LPPR: avis de tempête sur l’enseignement supérieur et les revues scientifiques

Avant même sa présentation publique, la loi sur la programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), qui se fonde sur trois rapports remis à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), fait des vagues au sein de la communauté universitaire française. Défendue par les un.e.s au nom de l’attractivité et de la compétitivité internationale (par le président-directeur général du CNRS ou un professeur de médecine), décriée par d’autres pour la précarisation, les inégalités accrues et un affaiblissement du service public de la recherche (en particulier pour les femmes  et les jeunes chercheur.ses), la loi risque en tout cas de modifier l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France – même si le principe de la concurrence n’est pas nouveau, comme le montre cette mise en perspective historique de Jérôme Aust (voir aussi ce dossier).

Depuis le mois de décembre, articulé à la contestation contre la réforme des retraites, le mouvement contre la LPPR s’organise par différentes modalités au sein de l’ESR. Ainsi, de nombreux laboratoires de recherche, y compris en éducation, ont voté des motions et organisent des manifestations variées, par exemple le cycle de conférences sur l’ESR du Laboratoire de l’Education – LLE à l’ENS de Lyon. Différentes sections du Conseil national des universités  – l’instance collégiale qui encadre les recrutements et carrières des enseignant.es-chercheur.ses – ont également pris position, dont la section 70 (sciences de l’éducation et de la formation).

Plus de 120 revues scientifiques d’orientations théoriques et empiriques diverses, notamment issues des sciences humaines et sociales (liste à jour, compte twitter), se sont également jointes au mouvement et se sont déclarées en lutte – côté éducation, on note la présence des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs et de Cliopsy. À partir d’une analyse de ce mouvement, le sociologue Anthony Pecqueux ouvre la « boîte noire » du fonctionnement des revues et de leur modèle économique et en situe les enjeux à court et à long terme: fonctionnement collégial des comités de rédaction, activité de relecture et d’évaluation des articles par les pairs (couteuse en temps mais élément constitutif de l’appartenance à et de la reconnaissance dans une communauté scientifique), rôle central des métiers invisibles (édition numérique, graphisme, secrétariat d’édition, etc.)…

Pour prendre du recul sur cette thématique et voir comment la LPPR s’inscrit dans les réformes de l’enseignement supérieur des dernières décennies, nous vous conseillons de lire l’Edubref de Laure Endrizzi sur « 1968-2018: 50 ans de réforme à l’université ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.