Quoi de neuf en anthropocène ? du coté des programmes scolaires

Pourquoi aller en classe si le futur climatique n’est pas pris en compte par les politiques ? Ainsi parlait Greta Thunberg lors de sa première grève de l’école devant le parlement suédois, suivi au long de l’année scolaire 2018-2019 par un ensemble d’élèves et d’étudiants. Longtemps le propos a été renversé, et souvent implicitement c’est les élèves qui étaient chargés de leur futur, invités à mettre en place des comportements vertueux ou d’encourager leurs parents à le faire. Désormais, au delà des gestes individuels, la réflexion, en particulier dans le cadre de la recherche en éducation au développement durable, se déplace vers les possibilités d’engagement citoyen et politique au sein des établissements et de leurs territoires. Nous voici embarqués et l’intitulé d’un ouvrage récent « Éduquer en anthropocène » montre l’imbrication étroite entre l’objet de cette éducation et le milieu dans lequel il s’inscrit.

Au risque d’une simplification abusive, Wynes (2019), dans la revue Green Teacher[1] propose de se concentrer sur l’essentiel pour l’enseignement du changement climatique. Il présente cinq messages clés à faire passer au public pour l’encourager à agir :

  • The Earth is warming
  • It’s Bad
  • It’s because of humans
  • Experts agree
  • We can fix it

La question fondamentale réside désormais dans la dernière assertion, et les controverses portent sur la façon dont nous pouvons agir face à ce défi climatique.

Au delà de la définition de son contenus, il semble que l’éducation au changement climatique (ECC) soit en train de se normaliser. Si l’on se réfère à quelques récentes déclarations, il apparaît qu’elle est passée d’un sujet confidentiel à un sujet « mainstream ». Les mobilisations en faveur de l’ECC se sont multipliées au cours de cette dernière année aboutissant à des résultats, comme en France, le renforcement des programmes des lycées, en seconde en SVT et Histoire Géographie, l’impact des activités humaines sur le milieu, dans l’enseignement scientifique de première et  la totalité de l’enseignement scientifique de terminale qui sera consacré aux enjeux climatique à partir de la rentrée 2021.

Revenons en cette fin d’année sur un aperçu de ces mobilisations, en France et au delà.

En France, des campagnes au Conseil des programmes

En décembre 2018, l’appel Le climat ne doit pas disparaitre des programmes scolaires lancé par des scientifiques et climatologues français et relayé dans plusieurs médias, insiste sur l’importance de l’enseignement des enjeux liés au climat dans le secondaire jugeant leur insertion insuffisante, en particulier dans les nouveaux programmes du lycée.

En juin 2019 L’association des professeurs de sciences économiques et sociales a lancé un appel pour une meilleure intégration des enjeux environnementaux dans les programmes de SES. En effet, dès la publication des programmes de SES en janvier dernier, l’APSES dénonçait la suppression des références à la taxe carbone, en Seconde comme en Première, dans les chapitres sur le marché. En mars, l’APSES réitérait sa demande que « les problématiques écologiques prennent toute la place qui devraient leur revenir dans les programmes de lycée ».[2]

  • Deux associations d’enseignants se sont constituées autour de ces problématiques : l’association e.s pour la planète à partir de manifestations du mouvement Extinction Rébellion et le collectif Profs en Transition qui rassemble près de 7000 acteurs de l’enseignement sur Facebook. Ils visent à créer des contenus plus responsables et solidaires afin de former des écocitoyens éclairés et résilients.

La circulaire sur la transition d’aout 2019, axées sur l’éducation au développement durable n’a pas fait évoluer les contenus des programmes mais a contribué à inscrire la nécessité d’un engagement citoyen –via un écodélégué par classe et une insertion de la biodiversité dans les établissements scolaire – via un projet en la matière.

En septembre 2019, 80 députés ont posé une proposition de loi relative à la généralisation de l’enseignement des enjeux liés à la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et aux changements climatiques dans le cadre des limites planétaires , pour que ces enjeux soient intégrés au Code de l’éducation, et qu’ils soient enseignés en « s’appuyant sur les constats scientifiques reconnus », ceci dans chaque école et établissement d’enseignement scolaire public, dans les formations post-bac ainsi que dans les programmes de recherche. La responsabilité des établissements est engagée, leur contrat pluriannuel devant intégrer les objectifs nationaux de la stratégie nationale bas carbone issue des accords de Paris 2015. Cette proposition a été renvoyée à la commission des affaires culturelles et de l’éducation, à défaut de constitution d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement. Donc pas d’inscription au Code de l’éducation mais une initiative en cours : le conseil supérieur des programmes a en effet été saisi.

Ce dernier a remis début décembre 2019 des propositions au sujet du Renforcement des enseignements relatifs au changement climatique, à la biodiversité et au développement durable dans les programmes de la scolarité obligatoire. Pour ce faire, il a auditionné en septembre et octobre dernier 22 scientifiques et experts (dont quatre femmes), parmi lesquels :

  • six inspecteurs généraux (Histoire Géographie, Physique Chimie, Sciences et technologies du vivant, de la santé et de la terre, et enseignement primaire) garants de l’insertion et l’adaptation des propositions aux programmes existants
  • trois  climatologues et un météorologue, garants de
  • quatre physiciens (géophysicien, sciences des matériaux, astrophysicien) dont deux connus pour leurs positions climatosceptiques, et deux autres engagés dans le programme la main à la pâte,
  • deux naturalistes, pour la biodiversité
  • un économiste,
  • un géologue spécialiste des sols
  • une responsable de la fondation Total,
  • une directrice Développemnt durable du groupe EDF, responsable du l’IDDRI et membre du conseil de directions du Réseau de solutions pour le développement durable des Nation unies
  • et une professeure en sciences de l’éducation (un peu comme le raton laveur de l’inventaire à la Prévert) didactiques des sciences.

On peut regretter la faible représentation de la recherche en éducation. En outre nombreux commentateurs se sont étonnés de la présence de climatosceptiques parmi le panel retenu.

Valérie Masson Delmotte, climatologue internationalement reconnue (elle fait partie des 10 scientifiques de l’année de la revue Nature), et ardente pédagogue (voir en particulier son fil twitter sur lequel elle renvoie aux principales conclusions des rapports du GIEC et aux actualités en cours, a demandé que les rapport des experts auditionnés soient rendus publiques.

Autres initiatives en cours en Europe et au delà

En Angleterre, la campagne #TeacheTheFuture lancée en octobre demande au gouvernement de réorienter l’ensemble du système éducatif anglais autour de l’urgence climatique et de la crise écologique. Une pétition au parlement du Royaume Uni, A review into how the education system prepares students for the climate crisis, a été fermée au début de ce mois à cause des élections générales.
L’Angleterre est familière de ces prises de position, la pétition lancée par des étudiants d’Oxford sur la plateforme change.org Put climate change lessons in schools! a atteint 90 000 signatures. En 2013 une première pétition Keep climate change in the Curriculum avait été lancée à l’initiative d’une élève membre du UK Youth Climate Coalition.

Aux Etats-Unis aussi, une pétition circule actuellement sur une plateforme dédiée à l’alimentation et la consommations responsable : Add Climate Change to Curriculum in U.S. Schools.

En Italie, le ministre de l’Éducation Lorenzo Fioramonti s’est présente comme un leader en la matière. Il projette d’inclure dès l’année prochaine 33 heures d’enseignement dédiées par an dans tous les établissements publics, se targuant de devenir ainsi le premier pays au monde à rendre obligatoire l’éducation du changement climatique et du développement durable (cf. Exclusive: Italy to make climate change study compulsory in schools).

Plus surprenant, le quotidien Albawaba titre Dubai Takes the Lead in Global Climate Change Education. En effet, les Émirats arabes unis ont reconnu le programme d’accréditation Educcate Global des Nations Unies sur les changements climatiques. L’article présente une école dont les 300 enseignants ont été certifiés.

Enfin, en novembre également, News India a reporté que le vice-ministre en chef a exhorté samedi le ministre du Développement des ressources humaines à inclure des cours sur le changement climatique et la durabilité dans le programme d’enseignement.

Mentionnons en conclusion une présentation de l’EDD au niveau international sur le site suisse Education 21.

 

[1] Wynes Seth (2019). Essentials for Teaching Climate Change. Green Teacher, disponible sur https://greenteacher.com/essentials-for-teaching-climate-change/

[2] Ces appels se déclinent également dans l’enseignement supérieur français. Rappelons ici l’appel du Shift project en juillet 2019 : Pour former tous les étudiants du supérieur aux enjeux climatiques et écologiques

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.