Des cadres de référence pour penser l’interculturel à l’école


Que recouvre la notion d’interculturel depuis son apparition dans les politiques et les pratiques éducatives dans les années 1970, principalement en France et en Europe ? L’usage de ce terme polysémique a occasionné de nombreuses propositions et autant de critiques, qui ont appelé à une mise au point à l’attention de la communauté éducative dans le Dossier de veille n° 129 L’interculturel à l’école : quels cadres de référence ?

Cette tentative de cadrage notionnel reste approximative au vu de la diversité des angles d’analyse employés dans la communauté scientifique sur cette question. L’interculturel interroge en effet les temporalités, les lieux et les échelles des interactions entre des interlocuteurs et interlocutrices identifié.e.s et/ou s’identifiant comme culturellement différent.e.s, dans des cadres à la fois scolaire et extrascolaire.

Les enjeux éducatifs liés à ce questionnement sont doubles, ce qui les rend d’autant plus difficiles à appréhender et à mettre en oeuvre : d’une part préparer les élèves à vivre et travailler dans un monde où les multiples formes de mobilité font de la coopération avec des personnes venant d’horizons divers une nécessité, d’autre part accompagner les enseignant.e.s et les autres acteurs et actrices des systèmes éducatifs à prendre en charge ces mêmes évolutions, dans le cadre cette fois de l’exercice de leur métier au quotidien, à l’heure actuelle. Quelles conséquences ces mutations ont-elles sur les enseignements et les démarches pédagogiques, sur la connaissance des élèves ou les identités professionnelles des praticien.ne.s de l’enseignement et de la recherche ?

Partant de l’expérience des élèves pour aboutir à une réflexion sur les enjeux éducatifs, sociaux et politiques sous-jacents, ce Dossier de veille effectue ainsi un état des lieux de la prise en charge de cette thématique complexe :

  • dans le champ des pratiques scolaires et de la formation des enseignant.e.s, en particulier en lien avec les enseignements de langues vivantes étrangères ;
  • dans le cadre universitaire de la didactique des langues-cultures, dont l’institutionnalisation est liée en France à la conceptualisation et à la mise en œuvre de démarches interculturelles ;
  • dans le cadre plus large enfin des évolutions des politiques et pratiques éducatives, avec une inflexion depuis l’éducation interculturelle vers la promotion d’une compétence interculturelle.

Du Dossier à la conférence

La mise en ligne de ce Dossier de veille s’effectue au moment où se déroule la sixième conférence de consensus du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) et de l’Ifé/ENS de Lyon. Celle-ci a pour thème « de la découverte à l’appropriation des langues vivantes étrangères : comment l’école peut-elle mieux accompagner les élèves ? » Durant deux jours, mercredi 13 et jeudi 14 mars 2019, une vingtaine de chercheurs et chercheuses vont croiser au lycée Lucie Aubrac de Courbevoie des travaux de recherche produits à ce sujet dans différents champs disciplinaires (didactique, psychologie, sciences du langage, etc.).

Les thèmes suivants seront abordés lors de cette conférence présidée par Daniel Gaonac’h et Dominique Macaire : les enjeux, les acquis des élèves et cursus scolaires, ce qui se passe dans la tête des élèves en classe de langue, les langues vivantes au primaire, les pratiques pédagogiques, les dispositifs pédagogiques et la formation des enseignants). Julia Putsche se posera ainsi la question : « peut-on développer une approche interculturelle auprès des jeunes élèves ? ».

Ces deux journées permettront de nourrir la réflexion collective sur un sujet d’actualité, dans le prolongement du rapport Manès-Taylor Propositions pour une meilleure maitrise des langues vivantes étrangères. Oser dire le nouveau monde (2018) écrit sur la situation en France ou du quatrième rapport Eurydice Chiffres-clés de l’enseignement des langues à l’école en Europe (2017) permettant des comparaisons entre systèmes éducatifs à l’échelle européenne.

Les interventions des universitaires spécialistes s’adressent comme pour les conférences de consensus précédentes à l’ensemble de la communauté éducative. D’une part, ceux et elles qui ne peuvent pas assister à cette manifestation peuvent la suivre via la retransmission en direct sur Internet. D’autre part, les 20 membres du jury de la conférence, présidé par Brigitte Gruson et composé d’élèves, d’enseignant.e.s des premier et second degrés, de cadres du ministère de l’éducation nationale et de représentants du monde associatif mettra à disposition début avril 2019 les recommandations que le jury aura rédigées suite à son travail préparatoire et aux échanges avec les chercheurs et chercheuses.

De nombreuses autres ressources (rapports d’experts, captations vidéo, recommandations) sur différentes facettes de l’enseignement des langues à lire bien entendu en complément du nouveau Dossier de veille !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.