Ethique, technique et bien commun

La rénovation du baccalauréat conduite et gestion des entreprise agricole nécessaire à l’installation d’un agriculteur, est l’occasion de nous interroger plus largement sur la prise en compte dans le monde éducatif d’une notion relativement nouvelle: la question des communs.

Qu’est ce qu’un bien commun ?

Le concept de bien commun[1] est issu des travaux de Elinor Ostrom prix Nobel d’économie 2009. Avec son équipe, elle a développé sa théorie sur les communs à partir de l’étude  des règles mises en place pour gérer les réseaux d’irrigation en Californie, entre maintenance collective et utilisation agricole privative. Ces travaux font suite à un article célèbre paru en1968  « The Tragedy of the Commons» [2] qui analysait la surexploitation de paturages communaux lorsque les villageois ne prenaient pas en compte les conditions de sa pérennisation (Hardin, 1968).

Le Dictionnaire des biens communs (Cornu et al., 2017) définit les communs autour de trois questions :

  • Quelles ressources ou services sont mis en partage ?
  • Quelle communauté prend en charge ces ressources ? En effet selon ces chercheurs, il n’y a pas de bien commun sans communauté qui fixe et modifie les règles d’usage.
  • Quelles sont les règles de droit pour les acteurs et les usagers ? Comment prendre en compte la dimension collective, dans une gouvernance partagée ? Une « nouvelle façon de penser les relations entre les personnes et les choses », même si « l’intérêt public ne trouve pas d’expression juridique très appropriée »

Relier des compétences techniques à un raisonnement éthique

La partie professionnelle du baccalauréat CGEA (conduite et gestion des entreprise agricole), diplôme phare de l’enseignement agricole a été rénovée à la rentrée 2018. L’épreuve E5 de ce baccalauréat professionnel consiste à relier les techniques culturales à la gestion d’une ressource commune (eau, air, sol, énergie, biodiversité, mais aussi paysage ou santé…). Il s’agit de mettre en perspective les contraintes d’une production permettant à l’agriculteur de dégager un revenu avec les exigences liées à l’inscription de cette activité économique dans un environnement qui s’avère fragile. Ainsi le futur professionnel est amené à se situer au delà de l’exploitation pour raisonner à différentes échelles, territoire ou petite région.

 « La définition retenue dans le référentiel de diplôme est celle proposée par Bravo et Marelli (2008) dans un articles sur les systèmes d’irrigation du Nord de l’Italie : « des ressources « naturelles» mobilisées par les agriculteurs pour la production mais partagées par différents utilisateurs, l’exploitation de ces ressources crée souvent une rivalité qui peut être à l’origine de leur dégradation, voire de leur destruction » (Mémento Epreuve E5).

Former au bien commun ou aux communs

Ainsi, la question des communs se fait de plus en plus vive dans un monde marqué par l’interdépendance, les atteintes à l’environnement, la raréfaction des ressources et la multiplication des droits de péage. Dans le cadre d’une « communauté de destin », apprendre à contribuer à la société dans un « régime de gouvernance multiacteurs » et à être responsable vis à vis de ces communs est une des conditions pour une « transition systémique vers des sociétés viables » (Calame et Ziaka, 2015).

Au delà des ressources naturelles et foncières, la notion de communs s’étend aux savoirs à partager dans une société de la connaissance et aux travaux sur les logiciels libres. De façon plus générale, la question de la culture comme bien commun est pointée par de nombreux auteurs.« Les communs sont, d’un côté, ce que nous avons ensemble, ce dont nous héritons et qu’il nous faut maintenir et préserver pour les générations futures et, d’un autre côté, ce que nous construisons ensemble dans l’esprit de partage ». (Le Crosnier, 2018). Ce chercheur ajoute une quatrième question à la définition des communs: celle des enclosures qui met en danger l’accès aux communs et leur usage. Les enseignants documentalistes en France sont à l’avant-poste de cette réflexion comme en témoigne le récent ouvrage « À l’école du partage. Les communs dans l’enseignement ».  (Carbillet & Mulot ; 2019)

Ces notions de communs susceptibles de faire évoluer les frontières entre propriété privée et domaine public interrogent de nombreuses disciplines. Cependant, la reconnaissance que « l’état de nature d’homme c’est l’état social » reconnue par « la primatologie, la paléoanthropologie ou la psychologie du développement » peine à s’intégrer dans la philosophie, les sciences politiques (Flahault, 2013), ou le juridique, enfermé dans « un schéma propriétaire qui divise »  et entraine « une incapacité de nos catégories classiques à saisir cette problématique du commun ». (Cornu, 2018) La société est elle prête à se diriger vers plus de lenteur et plus de communs ? (Mezoued et al., 2019)

Selon Horvais, (2015) intégrer l’inclusion dans l’action éducative est une façon d’apprendre à contribuer au bien commun. La formation aux biens communs peut être reliée à la formation à l’éthique et le concept de compétence éthique est en train d’émerger (voir le dossier spécial de la revue Ethique Publique : Former à la compétence éthique : un défi ou une impasse ?) . La revue canadienne « Ethique en éducation et en formation » de l’UQAM constitue une approche complémentaire pour qui s’intéresse à ces questions.

L’éducation, un bien commun pour apprendre à vivre les uns avec les autres

Selon l’ouvrage collectif de Michon et al, (2019), les communs constituent « un paradigme opératoire pour comprendre et concevoir les rapports des hommes aux territoires et à l’environnement mais aussi les rapports des hommes entre eux ». (Michon, 2019).

Alors les communs concernent aussi l’éducation[3] ? Deux articles déjà anciens sont consacrés explicitement à ce sujet : le premier problématise d’emblée l’éducation et son appartenance au bien commun (Proulx, 2004) ; le second établit un parallèle entre la gestion de l’eau et l’éducation (Petrella, 2009). Une intégration de la notion de communs dans l’éducation nous est offerte par la réponse d’Engeström à l’article de l’américain Bryk qui promeut une école de l’amélioration dont les preuves seraient basée sur les pratiques[4]. Le chercheur finlandais fait remarquer que cette approche se basant sur l’existant ne prend pas en compte les énormes contradictions auxquelles sont confrontés les systèmes éducatifs. En effet, dans un contexte de marchandisation caractérisé par l’extension des droits de propriété intellectuelle, la part des médias sociaux, la « menace de privatisation et de commercialisation de l’éducation publique », et l’importance attribuée aux tests de sélection, le savoir est-il un bien commun ou une marchandise ? Enfin, l’objectif de l’engagement des élèves et des étudiants peut-il être, au delà de la recherche d’un gain personnel strictement individuel, celui d’un engagement dans « des initiatives collectives d’équité et de durabilité ?

Ainsi, de façon plus générale, on peut relier cette problématique des biens communs au droit universel à disposer de biens jugés fondamentaux (selon la DUDH, déclaration universelle des droits de l’homme). Les ressources matérielles et relationnelles « nourrissent l’existence de chacun et ses liens avec les autres »  (Flahault, 2013).

La multiplication d’expériences citoyennes pose la question de la responsabilité dans l’accès à ces biens communs,  dans les espaces de vie des quartiers, des réseaux de collaboration co-construisent  de nouvelles formes de gouvernance, en dissociant la propriété d’une ressource de son usage. A la faveur de la crise écologique et des possibilités offertes par les réseaux numériques, émergent de nouvelles pratiques sociales qui visent à partager des biens variés (outils,  voitures, habitat …)  (Cornu et al., 2017) .

« La question de la vie bonne ou du bien vivre, appelée à devenir de plus en plus publique (et non pas limitée à la vie privée) à mesure que les problèmes écologiques s’imposeront davantage à nos société .» (Flahault, 2013) Cette question interroge pleinement l’éducation.

Bibliographie

  • Bravo Giangiacomo et Marelli Beatrice (2008). Ressources communes. Systèmes d’irrigation du nord de l’Italie. Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, n° 96‑3, p. 5‑14.
  • Calame Pierre et Ziaka Yolanda (2015). Les biens communs et l’éthique de la responsabilité. Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, n° vol. 17, n° 2.
  • Carbillet Marion, Mulot Hélène, À l’école du partage. Les communs dans l’enseignement, Caen, C&F Editions, coll. « Les enfants du numérique », 2019, 310 p
  • Cornu Marie et al. (2017). Dictionnaire des biens communs. Paris, France : PUF.
  • Crosnier Hervé Le (2018). Une introduction aux communs de la connaissance. tic&société, n° Vol. 12, N° 1, p. 13‑41.
  • Engeström Yrjö (2017). Improvement versus transformation. Education & didactique, vol. 11, n° 2, p. 31‑34.
  • Flahault François (2013). Pour une conception renouvelée du bien commun. Etudes, vol. Tome 418, n° 6, p. 773‑783.
  • Hardin Garrett (1968). The Tragedy of the Commons. Science, vol. 162, n° 3859, p. 1243‑1248.
  • Horvais Jean (2015). Apprendre à contribuer au bien commun : Essai sur les déclinaisons inclusives de l’action éducative. La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, vol. N° 69, n° 1, p. 181‑190.
  • Mezoued Aniss M., Kaufmann Vincent et Nasdrovisky Boris (2018). Vers un retour de la lenteur et des communs ? Espaces et societes, vol. n° 175, n° 4, p. 123‑141.
  • Michon Perrine (2019). Les biens communs. Un modèle alternatif pour habiter nos territoires au XXIe siècle. : Rennes : Presses universitaires de Rennes.
  • Ostrom Elinor (2010). Gouvernance des biens communs: pour une nouvelle approche des ressources naturelles. Bruxelles : De Boeck Supérieur.
  • Petrella Riccardo (2009). Eau et éducation, des biens communs. Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 52, p. 123‑127.
  • Proulx Jean-Pierre (2004). L’éducation, un bien commun très particulier. Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, n° vol. 6, n° 1.

NB : (Les articles dont les titres sont en hypertexte sont des articles en accès libre, suivant des licences Creative Commons).


[1] Cette notion de bien commun est une question d’actualité comme en témoigne des récents dossiers spéciaux dans des revues de recherches, pluridisciplinaires ou techniques[1], ou de nombreux colloques récents (Cerisy 2016 : vers une République des biens communs ? Clermont  2018 : du bien commun aux biens communs, RDR 2019 : “Les biens communs en agriculture, tragédie ou apologie ?”….

[2] Cet article est désormais un article pivot, cité actuellement  plus de 40 000 fois d’après Google Scholar.

[3] Signalons également les OER (Open education resources) qui sont des matériaux d’apprentissage en libre accès.

[4] Retrouvez l’ensemble des débats générés par l’article de Bryk dans les numéros de 2017 et 2018 de la revue  « Educations et didacttique ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.