Quoi de neuf en anthropocène ? les valeurs des mots climatiques

Dans le billet précédent, j’ai mentionné le fait que le terme « urgence climatique » avait été retenu comme mot de l’année par les Oxford Dictionary. Les mots ont leur importance pour nous permettre de penser le monde et leur évolution mérite toute notre attention. Les mots sont aussi une source de revenus, source principale du moteur de recherche Google basé sur le fonctionnement d’AdWords. Cet état de fait a conduit le professeur en humanités digitales suisse Kaplan  à qualifier ce phénomène de «capitalisme linguistique ». En particulier, les mots relatifs au changement climatique sont marchandisés. Le chercheur en sciences de l’information Ertzscheid relate sur son blog affordance.info l’histoire de Mike Bloomberg, 11ème fortune mondiale et futur candidat à la maison blanche, qui vient d’acheter le mot climat sur Google, ainsi que 840 expressions liées, pour les requêtes émanant de certains états susceptibles de a faire basculer le vote.

La publication de la toute récente note d’orientation et de propositions pour le renforcement des enseignements relatifs au changement climatique, à la biodiversité et au développement durable (cycles 1, 2, 3 et 4) – décembre 2019 du conseil supérieur des programmes est l’occasion de s’interroger sur le choix de mots du climat dans notre système éducatif.

Dans l’univers médiatique, le choix du vocabulaire n’est pas anodin

Pour mieux rendre compte de la crise climatique, The Guardian change de vocabulaire : désormais au lieu de « changement climatique« , les lecteurs liront « urgence climatique » ou « crise climatique » ou encore « panne climatique« . La « surchauffe » sera préférée au mot « réchauffement« . Pour la rédactrice en chef pour l’expression « changement climatique » apparaît trop passive et douce alors que « ce dont parlent les scientifiques est une catastrophe pour l’humanité« .

A l’opposé, dans une volonté d’euphémisation et de minimisation du phénomène, afin de s’aligner avec les positions présidentielles, le département d’agriculture américain a recommandé en 2017 à ses employés de ne plus utiliser des termes tels que « changement climatique » ou encore « réduction des gaz à effet de serre » et de les remplacer par des termes moins engageants, ainsi l’adaptation au changement climatique est remplacée par « résilience aux phénomènes climatiques extrèmes » (article de sciences et avenir basé sur une enquête du Guardian).

A l’école aussi, le vocabulaire se normalise

Qu’en est-il dans la note d’orientation et de propositions pour le renforcement des enseignements relatifs au changement climatique, à la biodiversité et au développement durable (cycles 1, 2, 3 et 4) – décembre 2019 du conseil supérieur des programmes ?

Dans ce document, les termes « adaptation » et « adapté », sont présent à sept reprises, et les solutions, mentionnées six fois s’appuient sur l’apport des sciences et technologies les solutions comportementales et plus loin les leviers sociétaux sont également mentionnés.

La responsabilité, les choix de comportement la consommation ne sont pas oubliés (respectivement 17, 11 et 7 occurrences). Quand aux médias, ils sont mentionnés quatre fois, et l’esprit critique, la pensée critique, et la critique des idées reçues apparaissent six fois.

Le CSP a retenu explicitement un certain nombre de notions « du fait de leur présence constante dans les enseignements qui concernent le changement climatique, la biodiversité et le développement durable » qui apparaissent assez générales.

  • des termes relatifs au système climatique et à son fonctionnement : Atmosphère / Climat / Cycles (du carbone, de l’eau, du soleil, des saisons …) / Gaz à effet de serre / Météo / Rayonnement /
  • des termes relatifs à l’action de l’homme sur le climat Atténuation-Adaptation / Consommation / Croissance / Dégradation / Développement / Économie circulaire / Économie solidaire / Empreinte carbone / Énergie / Énergies (fossiles et renouvelables) /
  • des termes qui concernent le milieu du vivant et la biodiversité et enfin des termes permettant des descriptions ou des caractérisations de processus : Echelle d’espace-Échelle de temps / Équilibre-Déséquilibre / Évolution / Interaction-Rétroaction /

Plus spécialisé, le bulletin officiel de l’éducation nationale du 24 septembre dernier avait publié le vocabulaire de l’environnement : climat-carbone . On peut distinguer dans la liste proposée :

  • des termes relatifs à l’effet de l’homme sur le climat et aux mesures afférentes  : de absorption anthropique de carbone, bilan d’émissions de gaz à effet de serre (abréviation BEGES), décarbonation, empreinte de gaz a effet de serre, équivalent CO2,
  • des termes permettant de décrire les mécanismes relatifs à l’effet de serre : forçage radiatif (écart entre le rayonnement reçu par une planète et le rayonnement infrarouge qu’elle émet) et potentiel de réchauffement climatique appelé plus communément pouvoir de réchauffement global d’un gaz.
  • des mesures techniques et financières : compensation des émissions de gaz à effet de serre, marché des émissions de gaz à effet de serre, intensité des émissions de gaz à effet de serre ou équivalent CO2/PIB…

Dans la dernière revue FEI, un article s’attache à étudier l’importance du vocabulaire pour  l’enseignement (Dufour, Marion, 2019. Enseigner le français scientifique en impliquant les étudiants dans un programme de médiation scientifique. Revue FIU Quelle place pour le français scientifique dans un contexte universitaire ?)

Diversification des mots et des concepts

L’Anthropocène n’apparaît pas dans la note du CSP. Peut être ce terme n’apparaît pas suffisament stabilisé du point de vue scientifique. Pourtant il a déjà fait l’objet de nombreux travaux. Deux parutions d’ouvrage récents soulignent l’actualité de ce mot : Éduquer à l’Anthropocène et l’Atlas de l’Anthropocène. Penser l’Anthropocène est le livre issu d’un colloque organisé par l’anthropologue Philippe Descola et la philosophe Catherine Larrère au Collège de France, en 2017. Lors du colloque Éducation à l’Anthropocène en 2018, le sociologue des sciences Scotto d’Apollonia interrogeait : L’Anthropocène un concept socioscientifique pour une éducation au développement durable ? Dans le cortège des nouveaux mots relatifs à l’Anthropocène les termes « collapsologie », « écoanxiété » et « solastagie » sont désormais familiers à bon nombre d’étudiants.

Quant au vocable de « transition », bien présent dans la note du CSP, il a droit de cité dans l’Éducation nationale depuis la circulaire de 2015 relative au déploiement de l’éducation au développement durable dans l’ensemble des écoles et établissements scolaires pour la période 2015-2018 (en lien avec la stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2015-2020). et surtout depuis la rentrée 2019 de par l’édition de la circulaire Transition écologique Nouvelle phase de généralisation de l’éducation au développement durable – EDD 2030. On peut signaler que le récent Campus de la transition à destination des enseignants, des  chercheurs et des acteurs en entreprises, d’institutions publiques et de la société civile a vocation à rassembler « tous les nouveaux savoirs, pensées et concepts émergents sur ces questions » (…) « dans un lieu qui est lui même en processus de transition ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.