notons que par ailleurs, les réseaux sociaux sont les lieux d’intenses collaborations enseignantes[5].

Des organisations apprenantes à tous les étages dans l’éducation nationale

La terminologie au départ centrée sur le développement professionnel au sein de l’établissement s’étend désormais à des réseaux d’acteurs du système éducatif. Depuis le rapport Taddéi, elle a été abondamment reprise dans l’Éducation nationale. Les « circonscriptions apprenantes » sont présentes dans le rapport Villani-Torosian « des modèles de formation collaborative se développent au sein d’établissement dits apprenants où la réflexion collective est enrichie par les apports de chacun ».

Mais ce sont surtout les « académies apprenantes » dont le déploiement a été le plus spectaculaire. À cet égard, l’Académie de Versailles fait figure de leader, expérimentant actuellement un label « Territoires-apprenants« . Dans son projet académique 2020 la notion d’organisation apprenante est détaillée : apprendre continuellement dans « une structure plus horizontale qui encourage l’innovation, la réflexibilité, l’ouverture, la communication, la créativité, le partage et la transparence »[6]. L’académie de Lille a mis en place le projet OTA objectif territoire apprenant pour un « développement professionnel favorisant le partage des pratiques et la mutualisation ». La transformation de l’académie de Dijon en « académie apprenante » est au programme de son projet académique 2018-2022.

De façon plus large, la « dynamique des territoires apprenants » est au cœur de la stratégie académique de l’académie de Poitiers à la rentrée de 2018, qui étend largement la communauté apprenante aux partenaires éducatifs économiques et sociaux du territoire, sur des sujets aussi divers que la citoyenneté, le climat scolaire, l’aménagement des territoire, les projets éducatifs territoriaux : le plan mercredi ; la formation professionnelle et l’enseignement supérieur.

Territoires apprenants et villes éducatrices… apprendre partout, tout le temps

Dans le numéro qu’elle lui a consacré, la revue Diversité pose le fait qu’un territoire est caractérisé par une multitude d’acteurs dans et hors l’école qui sont autant de facteurs d’apprenance[7].

« Le territoire se retrouve ainsi au centre d’une tension qui redéfinit le champ éducatif entre, d’un côté, la multiplication des acteurs éducatifs, tous légitimes mais parfois en concurrence et, de l’autre, la nécessité de penser le territoire comme une ressource indispensable pour impulser des projets éducatifs ». (Diversité 191 L’expérience du territoire – janvier-avril 2018)

Michel Lussaut y propose de relier l’expérience extrascolaire locale à la pratique scolaire et Bernard Stiegler de faire du territoire un laboratoire au service d’une population ». Selon Bier (2010), la « ville éducative » et le « territoire apprenant » sont l’utopie éducative et politique du XXIe siècle. Ces développements sont en lien avec le paradigme de la société de la connaissance, rendue possible à la faveur des développements de l’informatique permettant en théorie à chacun de devenir acteur de ses savoirs, en les cultivant et les partageant au sein d’une communauté.

  • Le Réseau Français des Villes Éducatrices initié 1998, est affilié à l’Association Internationale des Villes Éducatrices (AIVE).
  • Le Réseau mondial UNESCO des villes apprenantes rassemble 170 villes dans 53 pays vise à favoriser une culture de l’apprentissage tout au long de la vie. L’objectif étant que les habitants bénéficient d’une éducation inclusive de qualité dans tous les secteurs et à tous les niveaux, pour l’emploi et au travail, mais aussi au sein des familles et des communautés. L’usage des « techniques modernes d’apprentissage » c’est à dire des outils numériques y est encouragé.

Alors, il y a dans l’air du temps, cette idée que l’on peut apprendre partout, tout le temps et de tous. Tout le temps, vraiment ? Et le temps du loisir libre (l’otium opposé au negotium) présenté par Bernard Stiegler comme le temps de l’existence ?

« Les pratiques de l’otium tendent aujourd’hui à être intégralement court-circuitées par les industries de services et soumises aux contraintes du marché : elles se voient diluées et finalement confondues avec le négotium – par exemple comme savoirs académiques totalement soumis aux contraintes économiques ».

Est-ce que les « colonies ou vacances apprenantes », procèdent d’une volonté de rentabilisation du temps libre ? C’est apparemment ce que craignent les Centre d’entrainement aux méthodes d’éducation active, lorsqu’ils soulignent qu’« il y a toujours un paradoxe à penser la vacance, et les vacances comme un espace-temps pour des apprentissages » (CEMEA, 2020)[8].

Pour aller plus loin :

Benhamou Salima et Lorenz Edward (2020). Les organisations du travail apprenantes: enjeux et défis pour la France. 2020. France Stratégie. [Consulté le 11 mai 2020]. En ligne https://www.strategie.gouv.fr/publications/organisations-travail-apprenantes-enjeux-defis-france.

Bier Bernard (2010). Des villes éducatrices ou l’utopie du « territoire apprenant ». Informations sociales, n° 161, p. 118‑124.

Cristol Denis (2017). Les communautés d’apprentissage : apprendre ensemble. Savoirs, n° 43, p. 10‑55.

Endrizzi Laure (2018). Le développement de compétences en milieu professionnel. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 103, p. 40.

Feyfant Annie (2013). L’établissement scolaire, espace de travail et de formation des enseignants. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 87.

Gibert Anne-Françoise (2018). Le travail collectif enseignant, entre informel et institué. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 124, p. 40.

Taddei Jean-François, Becchetti-Bizot Catherine et Houzel Guillaume (2017). Vers une société apprenante, Rapport sur la recherche et développement de l’éducation tout au long de la vie. Paris : Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement et de la recherche.

Querrien Anne (2013). Territoires et communautés apprenantes. Multitudes, n° 52, p. 45‑51.

 

Notes

[1] Apprenant est absent du Trésor de la Langue Française informatisé dont la dernière mise à jour date de 1994. Il est aussi curieusement absent de la mise à jour (2017) du Dictionnaire de l’éducation de Patrick Rayou et Agnès van Zanten.

[2] La plate forme de formation et culture numérique Thot consacre plusieurs de ses articles à ce concept, comme l’exemple de la Team academy en Finlande qui pousse la responsabilisation des apprenants à la définition de leurs objectifs d’apprentissages.

[3] Voir les travaux de Dufour, un premier article en 1999 : Help Wanted: Principals Who Can Lead Professional Learning Communities

[4] Décliné par la suite dans la France apprenante https://www.franceapprenante.com/

[5] Voir le numéro des cahiers pédagogiques : « des collectifs enseignants connectés ». Selon Germain, de nombreux.ses enseignant.e.s ont mutualisé leurs acquis dans l’utilisation pédagogiques des outils numériques pour permettre une continuité pédagogique pendant le confinement. Cette mutualisation entre pairs, appropriée pour trouver des solutions en temps de crise constitue un des premiers étages des communautés apprenantes, en ce qu’elle permet une montée en compétence.

[6] Un partenariat recherche-formation entre l’IFÉ et l’académie de Versailles dans le cadre du programme académique « territoires apprenants » vise à mieux comprendre le travail collectif inter-métier des CLAP, constituées dans le cadre de ce programme académique, et qui proposent sur des objets déterminés un accompagnement professionnel sur le lieu de travail.

[7] L’expérience du territoire Diversité 191 – janvier-avril 2018

[8] Voir l’article des CEMEA « Des colonies éducatives et émancipatrices, c’est-à-dire ? »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.