Urgence climatique : étudiant.e.s et dirigeant.e.s à la tribune

En 2018, le Manifeste étudiant pour un réveil écologique  signé à ce jour par plus de 30 000 étudiants a sonné comme un cri d’alerte. Il montre que les élèves signataires, en particulier dans les écoles de commerce et écoles d’ingénieurs, ne souhaitent pas travailler dans des grands groupes dont la politique n’est pas en cohérence avec leurs convictions environnementales.

Les responsables des établissements d’enseignement supérieur ont pris la mesure de ce mouvement, et le 8 juillet, ont publié une tribune « Urgence climatique : université et grandes écoles mobilisées aux coté des étudiants pour la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable ».

Deux jours auparavant le Think Tank The Shift Project avait lancé l’appel « Pour former tous les étudiants du supérieur aux enjeux climatiques et écologiques », signé également par des présidents d’université. A partir du constat que les jeunes sont aujourd’hui volontaires pour jouer leur rôle dans la transition énergétique et écologique, il demandant à l’état de s’engager à agir.

Cette question de « l’urgence écologique et climatique » a été inscrite à l’unanimité par les députés français, lors de l’examen duprojet de loi Energie-Climat à la mi juin.

Étudiants, professeurs et responsables étaient présents à l’occasion du colloque du Fecood « devenir acteurs et actrices d’un monde qui change ».

La tribune des présidents des universités et des écoles

Publiée conjointement par la CPU (conférence des présidents d’université), la CGE (Conférence des grandes écoles) et la CDEFI ( Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs) la tribune a été présentée par Denis Guibard puis M’hamed Drissi pour la CGE et Guillaume Gelé, puis Gerald Majou pour la CPU. Elle tient en quatre paragraphes :

  • Une immense responsabilité envers les générations présentes et futures
  • Les universités, les organismes de recherche et les grandes écoles ont un devoir d’exemplarité
  • Cet engagement collectif qui demande à être soutenu par l’État
  • Co-construire une stratégie et la doter de moyens permettant de les atteindre

CGE et CPU s’étaient déjà associées pour la réalisation d’un guide  ODD, quelles contributions des métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche en France ? (en collaboration avec groupe MGEN, le CNOUS et le REFEDD – Réseau français des étudiants pour le développement durable et réalisé par la coopérative de conseil en développement durable B1L). Actuellement 27 établissements d’enseignement supérieur et de recherche ont obtenu le label DD&RS[1].

Intégrer le développement durable dans la stratégie de recherche et de formation

The Shift Project  souligne «la compréhension des faits est vitale » et la “formation aux enjeux climat-énergie concerne tous les métiers”. Si la demande de formation en la matière est forte, l’offre reste largement insuffisante. Le rapport « Mobiliser l’Enseignement Supérieur pour le Climat »  donne les résultats d’une larges enquête sur les programmes de 34 établissements d’enseignement supérieur (et 2450 formations) [2] qui montre que seulement 11% des formations analysées abordent les enjeux climat-énergie de façon obligatoire (essentiellement écoles d’ingénieurs et établissements pionniers).

Les intervenant.e.s font état de diverses initiatives. Ce peuvent être des inscriptions fortes comme l’université de la Rochelle, qui s’associe à d’autres universités pour devenir l’université du littoral urbain durable intelligent. Jean-Marc Ogier présente le projet de réorganisation des formations autour de la transition écologique et économique de ces  zones fragiles et attractives qui concentrent 60% de la population mondiale. La région Grand Est quand à elle a choisi de s’attaquer au défi de la bioéconomie, consistant à remplacer les énergies pétrosourcées par des énergies issues de produits de l’agriculture et mettant en place un Centre Européen de Biotechnologie et de Bioéconomie. L’ESI de Reims est appelée à devenir l’école de la transition écologique, des agromatériaux, des applications énergétiques et thermique et du génie urbain.

Les représentants des INSPE présents soulignent qu’ils forment aujourd’hui des jeunes professeurs des écoles qui enseigneront aux citoyens de 2100.  A l’ESPE académie de Versailles qui touche nationalement un professeur sur dix, un accent est mis sur les projets pédagogiques en lien avec les ODD.

Pour Patrick Caron (Cirad) vice président université Montpellier « plus on en en parle et le mieux on se prépare à demain ». Cet acteur fait reposer l’utopie transformatrice sur 4 piliers :  

  • le respect des droits humains
  • la satisfaction des besoin des générations futures
  • l’affirmation d’une option préférentielle pour les plus vulnérables
  • l’affirmation de biens communs et les nouvelles perspectives de régulation des biens publiques mondiaux

Faire évoluer les campus universitaire

Au delà du développement des contenus, de la formation et de la recherche plusieurs chercheurs ont interrogé la mise en cohérence des lieux de vie des étudiants avec des objectifs de développement durable.  

« Si vous ne comprenez pas les enjeux vous n’avez pas envie d’agir. Il faut apprendre à changer ensemble et le meilleur temps c’est le temps de l’université. »  Valérie Masson-Delmotte 

La climatologue[3] vice présidente du GIEC évoque les coopérations nécessaires entre universités et villes, et les nouvelles configurations à construire dans les régions rurales qui n’ont pas d’université. Elle en appelle à faire des campus des terrains de jeux pour apprendre les uns des autres et revendiquer d’avoir un rôle dans la vie de la cité. L’éducation, la formation et la sensibilisation, dans un cadre éducatif ou en dehors sont indispensables pour enclencher ces coopérations. Cette notion d’université incubatrice pour les transitions a aussi été développée par  François Taddei. Il considère que se transformer pour se mettre au service de la société constitue la troisième mission des universités. L’Université lieu de réinvention de faire société de vivre ensemble est l’occasion de donner plus de visibilité, plus de légitimité à ces sujets et permet d’accélérer ces transitions.

Le lien des établissements d’enseignement supérieur avec le monde socio-économique et les territoires constitue un défi. L’université de La Rochelle s’intègre dans le contexte favorable d’une ville précurseuse des déplacements doux (dès  1974)  qui travaille actuellement à atteindre l’objectif d’un territoire zéro carbone. Dans ce cadre, elle met en place un campus innovant, développe des tiers lieux de l’entreprenariat pour favoriser les liens étudiants /entreprises, travaillant sur les différentes dimensions profil/ projet / parcours pour les mettre en adéquation. Pour l’enseignement elle lance une licence transversale et cherche à mettre laboratoires de recherche en synergie. Et les actions concrètes sur les campus prennent plusieurs directions : la connectivité des bâtiments pour réduire facture énergétique, la mise en place d’un observatoire de la mobilité étudiante. Patrick Caron présente le tout nouvel institut du numérique responsable qui se positionne comme pivot de réflexion sur les questions liées à la consommations énergétique liées au numérique (près de 10% des consommations d’énergie électrique).

L’examen des budgets permet d’évaluer l’investissement des établissements. L’incitation peut venir de projets de recherche extra budgétaires issus de l’état ou de la région. Patrick Caron met en garde contre la déviance bureaucratico-managériale: l’énergie consacrée à l’élaboration de multiples indicateurs pour rendre compte des actions entreprises doit être mise  en au rapport avec l’énergie consacrée à la mise en œuvre d’actions de terrain.

 La promotion de publications ouvertes transversales aux ODD a aussi été évoquée comme révélatrice de ces évolutions. Enfin la prise en compte de ces enjeux pourrait être intégrée dans les évaluations des établissements.

Des étudiant.e.s déjà impliqué.e.s

António Guterres secrétaire général de l’ONU, lors de la conférence mondiale des ministres responsables de la jeunesse et du Forum de la jeunesse à Lisbonne le 23 juin 2019 a déclaré :

« Nous devons créer un environnement favorable pour les jeunes, où ils ne sont pas vus comme des sujets à protéger, mais comme des citoyens avec des droits égaux, des voix égales et une influence égale, des membres à part entière de nos sociétés et de puissants agents de changement » 

Ainsi l’institution internationale semble avoir pris la mesure de l’investissement de nombreux jeunes dans les grèves scolaires pour le climat et des marches afférentes. Et les associations étudiantes sont depuis plusieurs années en première ligne pour faire des propositions concrètes.

Le site « pour un réveil écologique » présente un certain nombre de ressources pour comprendre et agir, avec en particulier l’édition d’un kit enseignement supérieur et transition écologique pour « aider les étudiants et jeunes diplômés à entamer un dialogue avec leur établissement pour intégrer les enjeux environnementaux dans les formations ».

Le REFEDD, Réseau français des étudiants pour le développement durable, regroupe 145 associations et est  l’origine de la semaine étudiante du Développement Durable.  En 2016, l’association a conduit sa quatrième consultation sur le DD: l’enjeu est perçu comme important mas pas suffisamment traité dans le société en général et sur les campus en particulier. Le Réseau a présenté un projet d’UEL dédié au DD&RS pour renforcer les connaissances des étudiants en matière. Le module se clôturerait par le passage du Sulitest,  s’intéresse de très près à la question de l’éducation.

La FAGE, (Fédération des Associations Générales Etudiantes) est syndicat étudiant à orientation sociale et solidaire (voir son volet économie sociale et solidaire),  a rédigé une charte d’engagement DD, un guide technique pour adopter une consommation responsable et développé un calculateur carbone CCloé.

Une multiplication de propositions qui mettent la question de l’évolution du climat résolument à l’ordre du jour dans l’enseignement supérieur.

[1] Le réseau CIRSES (Collectif pour l’intégration du DD&RS dans l’enseignement supérieur) assure la labellisation, pour les écoles et universités. Les référents DD&RS des établissements partagent leurs pratiques sur le site ESResponsable.org. Ce réseau travaille à la mise en place du Sulitest, et a pour projet de cartographie l’ensemble des formations touchant au DD et les recherches liées.

[2] 2450 formations dans (hors BTS, DUT et CPGE) et concernant 300 000 étudiants (soient 11% des étudiants du pays) ont été examinés.

[3] Voir en complément l’interview donnée sur le site de la CPU : les clés de Valérie Masson-Delmotte pour « construire des transitions éthiques et justes »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.