Carrière des enseignant.e.s : un aperçu européen

La DEPP (Direction de l’évaluation , de la prospective de la performance) vient de publier une lettre d’information sur la carrière des enseignant.e.s en Europe, reprenant les données du  rapport du réseau Eurydice intitulé « Les carrières enseignantes en Europe ; accès, progression et soutien ». Celui-ci s’appuie sur les données institutionnelles de l’année scolaire 2016-2017. Qu’y apprend-on ?

Ce rapport s’intéresse à divers aspects de la question de la carrière des enseignant.e.s :

  • le recrutement et la gestion des enseignant.e.s : pour faire face à une situation où la pénurie d’enseignant.e.s est forte dans de nombreux pays (60 % des 43 systèmes éducatifs du réseau Eurydice font face à une pénurie d’enseignants dans certaines disciplines, 50 % dans certaines zones géographiques), et où la population enseignante vieillit (pour la moitié des systèmes éducatifs), les pays recourent de plus en plus souvent à des recrutement élargis, en proposant des voies alternatives à la formation initiale classique, en particulier en Europe du Nord. Des mesures financières sont également prises dans certains pays pour redonner de l’attractivité au métier enseignant. Le rôle d’employeur est en outre confié aux établissements scolaires dans le modèle majoritaire en Europe, adopté par 16 des 43 systèmes éducatifs. Dans les autres pays, le modèle de gestion peut être centralisé (c’est le cas en France, mais aussi en Allemagne, en Espagne et en Turquie), dévolu aux autorités locales, ou varier selon le type d’établissement scolaires  : c’est le cas en Belgique où les autorités locales désignent les enseignant.e.s pour les écoles publiques, tandis que les écoles privées subventionnées recrutent elles-mêmes leurs enseignant.e.s ;
  • la question de la formation : la formation continue est globalement encouragée, et obligatoire avec un nombre d’heures défini pour tou.te.s les enseignant.e.s, exerçant dans le primaire comme dans le secondaire, presque dans la moitié des systèmes éducatifs. Le temps de formation moyen est de 3 jours par an, variant d’une journée en Slovénie à 19 jours en Islande. La formation continue n’est facultative que dans 8 pays – pourtant, ces pays peuvent présenter un taux élevé de participation des enseignant.e.s aux actions de formation continue, comme aux Pays-Bas ou au Danemark. De plus en plus de pays conditionnent l’évolution de carrière à la participation aux actions de formation continue ;
  • l’évolution professionnelle : 22 des 43 pays offrent des possibilités d’évolution de carrière, proposant « un système de carrière à plusieurs niveaux qui offre aux enseignants la possibilité d’exercer des responsabilités plus complexes, reconnues comme telles et donnant lieu, dans la plupart des cas, à une rémunération complémentaire ». C’est le cas en France où les enseignants peuvent devenir maîtres-formateurs, formateurs académiques ; conseillers pédagogiques ou tuteurs ;
  • les dispositifs d’évaluation mis en œuvre : les modes d’évaluation des enseignant.e.s en Europe sont aussi nombreux que divers, mais relèvent « les plus souvent d’un processus double, à la fois interne et externe. » La pratique de l’auto-évaluation des enseignant.e.s, en complément de l’observation d’un cours et de l’entretien avec l’enseignant.e, est de plus en plus souvent utilisée. Les résultats des élèves sont parfois pris en compte, et de manière obligatoire dans 4 pays. L’appui sur l’avis des élèves et des parents est parfois utilisé, mais ne l’est de manière systématique qu’au Monténégro. Si ces évaluations servent dans deux-tiers des pays à renseigner les enseignant.e.s sur le pratiques et leurs compétences, elles ont plus rarement un impact sur leurs rémunération. Dans 30% des pays enfin, l’évaluation des enseignant.e.s est utilisée pour définir leurs besoins en formation continue.

La note d’information et les données de l’enquête sont consultables à cette adresse : 

https://www.education.gouv.fr/cid142053/la-carriere-des-enseignants-en-europe.html

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.