Enquête TALIS 2018 : premiers résultats sur la formation initiale des enseignant.e.s

Deux notes de la DEPP analysent les premiers résultats de l’enquête TALIS 2018 (Teaching and Learning International Survey – voir ici une présentation de l’enquête) initiée par l’OCDE et réalisée en 2018 dans 50 pays, dont la France.

La première note concerne les enseignant.e.s et les directeurs et directrices de l’enseignement primaire, la seconde les enseignant.e.s et les chef.fe.s d’établissement du second degré. Les deux notes sont centrées sur les résultats qui concernent la France. Une partie de cette enquête est consacrée à la formation initiale des enseignant.e.s.

Il en ressort une insatisfaction particulière des enseignants français du primaire vis-à-vis de leur formation initiale.  Globalement les enseignant.e.s françaises du premier degré s’estiment peu satisfait.e.s de leur formation initiale, et moins bien préparé.e.s que leurs collègues européen.ne. s. C’est dans la gestion de classe qu’ils et elles s’estiment surtout moins bien préparé.e.s que les enseignant.e.s des autres pays : « seuls 16 % expriment un sentiment de préparation positif, contre 41 % (Espagne) à 65 % (Angleterre) de leurs collègues européens ». Plus généralement les enseignant.e.s français.es « dressent un constat peu satisfaisant de leur formation initiale, et expriment un sentiment d’efficacité personnelle […] dégradé en comparaison de leurs voisins européens, en matière d’enseignement, de gestion de classe et d’engagement des élèves ». Pourtant « lorsqu’ils sont interrogés sur leur satisfaction professionnelle, les enseignants français expriment un ressenti globalement positif et comparable à celui rapporté par leurs collègues européens ».

Si c’est sur le contenu disciplinaire que les enseignant.e.s du primaire sont le plus satisfait.e.s de leur formation, 57 % s’estimant bien ou très bien préparé.e.s, le taux de satisfaction est cependant moins élevé dans ce domaine que dans les autres pays européens, où le taux d’enseignant.e.s s’estimant bien ou très bien préparé.e.s atteint 64 % en Angleterre et plus de 80 % en Suède et au Danemark. Seulement la moitié des enseignant.e.s s’estime en outre bien préparée à la pédagogie générale contre des taux allant de 69 % (en Espagne) à 85 % (en Belgique et au Danemark) dans les autres pays européens. Seul un peu plus d’un tiers sont satisfaits de la formation sur les pratiques employées en classe, bien moins que dans les autres pays européens (65 % en Espagne et 85 % en Belgique par exemple). Enfin, un quart seulement  juge leur préparation suffisante en ce qui concerne le suivi des apprentissages des élèves. Or, si c’est le cas également en Belgique, plus de la moitié des enseignant.e.s des autres pays européens s’estime bien préparée sur ce point.

La qualité de la formation au numérique, moins utilisé en France que dans d’autres pays européens, est également pointée du doigt : alors que plus de la moitié déclarent avoir reçu une formation à ce sujet en formation initiale, seuls 16 % s’en déclarent satisfait. Toutefois, les enseignant.e.s formé.e.s récemment sont à la fois beaucoup plus nombreux.ses  à avoir reçu une formation au numérique et plus nombreux.ses à être satisfait.e.s.

En ce qui concerne les enseignant.e.s du second degré, le même sentiment vis-à-vis de leur formation initiale se dégage. Ils et elles expriment un sentiment d’efficacité personnelle dégradé par rapport à leurs collègues européen.ne.s, et moins élevé que lors de l’enquête précédente, en 2013. Ils et elles se déclarent en outre moins satisfait.e.s de leur formation initiale que leurs collègues européens sur l’enseignement à des élèves de niveaux différents (39 %), au suivi de l’apprentissage et de la progression des élèves (35 %) et à la gestion de classe et du comportement des élèves (33 %) . Notons toutefois que ce sentiment est moins fort pour les enseignant.e.s formé.e.s depuis moins de trois ans , et donc en ESPE.

L’enquête s’intéresse enfin aux besoins de formation exprimés : ce sont les besoins concernant les élèves ayant des besoins éducatifs particuliers qui sont les plus élevés (pour plus d’un tiers des enseignant.e.s), ainsi que la mise en œuvre d’approches pédagogiques individualisées (24 %), qui remportent le plus de suffrage.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.