Qui sont les futur.e.s enseignant.e.s ? Une enquête dans les ESPE

Le SIES, ou Systèmes d’information et études statistiques, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a publié en mai 2019 une Note Flash sur “Les effectifs en ESPE en 2018-2019” . S’appuyant sur 30 des 32 Écoles supérieures du professorat et de l’éducation de France, les données sur ces effectifs ont été recueillies en janvier 2019.

Sans surprise, les effectifs des mentions MEEF (Master des Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) du 1er degré sont les plus nombreux, représentant la moitié des 65 600 étudiant.e.s inscrit.e.s en ESPE. Suivent de près les effectifs des MEEF second degré, puis les mentions “Pratiques et ingénierie de la formation” et “Encadrement éducatif”, pour respectivement 4,4 % et 2,6 %.

Le profil des futur.e.s enseignant.e.s ne correspond pas à tous les coups à l’image de l’étudiante de 23 ans possédant un bac littéraire. On observe une grande diversité de profils ne dépendant pas uniquement de la mention suivie :

  • l’âge moyen dépend de la mention suivie : de 25 ans pour les étudiant.e.s de première année de master MEEF à 41 ans pour les étudiant.e.s en seconde année de master “Pratiques et ingénierie de la formation”, dont la plupart sont en reprise d’études ou en formation continue ;
  • logiquement, ces étudiant.e.s de la mention “Pratiques et ingénierie de la formation” sont 77 %  à ne pas avoir été inscrit.e.s à l’université en 2017-2018 mais, plus étonnant, ils ou elles sont 21 %  pour la mention second degré et 26 % pour la mention premier degré ;
  • un.e étudiant.e sur dix possède un bac technologique, et seulement 1,8 % un bac professionnel. Ce sont les bachelier.e.s scientifiques qui sont majoritaires, mais plus nombreux.ses que dans les autres masters (35 % contre 29 %) ;
  • les femmes représentent 55 % des étudiant.e.s de la mention second degré, mais 85 % de la mention premier degré, faisant grimper la moyenne à 72 % de femmes, contre 58 % dans les autres masters ;
  • seulement 51 % des inscrit.e.s en 2e année d’ESPE étaient en 1re année, et on constate en plus 15 % de redoublant.e.s.

On observe globalement une baisse des effectifs en ESPE par rapport à l’année 2017-2018, plus importante dans les diplômes universitaires “Formation adaptée enseignement” du premier degré (accueillant les lauréat.e.s au concours “dispensés de diplôme ou déjà titulaires d’un master et ne souhaitant pas se réinscrire en master MEEF” ) et pour la mention “Encadrement éducatif”. On peut se demander si c’est en rapport avec les difficultés de recrutement des enseignant.e.s, qui sont générales à plusieurs pays (et soulignées par exemple dans une note récente de la DEPP).

Par contre, la hausse de 7 % des effectifs en “Pratiques et ingénierie de la formation” peut être le signe d’une professionnalisation de la fonction de formateur ou formatrice, dans le sillage des modifications récentes des certifications de formateur.rice.s en 2016 (création du CAFFA pour le second degré et rénovation du CAFIPEMF pour le premier degré). Un Dossier de veille de l’IFE à venir en septembre 2019 abordera notamment ces questions  de professionnalisation des formateur.rice.s, dans le cadre de la formation des enseignant.e.s novices.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.