L’enseignement mutuel et son versant politique

Connaissez-vous le Dictionnaire de l’Éducation de Ferdinand Buisson ? Ou sinon les Entretiens Ferdinand Buisson créés par l’Institut français de l’Éducation en son honneur ? Avez-vous une idée de pont entre l’histoire de l’éducation et l’actualité éducative ?

Si vous ne savez pas répondre à ces questions, cet article est fait pour vous ! En préparant le prochain Edubref sur la coopération entre les élèves, à paraitre dans les prochaines semaines, j’ai (re)trouvé un épisode de l’émission Rue des écoles de France Culture : A la découverte de l’enseignement mutuel. On y décrit cette « pédagogie méconnue » des XVIIIe et XIXe siècles, qui organise un enseignement par groupes de niveau (et non par classe d’âge), dispensé par certains élèves appelés moniteurs, eux-mêmes cadrés par l’enseignant.e. Pourquoi cette pédagogie, qui semble révolutionnaire aujourd’hui, a-t-elle été remplacée en 1833 par l’enseignement simultané ou par classe d’âge ? Est-ce la raison pour laquelle la figure du maitre savant et seul détenteur du savoir s’est finalement imposée en France ?

Nous pourrions en rester là et regretter amèrement la décision du ministre de l’époque, Guizot, de choisir l’enseignement simultané, en imaginant un monde parallèle dans lequel l’École française serait un havre de paix où des élèves coopèreraient joyeusement… Mais c’est sans compter sur un acteur majeur de l’éducation, Ferdinand Buisson, qui a publié en 1911 son Dictionnaire de l’Éducation, et sur le rédacteur de l’article sur l’enseignement mutuel, Octave Gréard.

D’après ce dernier, l’enseignement mutuel « ne méritait certainement ni l’engouement de ceux qui voulaient y voir un instrument de rénovation scolaire et presque sociale, ni les colères de ses adversaires. » Dès le début de la définition, le ton est donné : « Bell, qui a importé le système en Europe, en 1798, le définissait avec une précision quelque peu naïve : « La méthode au moyen de laquelle une école tout entière peut s’instruire elle-même, sous la surveillance d’un seul maître ». » Il s’avère dans la suite que l’enseignement mutuel a cristallisé un pan de l’histoire de l’éducation, et qu’une bataille féroce a fait rage, les écoles chrétiennes pensant être détruites par cet enseignement, les instituteurs bousculés dans leurs principes, et le maintien de l’enseignement mutuel pouvait même « ébranler les bases de l’ordre social, en déléguant à des enfants un pouvoir qui ne devait appartenir qu’à des hommes. Un grand nombre, allant plus loin, repoussaient l’enseignement mutuel parce qu’ils repoussaient toute instruction pour le peuple. »

Et justement, l’idée de l’instruction pour le peuple entraine à l’époque une argumentation en faveur de l’enseignement mutuel, mais pour des raisons… sonnantes et trébuchantes.

Il ne s'agissait que de rassembler les enfants autour des tableaux de lecture. Les calculs étaient faits. « Un local de 150 pieds de long sur 30 de large devait contenir 1000 élèves dirigés beaucoup plus facilement par un seul maître que 30 enfants dans l'ancien système. De plus, on n'avait besoin que d'un seul livre de 140 à 200 pages et que les enfants ne touchaient jamais : ce qui lui assurait une durée de plusieurs années. Pour les moniteurs, une somme annuelle de 360 francs suffisait dans les écoles les plus nombreuses, la gratification qu'ils se partageaient étant graduée de 60 à 180 francs. Quant aux familles, là où l'instruction n'était pas gratuite, la dépense qu'elles avaient à supporter se réduisait à 5 ou 6 fr. par an et par tête d'enfant. Bref, avec une somme annuelle de 10 000 francs, accordée pendant quelques aînées par l'Etat, concluait le comte de Laborde, la génération tout entière des pauvres, en France, pourrait être élevée en douze ans, et il n'existerait plus nulle part un seul individu inférieur à un autre dans les éléments si importants de l'instruction. » (Journal d’éducation, t. Ier.) C'était faire beaucoup de bien, on l'espérait du moins, en peu de temps et à peu de frais.

Autre problématique non envisagée aujourd’hui, l’organisation toute militaire nécessaire à la mise en place de l’enseignement mutuel et reposant sur une discipline de fer : les moniteurs pouvaient devenir de véritables petits chefs à l’école. « Même dans la famille, ces ministres du maître, comme ils se laissaient volontiers appeler, devenaient de petits despotes ; les parents se plaignaient de leurs habitudes impératives et de leur ton de domination. Faire du commandement journalier par les enfants la base d’un système d’éducation, c’est s’exposer à pervertir les volontés que l’on veut discipliner. La vie morale, celle qui forme les caractères, ne peut, comme la vie intellectuelle, venir que du maître, parce que lui seul en possède la règle. »

Je ne peux que conclure en remerciant vivement l’histoire de l’éducation de resituer chaque fait, chaque politique éducative dans son contexte et de nous permettre d’utiliser autant de précautions dans une transposition aléatoire d’une méthode pédagogique ancienne à notre époque que dans une application automatique en France des bienfaits des systèmes éducatifs d’autres pays européens. Si la comparaison internationale en éducation a ses limites, la comparaison historique également, même si les raisons économiques ou les finalités éducatives seront toujours un rendez-vous politique incontournable en éducation.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.