Une journée inclusive pour écouter la mélodie des étoiles

C’était le vendredi 28 juin 2019 qu’a eu lieu la journée d’étude “Enabling science, science inclusive” à l’occasion des 25 ans de la Mission handicap de l’université Claude Bernard-Lyon 1. Plusieurs interventions et ateliers ont montré différents exemples concrets pour rendre accessibles certains travaux scientifiques à tout le monde, et notamment du côté de l’astronomie : de la présentation des outils de l’association BrailleNet permettant une meilleure accessibilité numérique des données scientifiques à la promotion des études scientifiques pour tous et toutes, sans discrimination de sexe ou de nationalité, en passant par la webcam branchée directement sur le télescope du 9e étage du Science Center d’Harvard… dont l’ascenseur s’arrête au 8e étage.

L’exemple de Valentin Duthion, étudiant de l’INSA et souffrant surtout de ne pas avoir toutes les conditions réunies d’un travail en équipe avec les autres étudiant.e.s, montre qu’un dossier d’acceptation à l’université pour une personne en situation de handicap se prépare deux ans à l’avance, qu’il faut absolument tout anticiper, du bâtiment à rejoindre à l’autre bout du campus en moins de 10 min aux adaptations pédagogiques à fournir par des enseignant.e.s pas toujours très compréhensif.ve.s. Pour lui, “tout est accessible mais rien n’est adapté”. La Mission handicap de l’université Claude Bernard-Lyon 1, sans laquelle son accueil aurait été encore plus difficile, s’occupe ainsi de 800 étudiant.e.s, soit 40 fois plus qu’à sa création en 1994, pour seulement quelques personnes à temps plein.

Rassemblant de nombreuses initiatives autour de l’astronomie pour tou.te.s, l’association Inspiring Stars présidée par Wanda Diaz-Merced s’est créée à l’échelle internationale, avec pour objectif de créer des ponts entre l’astronomie et le handicap. Pour cette chercheuse, l’accessibilité à son sens le plus poussé doit permettre de contribuer à toute la société (au-delà de l’accessibilité physique) et tendre vers l’équité : les futur.e.s scientifiques, handicapé.e.s ou non, doivent pouvoir accéder directement à l’apprentissage, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Elle suggère de travailler sur l’accès aux bases de données et aux revues scientifiques, en utilisant l’open source pour une amélioration continue, en lien avec les décideur.se.s politiques et avec les spécialistes du champ concerné.

Un télescope braqué sur le chaud soleil de l’après-midi a permis aux participant.e.s d’écouter la lumière de cette étoile, grâce à un convertisseur installé directement sur le télescope. D’autres types de télescope mobiles existent : ces “handiscopes” sont développés par exemple par l’association Des étoiles pour tous ou par l’Observatoire de Paris.

Dans l’exemple de l’astronomie, finalement, le sens de la vue n’est pas très utile seul, voire il est trompeur ou insuffisant : n’a-t-on pas l’impression que c’est le Soleil qui tourne autour de la Terre en se levant tous les matins, n’est-on pas obligé.e.s d’ajouter des fausses couleurs sur les images des télescopes pour mieux voir les contrastes, a-t-on vu un.e astrophysicien.ne n’utiliser que ses propres yeux pour étudier les étoiles ? Comme toujours dans le domaine du handicap, on s’aperçoit au final que les avancées développées pour les personnes en situation de handicap génèrent des retombées pour tout le monde, puisque les scientifiques pourront explorer de nouvelles pistes de recherche avec des instruments de mesure non limités au seul sens de la vue.

 
 

1 réflexion sur « Une journée inclusive pour écouter la mélodie des étoiles »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.