Quoi de neuf en anthropocène ? du coté de la recherche et des universités

En ce mois de novembre 2019, un nouvel appel vient de sortir World Scientists’ Warning of a Climate Emergency soulignant l’accélération actuelle du changement climatique par rapport aux prévisions des scientifiques et l’indescriptible souffrance humaine qu’elle va générer. Il a déjà récolté plus de 11 000 signatures internationales. Il est utile de préciser ici que le terme d'”urgence climatique” a été retenu comme mot de l’année 2019 par l’Oxford dictionaries. 

Dans son Emission gap report – 2109, l’Unep relève que l’accord de Paris qui vise à  limiter la hausse des températures à 1,5 degré à la fin du siècle ne pourra être atteint que si on réduit les émissions de gaz à effet de serre de 7,6 % par an et de moitié d’ici 2030. En effet, l’implémentation des engagements de Paris conduisent à une augmentation des températures de 3,2 degrés.  En octobre 2018 le GIEC  avait déjà alerté le monde en ce sens, dans  le rapport 1,5 degré, issu de  plus de 6 000 articles scientifiques, qui prévoit cette augmentation de températures des 2030. Le résumé à l’attention des décideurs politiques, Summary for Policymakers of IPCC Special Report on Global Warming of 1.5°C approved by governments s’adresse en fait à tout citoyen. Un collectif citoyen l’a traduit en français en mai 2019 mis  à disposition sur le site Wikisource, (aujourd’hui indisponible, le 29/11/2019) vous pouvez le consulter sur le site de l’IPCC suisse. L’OCE, office for climate education, fondation abritée par la fondation La Main à la pâte, a produit un résumé à l’attention des enseignants.

Une dernière information scientifique marquante de ce mois de novembre 2019 est la publication dans la célèbre revue scientifique médicale britannique du Lancet Countdown. Sans modification notable des trajectoires de production et de consommation, la santé des enfants sera fortement affectée par le changement climatique. 

Rencontres, colloques, ateliers autour du changement climatique se multiplient. Au delà de la compréhension indispensable des facteurs ayant un impact sur notre commune destinée, se dessine une volonté désormais ancrée de chercher comment réagir et quelles dynamiques d’atténuation et d’adaptation mettre en œuvre, comme le titre le prochain colloque de l’Académie des sciences : Face au changement climatique, le champ des possibles. A partir de la région lyonnaise, et pas seulement, voici un aperçu de quelques initiatives, signaux de cette effervescence.

Un groupe d’action écologique vient de se mettre en place à l’ENS, pour fédérer les réflexions sur les actions potentielles au niveau de l’établissement, définir des objectifs et mettre en place ces actions. Au niveau national le Labo1point5, collectif de membres du monde académique, de toutes disciplines et sur tout le territoire, partageant un objectif commun : mieux comprendre et réduire l’impact écologique des activités de recherche scientifique et de l’enseignement supérieur sur l’environnement. Il ressort des premiers bilans carbone des laboratoires que l’impact des déplacements professionnels est prédominant, ce qui interroge le fonctionnement actuel de la recherche de haut niveau et l’organisation de colloques internationaux, ainsi que les modalités de financement des projets. L’objectif de ces réflexions est de chercher une cohérence dans l’activité de recherche, pour préserver le lien avec la société, et soutenir le mouvement étudiant. A Toulouse, l’Atelier d’écologie politique propose un forum sur la recherche dans un contexte de bouleversements écologiques, abordera l’actualité de l“empreinte de la recherche” et parlera “low-tech” et “neutralité scientifique”. A lire en particulier lettre aux jeunes

Certaines universités dans le monde sont allées au delà de la simple atténuation et s’engagent résolument sur le chemin de l’adaptation. Les campus verts fleurissent en  Chine (Pro-Environmental Awareness and Behaviors on Campus: Evidence from Tianjin  China), l’International journalof Sustainability in Higher Education a consacré en mars dernier un numéro spécial Sustainability in campus reprenant des expériences menées en Roumanie, Italie, Belgique, Pays de Galles, Allemagne et Suède, au Brésil et au Chili et en Afrique du Sud. L’implantation de campus bas carbone est  comme à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, qui vise la carboneutralité du campus en 2020, et Harvard visant la neutralité vis à vis des énergies fossiles en 2026. Ces déclarations sont complétées d’actions exemplaires dans le domaine de la transition sociale et environnementale (centrale énergies renouvelables, plan de mobilité, biodiversité, communauté active au sein du programme Act for Change). Le Plan d’action climatique de Harvard est réalisé en synergie avec l’initiative de la ville de Boston pour un Boston sans carbone, qui vise à éliminer les combustibles fossiles d’ici 2050.

En effet, les villes se positionnent de plus en plus comme actrices pivot de la transition. L’école Urbaine de Lyon a fait de l’anthropocène son principal objet de travail partagé sur le site A l’école de l’Anthropocène. Partant de l’hypothèse que la mondialisation est le résultat de l’urbanisation de la planète elle en déduit que l’urbanisation constitue un vecteur principal du changement global. De 1950 à 2015 en 3 générations on est passés de 1/3 à 70% d’urbains, et une multiplication par 34, ce qui constitue une véritable mutation dans l’écoumène, cette évolution de l’espace habité étant aussi importante qu’au néolithique. Les objets de recherche évoluent et deviennent des hyperobjets  au delà des connaissances cartésiennes. Les défis qui sont les nôtres, requièrent de réinventer, rendre intelligible, arbitrer nos dilemmes d’habitation, recomposer nos affects, nos sensibilités, nos cultures.

Voir aussi (en faible résolution pour limiter votre impact carbone 🙂 les vidéos introductives sur la chaine Youtube Penser l’anthropocène

La fabrique des questions simples réunit des chercheurs préoccupés par l’urgence socio-écologique et désireux de s’engager dans une recherche impliquée avec des acteurs de terrain. La question étant favoriser la prise de risque des scientifiques pour permettre le traitement des questions urgentes, en imaginant des mécanismes de déblocage

Elle est basée sur deux constats présentés à la première personne du pluriel  :

1/ Tout ce que nous faisons en tant qu’humains interagit tant au niveau socio économique qu’avec l’environnement naturel. L’intrication entre ces deux éléments est un facteur d’augmentation de la complexité.

2/ Nous avons le rapport du GIEC, et savons que nous devons agir de façon rapide et nous ne le faisons pas

Cette semaine a vu l’installation d’une nouvelle infrastructure pour les sciences du climat , visant à « mieux connaître ses variations naturelles et celles induites par les activités humaines, son lien avec le cycle du carbone et l’évolution du CO2 » pour contribuer à l’adaptation au changement climatique et apporter des éclairages scientifiques factuels.

La recherche autour des changements climatiques ne concerne pas que les sciences dites dures. L’éclairage de tous le champs de recherche est aujourd’hui convoqué.

Deux conclusions fortes de la journée IXXI sur le défi du changement climatique sont d’une part la responsabilité des sciences, en tant que fondement de la logique d’expansion ayant mené aux bouleversements climatiques, et d’autre part l’évolution actuelle des sciences dans le cadre du mouvement des studies, parti des sciences sociale, qui consiste à faire l’étude d’un objet avec différents éclairages disciplinaires. Ainsi philosophes et littéraires rejoignent les physiciens dans les climatic studies.

De façon plus générale, tous sont amenés à s’interroger sur « la pertinence de l’impact factor dans un monde où la terre brûle » et l’impact de leurs déplacements et de leurs pratiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.