L’”innovation pédagogique” en question

C’est autour de cette notion que tournent les travaux du laboratoire junior Usages et Critiques de l’Innovation Pédagogique (UCIP), affilié au Laboratoire Éducation Cultures Politiques. Après un premier séminaire au printemps 2019 consacré aux approches critiques et historiques de l’innovation pédagogique, avec notamment l’intervention de Françoise Cros, l’équipe a inauguré le 4 octobre 2019 cette nouvelle année universitaire par un séminaire portant sur les circulations de la notion d’”innovation”, avec deux interventions inscrites respectivement dans la science politique et dans l’histoire.

Marie-Charlotte Allam, doctorante en science politique au laboratoire PACTE à Grenoble a présenté une intervention intitulée “La pédagogie dépolitisée ? Les évolutions du cadrage médiatique de l’innovation pédagogique (1974-2000)” (cf. résumé détaillé ici, voir aussi son article de revue). Elle se fonde sur un corpus d’articles issus du Monde de l’Éducation[1] pour retracer comment la notion de l’”innovation pédagogique” est mobilisée, cadrée et construite comme problème public au fil du temps, de manière plus ou moins (dé)politisée. Dans son analyse, M.-C. Allam montre que ces constructions sont aussi à relier à l’autonomisation du journalisme éducatif et distingue trois cadrages, correspondant à trois périodes : (1) « Des écoles alternatives qui rendent heureux » (1974-1980). Si la période connait de nombreuses expériences contestataires, en dehors et dans le système scolaire, l’interprétation dans les articles du Monde de l’Éducation en est majoritairement, et paradoxalement, individualisante (concentrée sur les expériences des enfants) et dépolitisante, fondée sur une rhétorique d’expertise qui vise à rompre avec les discours militants. (2) « L’innovation pédagogique comme levier de réforme du système éducatif » (1981-1988), cadrage qui présente l’innovation comme un enjeu public, qui doit être pris en charge par les politiques publiques. Cependant, les discours restent plutôt technicistes et dépolitisés, avec l’objectif de transformer l’école. (3) « L’innovation pédagogique comme alibi à la réforme » (années 2000), est un cadrage plus explicitement politique et pour la première fois des clivages peuvent être lus dans la revue.

Un point de vue plus historique était présenté par Jean-Yves Seguy, maître de conférences à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne, sur “Les classes d’orientation sous le Front populaire: une innovation au carrefour de préoccupations politiques, sociales, scientifiques et pédagogiques (1937-1939)” (voir son livre récemment paru). Notons ici que puisque le terme d’”innovation” n’était pas utilisé à l’époque, c’est bel et bien une catégorie contemporaine projetée pour analyser cette expérimentation particulière. Elle s’insère dans le contexte politique, intellectuel et éducatif de l’époque, marqué par l’essor de l’éducation nouvelle et des idées de justice sociale, incarnées dans l’éducation par la volonté politique de rapprocher les différents d’ordres d’enseignement – jusqu’alors coexistaient en parallèle l’éducation primaire gratuite et l’enseignement secondaire payant avec une séparation sociale nette – , et une transition de la sélection (qui ne s’occupe que de ceux qui sont choisis) vers l’orientation, en fonction des goûts et aptitudes des élèves. Le projet des classes d’orientation s’insérait dans cette perspective : il s’agissait d’une année commune (correspondant à l’année de 6ème aujourd’hui) pour tous les élèves afin de pouvoir les orienter entre les différentes sections (classique, moderne, technique) de l’enseignement secondaire nouvellement unifié. Par ce dispositif, entrent aussi dans l’école des méthodes de psychotechniciens, par exemple des tests d’aptitude, et ce savoir scientifique pouvait entrer en tension et en concurrence avec l’expérience pédagogique et pratique des enseignants. Si les classes d’orientation, expérimentées dans 44 établissements et avec 4100 élèves, n’ont pas été généralisées, leurs principes se retrouveront cependant dès 1945 dans les “classes nouvelles”.

[1] Ce magazine a par ailleurs récemment été relancé comme newsletter hebdomadaire pour les abonné.e.s du Monde, avec une contribution mensuelle de l’équipe de veilleuses !

La prochaine édition du séminaire UCIP, dont la date sera bientôt annoncée, portera sur les usages de l’innovation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.