Dans les coulisses de la DGER : Pepieta 2

La DGER, Direction générale de l’enseignement et de la recherche du Ministère de l’alimentation et de l’agriculture est l’équivalent de notre ministère pour ce qui est de l’organisation de l’Enseignement agricole. Les 24 et 25 juin dernier se réunissait à la DGER le groupe de travail de la formation-action Pepieta 2 qui a pour objectif de soutenir le plan EPA  (enseigner à produire autrement) pour construire la transition agroécologique. L’objectif étant d’accompagner et soutenir la réforme du bac professionnel CGEA, conduite et gestion de l’entreprise agricole.

Cette action est menée par des membres du DNA, Dispositif national d’appui. Le DNA est composé de représentants des établissements d’enseignement supérieur (les ENA, établissements nationaux d’appui) et assure des liaisons entre recherches et pratiques :

  • par la production de ressources à destination d’élèves et d’enseignants
  • par le suivi d’établissements
  • par la capitalisation et la valorisation des travaux réalisés pour diffusion aux autres établissements, via le site Pollen

Vous trouverez une présentation de Pepieta sur le site d’Agrocampus-ouest ici , sur le site Eduter ici , et les fiches issues du séminaire Pepieta 1 ici.

Un groupe de travail pluricatégoriel

8 personnes étaient présentes sur place, et 3 personnes présentes par vidéoconférence, depuis Montpelliersupagro Florac et Agrocampus Rennes.

  • des chercheurs, impliqués à part entière et de façon opérationnelles (Patrick Mayen, Fanny Chrétien et Isabelle Gaboriaud).
  • des ingénieurs – formateurs d’enseignants
  • une formatrice ENSFA intervenant dans la formation initiale des enseignants de l’Enseignement agricole
  • une coordinatrice du réseau Préférence formations

La plupart des participants sont aguerris aux productions éditoriales, que ce soient dans des travaux de recherche ou des ouvrages à l’attention des praticiens (voir les ouvrages d’Éducagri éditions, collections Praxis et Ag(o)ra).

La question de la médiatisation

Qui dit réforme dit nouvelles ressources.

12 messages clés ont été retenus pour répondre difficultés des équipes à mettre en œuvre la TAE (transitions agroécologique). Ils consistent en de courtes capsules vidéo de présentation pour une appropriation aisée de nouveaux concepts, des nouvelles pratiques pédagogiques et de nouveaux modes d’évaluation. Ces ressources peuvent servir de point d’appui pour des formateurs ou accompagnateurs, aux niveaux local ou régional.

D’autre part, l’ENSFA a produit des ressources pédagogiques présentant les principaux axes de la réforme du bac pro CGEA (disponibles dans la partie « Ressources d’aide à la mise en oeuvre des diplômes » « Sessions d’accompagnement de la rénovation du bac pro CGEA 2109 »). Comment diffuser ces ressources auprès des équipes pédagogiques et d’encadrement et leur donner une légitimité suffisante ? Dans quelle mesure ces ressources peuvent-elle acquérir le statut de ressources institutionnelles, à l’image de manuels scolaires ?

Deux sites complémentaires sont la porte d’entrée vers l’enseignement agricole pour valoriser ces ressources produites, pour les rendre accessible, les faire vivre et les confronter aux acteurs de terrain :

  • Le site ChloroFil qui vient d’être restructuré et présente les informations institutionnelles
  • Et le site Pollen, qui présente les innovations pédagogiques de l’enseignement agricole sous une forme plus libre que l’expérithèque de l’Éducation nationale.

La richesse de ces sites présente le corolaire d’un risque de manque de visibilité de l’information. Les sites relatifs à chacun des établissements d’enseignement supérieur peuvent également compr

Plusieurs pistes sont dégagées quand aux modalités de diffusion des travaux issus des recherches et observations réalisés par ce groupe de développement :

  • les réunions de préparation de rentrée à l’intention des chefs d’établissement,
  • les regroupements des référents agroécologie,
  • une présentation à l’occasion du séminaire Pepiéta2.
  • … et leur utilisation possible pour des formations dans d’autres filières comme celle des services à la personne.

La question demeure d’une appropriation de ces ressources pour des équipes n’ayant pas participé aux dispositifs Pepieta 1 et 2, du statut des disséminateurs potentiels et de leur reconnaissance par l’institution, et par conséquent des moyens en temps consacrés à ces formations et au travail en équipe sur le terrain. L’équipe présente les principaux résultats de l’étude au comité de suivi du dispositif qui va statuer sur l’attribution de fonds pouvant permettre de le prolonger.   

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.