Allemagne + manuels scolaires (entre autres) = Georg-Eckert-Institut für internationale Schulbuchforschung

Deux semaines entourée de manuels scolaires en provenance du monde entier, à feuilleter des ouvrages et des revues spécialisées principalement germanophones, à rencontrer et échanger avec des chercheurs et des chercheuses de tous horizons disciplinaires et géographiques pour mieux comprendre les singularités et les enjeux des recherches en éducation outre-Rhin (et accessoirement échapper à la canicule qui sévissait à Lyon …) : c’est ce qu’un séjour de recherche au Georg-Eckert-Institut – Leibniz-Institut für internationale Schulbuchforschung (Institut Georg Eckert – Institut Leibniz de recherche internationale sur les manuels scolaires) de Braunschweig (Brunswick) en Allemagne m’a permis de vivre en ce début d’été 2019. Ce billet dresse donc dans un premier temps un portrait de cet institut de recherche original par son histoire et ses objets, pour ensuite proposer un premier bilan de cette expérience d’immersion dans le monde des recherches en éducation – de la Bildungsforschung – à l’allemande.

Un centre de recherche interdisciplinaire sur les manuels scolaires

Fondé en 1975, le Georg-Eckert-Institut – Leibniz-Institut für internationale Schulbuchforschung emploie plusieurs dizaines de personnes réunies autour d’un projet fondateur né au lendemain de la Seconde guerre mondiale : une contribution au développement de la paix par la compréhension entre les peuples, qui passerait par un travail sur les stéréotypes véhiculés par les manuels scolaires, en particulier ceux d’histoire. Ainsi, un institut international pour l’amélioration des manuels scolaires (internationales Institut für Schulbuchverbesserung) est fondé au début des années 1950. Si des rencontres binationales franco-allemandes ont eu lieu jusqu’aux années 1980, et qu’à l’heure actuelle elles concernent encore des partenaires israéliens, polonais et tchèques, les évolutions historiques et technologiques survenues depuis les années 1990 ont contribué à réorienter et diversifier les activités de l’institut.

En effet, le GEI est aujourd’hui un centre de recherche international et interdisciplinaire consacré à l’étude des manuels scolaires et plus largement à celle des médias éducatifs (Bildungsmedien) dans les disciplines scolaires relevant du monde social : histoire, géographie, instruction/éducation civique, sciences politiques, économiques et sociales, et plus récemment également l’enseignement des faits religieux et de l’éthique. Trois axes structurent l’activité :

  • les recherches sur la production, les contenus et l’utilisation des ressources pédagogiques sous des angles socioculturels, historiques et économiques ;
  • la mise à disposition d’infrastructures de recherche (sources, outils) ;
  • le transfert des connaissances produites vers les décideurs politiques et les professionnels de l’édition scolaire et de l’éducation par le biais de missions d’expertise, de recommandations, de formations.

Les nombreux projets de recherche de l’institut, achevés ou en cours, plus ou moins longs et/ou ambitieux, sont organisés autour de huit thématiques. Quatre d’entre elles – enseigner dans un monde médiatisé, humanités numériques, les médias à l’école et l’éducation post-digitale – portent explicitement sur l’étude et l’accompagnement des transformations liées à l’entrée de l’institution scolaire dans l’ère numérique. Le large spectre des objets et des méthodologies va de la production partenariale de ressources numériques pour l’enseignement sur la thématique de la diversité pour le projet Zwischentöne à une recherche-intervention accompagnant l’innovation technologique (Schul-Cloud) ou à l’observation de l’impact de l’utilisation d’un manuel numérique d’histoire, le mBook History, sur le développement des compétences disciplinaires et digitales des élèves.

Le thème « l’ordre du savoir » interroge quant à lui l’inscription des manuels scolaires dans leur contexte politique, économique, social et épistémique, tandis que les entrées « polarisation et cohésion » et « religions au pluriel » proposent différents objets et moyens pour mettre en œuvre les visées démocratiques des institutions scolaires dans différents contextes nationaux.

Sous les termes du thème de recherche « organisation du savoir et récupération de l’information » se cache enfin le développement de différentes bases de données qui permettent de mettre en valeur les fonds très particuliers de la bibliothèque de recherche de l’institut auprès des chercheurs et des chercheuses, des étudiants et des étudiantes, mais aussi des enseignants et des enseignantes. Comment donner accès à plus de 176 500 manuels scolaires d’histoire, de géographie, d’instruction et d’éducation civique, de sciences politiques, économiques et sociales, voire de religion et de philosophie, en provenance de plus de 170 pays – avec une quasi-exhaustivité en ce qui concerne les éditeurs allemands et en tenant compte dans ce pays fédéral de 16 façons différentes d’organiser les structures scolaires, les niveaux d’enseignement, les découpages disciplinaires, les curricula et les programmes ? Le tout en accès libre sur les étagères de la bibliothèque … ou à distance. Le GEI gère ainsi les bases de données suivantes :

  • GEI-Digital, c’est-à-dire les fonds patrimoniaux de manuels scolaires allemands, toutes disciplines confondues, progressivement numérisés depuis 2009 (jusqu’en 1918 à l’heure actuelle) ;
  • International TextbookCat, un moteur de recherche qui donne accès aux catalogues des riches fonds de manuels scolaires du GEI et de ses partenaires espagnol (MANES) et italien (EDISCO), et appelé à s’enrichir à l’avenir de nouveaux catalogues ;
  • Curricula Workstation qui permet d’avoir accès aux programmes de différents disciplines dans plusieurs pays ;
  • The World in Textbooks qui donne accès à des extraits de manuels scolaires de plusieurs pays classés et analysés par entrées thématiques, dans la continuité d’EurViews sur les représentations de l’Europe.

Le tournant digital a également eu des répercussions sur les modalités de publication du GEI, qui a récemment fait le choix de l’édition ouverte pour ses différentes collections : monographies, dossiers, études, rapports, etc., et revue « maison » – le Journal of Educational Media, Memory and Society (JEMMS).

Institut de recherche extra-universitaire comme il en existe tant d’autres en Allemagne, le GEI est affilié depuis le début des années 2010 à la Leibniz-Gemeinschaft, qui compte d’autres instituts de recherche dans le domaine de l’éducation, comme le DIPF sur la recherche et l’information en éducation (Franfort-sur-le-Main / Berlin), le DIE sur la formation des adultes et l’éducation tout au long de la vie (Bonn), l’IPN sur l’enseignement des sciences et des mathématiques (Kiel).

Du carnet de bord au rapport d’étonnement

Deux semaines n’ont donc pas été de trop pour comprendre les caractéristiques et les spécificités de l’histoire et des activités du GEI, entre autres pour pouvoir présenter à ce public averti la banque de données Emmanuelle et le fonds des manuels scolaires de la bibliothèque Diderot de Lyon, hérités des collections de la bibliothèque et des activités du service d’histoire de l’éducation (SHE) de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP), ainsi que les activités de l’Institut français de l’éducation et du service Veille et analyses.

Dans le sillon de dossiers de veille déjà publiés, sur l’éducation à la citoyenneté et l’interculturel, ce séjour a été l’occasion d’ajouter (encore) quelques titres à des bibliographies déjà bien fournies et d’échanger avec les participant.e.s de l’école doctorale Georg Arnhold « Global Citizenship Education and Citizenship Education in a Changing World ». Il a surtout permis d’une part d’explorer la (vaste) bibliographie internationale sur l’enseignement des disciplines du monde social en vue d’un prochain dossier de veille sur ce thème, et d’autre part de mieux comprendre et « décrypter » le fonctionnement et les enjeux des recherches germanophones en éducation, en particulier lors d’un long entretien avec Mme M. Oberle, professeure des universités en science politique et didactique (Politikwissenschaft/Didaktik der Politik) à l’université de Göttingen.

Que retenir donc de ces impressions de voyage ?

Tout d’abord la densité et la vitalité du paysage académique et éditorial des recherches en éducation en Allemagne. Celles-ci se traduisent par exemple par une multiplicité de chaires professorales consacrées aux seules didactiques de l’histoire, de la géographie ou des sciences politiques (une quarantaine dans ce dernier cas), par un grand nombre d’associations professionnelles et par leur dynamisme – journées d’études annuelles et publications afférentes pour preuve -, par la diversité des collections accueillant dans diverses maisons d’édition réparties sur l’ensemble du territoire des publications scientifiques ou des manuels universitaires, ou par la multiplication des revues spécialisées … ce qui s’accompagne bien entendu d’un sentiment de vertige face à une fragmentation de plus en plus avancée du champ des recherches en éducation.

La communauté des chercheurs et chercheuses n’est ainsi pas exempte de tensions et de controverses internes, de débats et d’interrogations collectives. Depuis le « choc Pisa » des années 2000, compétences et recherche empirique sont devenus à la fois des mots d’ordre et des marqueurs qui structurent le champ académique, les discours institutionnel et scientifique, et les positionnements et prises de position des un.e.s et des autres en faveur ou non de ces nouvelles orientations de recherche. En témoigne en 2012 la fondation de la Gesellschaft für empirische Bildungsforschung (société pour la recherche empirique en éducation) à côté de la Deutsche Gesellschaft für Erziehungswissenschaft (société allemande des sciences de l’éducation).

De quoi continuer dans les prochains mois à mettre en perspective la situation française, à alimenter à la fois lectures et écriture de nouveaux articles Eduveille : des manuels scolaires au Sachunterricht (« leçon de choses » à l’école élémentaire qui permet à l’élève de découvrir le monde – physique et humain – de façon interdisciplinaire), de l’actualité des recherches en éducation en Autriche au financement des recherches pour améliorer la formation initiale des enseignant.e.s, l’inspiration ne manquera pas pour l’année à venir !

 

 

Je tiens à remercier l’ensemble des personnels du Georg-Eckert-Institut – Leibniz-Institut für internationale Schulbuchforschung pour leur accueil et leur disponibilité durant mon séjour, en particulier le directeur du GEI M. le Professeur Eckhardt Fuchs, mon tuteur M. Steffen Sammler, Mmes Katharina Baier (Fellowship programme), Kerstin Schwedes et Maren Tribukait ainsi que mme S. Müller (administration) et  le personnel de la bibliothèque de recherche. Merci également à Mme la Professeure Monika Oberle (université de Göttingen) pour sa disponibilité et ses conseils de lecture.

Hiermit möchte ich mich ganz herzlich bei allen MitarbeiterInnen des Georg-Eckerts-Institutes – Leibniz-Institutes für internationale Schulbuchforschung für Ihre Bereitschaft zu ausführlichen Gesprächen, Ihre freundliche Hilfe und die  Möglichkeit, das IFE und die Veille et Analyses -Abteilung vorzustellen, bedanken, mit einem besonderen Dank an Prof. Dr. E. Fuchs, Direktoren des GEI, an Dr. S. Sammler, meinen Betreuer, an K. Baier (fellowship programme), an Dr. K. Schwedes und Dr. M. Tribukait, an Frau S. Müller (Verwaltung) und an die BibliothekarInnen. Vielen Dank auch an Frau Prof. Dr. M. Oberle (Georg-August-Universität Göttingen) für Ihre Hilfsbereitschaft und Literaturhinweise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.