Un bac professionnel rénové et une évaluation du raisonnement à l’oral

Le groupe de travail Pepieta a réalisé un suivi ce premier bac CGEA rénové. Des observations et des recherches-actions visent à définir des facteurs de réussite pour cette nouvelle épreuve exigeante. L’épreuve consiste en une présentation orale de 5 minutes basée sur la réalisation préalable de 4 fiches. Elle est complétée d’un entretien avec le jury de 15 minutes. Elle interroge les pratiques des enseignants et leurs modalités d’évaluation.

L’agriculteur dans l’espace public et sa pratique quotidienne est aujourd’hui fréquemment confronté à des controverses. Des élèves orientés dans une filière professionnelle, donc à priori identifiés comme faibles peuvent-ils produire un raisonnement de qualité et développer des habiletés orales ? Suite aux observations réalisées lors des épreuves, Patrick Mayé souligne la qualité des argumentations mises en œuvre. Il relève que l’on a tendance à sous-estimer le potentiel des élèves, alors qu’ils sont capables de fortement s’engager dans le cadre d’activités intéressantes.

Des pistes pour former au raisonnement et à l’oral

Améliorer l’oral par co-observations. L’enregistrement de baccalauréats blancs, leur diffusion aux élèves, complété d’une analyse et d’évaluations en commun est une source d’amélioration des présentations des élèves. Les formateurs ont constaté une meilleure prise en compte des attendus de l’épreuve, un détachement par rapport au cadre normatif et une reconnexion à l’expérience située du stage entrainant un renforcement de l’estime de soi (l’autoconfrontation est relativement utilisée en didactique professionnelle et dans les formations d’enseignants, l’originalité du dispositif décrit consiste en une confrontation des élèves à leur image).

S’entraîner à s’exprimer pour développer un raisonnement. La qualité des présentations d’élèves ayant travaillé spécifiquement la maîtrise de l’oral apparait liée au niveau de connaissances, les capacités transversales inhérentes à l’oral ne suffisent pas à réussir l’épreuve. La maitrise du vocabulaire révèle un savoir intégré et aide à la mise en œuvre du raisonnement. Il s’agit pour l’élève de se mettre en évocation afin d’exploiter des observations réalisées sur l’exploitation. « l’expression organise l’activité mentale » et « l’argument est l’art de penser et de parler ». (Gaussel, 2016)

Former les enseignants au raisonnement agroécologique. Les formations d’enseignants révèlent des difficultés à mettre en œuvre des raisonnements complexes pour faire les liens entre les enjeux écologiques et professionnels dans l’exploitation. Le “noyau de raisonnement” est le changement d’échelle et une nouvelle conception de l’exploitation. Le concept de « ressources communes » permet l’articulation entre les enjeux territoriaux et sociaux et les changements de pratique agricole, la recherche de levier à l’échelle des choix techniques. Les observateurs relèvent également une crainte des enseignants à utiliser les nouveaux mots de l’agroécologie.

Un travail au long cours. Apprendre à raisonner est « complexe et intégrateur ». Travailler les liens et les raisonnements et l’expression orale tout au long du parcours permettrait d’habituer élèves et enseignants à cette nouvelle façon d’appréhender la complexité de l’environnement de l’exploitation. La capacité à raisonner peut se travailler dans des matières générales (Histoire géographie, Français, ESC, Biologie). Les évaluation formatives, situées réalisées dans ateliers technologiques et qui questionnent la pratique, peuvent constituer un modèle en particulier pour les maitres de stage.

Voir en complément au sujet de l’oral : le dossier du Centre Alain Savary (2019) : Sylvie Plane, l’oral un objet multidimensionnel ; le Dossier de Veille 117 de Marie Gaussel (2017) Je parle, tu dis, nous écoutons : apprendre avec l’oral et concernant l’argumentation, le Dossier de Veille 108 de Marie Gaussel (2016) Développer l’esprit critique par l’argumentation, de l’élève au citoyen.

La difficile évaluation d’un raisonnement à l’oral

Des obstacles à cette évaluation : La nouveauté de l’épreuve pour les évaluateurs qui ont pour habitude de lier l’évaluation à une validation de savoirs stricto sensu. Des questions fermées sans problématisation sont plus faciles à quantifier que les réponses à un questionnement ouvert.  Or l’évaluation d’un raisonnement requiert de creuser la possibilité pour l’élève de dérouler un raisonnement, ce qui est plus difficile à mettre en œuvre. Le dépassement de la timidité et de l’immaturité de certains élèves et leur difficulté  à relier leur expérience pour une montée en généralité. La question du lien entre raisonnement et connaissances, dans quelle mesure peut-on évaluer un raisonnement indépendamment des connaissances ? Le vocabulaire est-il un indicateur ou un critère ?

Former les enseignants à questionner. Apprendre à questionner de façon ouverte est une habileté à travailler pour la conduite de l’entretien. Cette compétence est un geste clé de l’enseignant. Les modalités de questionnement sont différentes pendant les cours, les stages et l’épreuve. Il s’agit de faire raisonner, repérer ce qui est à interroger, le risque étant de projeter ses représentations. Une posture d’étayage permet une mise en confiance nécessaire au bon déroulement de l’épreuve et favorise une situation de réussite. Il s’agit, à partir de l’expérience des élèves, de creuser les questions de connaissance avec des questionnements ouverts. Les relances sont facilitées par des retours intermédiaires, au fur et à mesure du questionnement (- d’un point de vue de l’élevage, comment tu fais avec ces ressources ?  je serais étonnée que tu ne connaisses pas ces polluants ? … oui et celui que tu viens de nommer …. je pense que le contexte tu l’as bien donné… )

Former les enseignants à évaluer un raisonnement situé. Dans cette épreuve, les élèves sont amenés à construire des liens entre leur expérience de l’exploitation et leurs observations. Les postures enseignantes peuvent être gênantes ou aidantes, pour la mise en œuvre d’une contextualisation de la connaissance. Lors des suivis des jurys, les observateurs ont noté des dépersonnalisations de l’expérience des élèves. L’exemple d’un jury qui, face à une élève ayant réalisé son stage chez une agricultrice, reprendre le déroulé du stage en parlant du maitre de stage au masculin, dans une monté en généralité qui déconnecte la stagiaire de son expérience professionnelle est à cet égard éloquent.

Motiver les équipes pour une réforme supplémentaire. De façon générale l’équipe de Pollen remarque que les enseignants appréhendent ces changements qui s’inscrivent dans un environnement institutionnel déjà marqué par des réformes répétées. Encore une fois, seul le travail en équipe est à même de permettre la mise en œuvre d’une réforme… il permet de surmonter le sentiment de mal faire que peuvent ressentir certains enseignants au moment du changement de leurs pratiques.

Annexe : pour comprendre le baccalauréat professionnel CGEA

Le baccalauréat CGEA comprend 7 épreuves, 4 épreuves générales pour un coefficient de 10 (E1,E2, E3 et E4) et 3 épreuves professionnelles (E5, E6, E7) pour un coefficient de 10 également. Une partie des épreuves est évaluée par CCF, contrôle continu en cours de formation, et concerne la moitié des évaluations certificatives. Une des caractéristique de l’épreuve E5 c’est qu’elle est entièrement évaluée par un jury. Ces épreuves professionnelles permettent de valider des enseignements réalisés en modules professionnels. Les documents d’accompagnement du site CGEA de Chlorofil présentent ces différents modules professionnels (MP). Ces modules sont construits via la collaboration de disciplines (Agronomie, Agroéquipement, Zootechnie, Économie-Gestion, et pluridisciplinarité).

  • MP1 : Pilotage de l’entreprise agricole dans son territoire 70 h
  • MP2 : Entreprise agricole, marchés et territoires 70 h
  • MP3 : Gestion de l’entreprise agricole 112 h
  • MP4 : Gestion durable des ressources et agroécosystème 154 h
  • MP5 : Conduite d’un processus de production 112 h
  • MP6 : Agroéquipements 84 h
  • MAP module d’adaptation professionnelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.