L’histoire de l’éducation racontée aux élèves … et aux autres

L’actualité institutionnelle, médiatique et scientifique nous donne l’occasion dans ce billet de mettre en avant l’une des disciplines constitutives du champ des recherches en éducation : l’histoire de l’éducation. En ce début d’année, elle figure en effet à de multiples agendas. Quelles sont les façons de la mettre en récit en fonction des différents publics, des élèves aux enseignant.e.s, du grand public aux chercheurs et aux chercheuses ?

L’histoire de l’éducation au programme en Première

Les nouveaux programmes du lycée général et technologique publiés le 22 janvier 2019 font explicitement entrer l’histoire de l’éducation dans le champ de l’histoire scolaire.

En Première technologique, l’étude du thème 3 d’histoire « La Troisième République : un régime, un Empire colonial (5-7 heures) » propose en effet, en complément de l’étude de la question obligatoire du même nom, une étude au choix portant sur « vivre à Alger au début du XXe siècle » ou sur « l’instruction des filles sous la Troisième République avant 1914 ». La « mise en œuvre » de cette question précise que « selon l’entrée du Nouveau dictionnaire de pédagogie dirigé par Ferdinand Buisson, l’instruction des filles concerne « l’instruction primaire, secondaire et supérieure. » Les élèves sont également invités à se pencher sur la formation et le rôle républicain des institutrices. » En Première générale, c’est la figure de l’institutrice Louise Michel qui est explicitement citée, mais sous un angle politique : « 1871 – Louise Michel pendant la Commune de Paris », l’un des trois « points de passage et d’ouverture » du chapitre « La mise en œuvre du projet républicain ».

C’est tout un pan de l’histoire de l’éducation et du genre qui emprunte ainsi officiellement le chemin de la transposition didactique.

Certes, la question scolaire n’a jamais été absente de l’enseignement de l’histoire de la Troisième République, a minima par le biais de l’étude des lois Ferry. Du côté de l’histoire des femmes et du genre, le manuel La place des femmes dans l’histoire : une histoire mixte conçu par l’association Mnémosyne proposait déjà en 2010 deux dossiers croisant mises au point historiographiques et documents pour permettre d’aborder les thématiques liées à l’histoire de la IIIe République sous l’angle de l’histoire du genre : « les femmes et la Commune de Paris (18 mars – 28 mai 1871) », « la IIIe République et l’instruction ».

Du point de vue de la recherche, la revue Histoire de l’éducation avait consacré en 2007 une riche livraison à l’éducation des filles : retour de Jean-Noël Luc sur le parcours et les travaux pionniers de Françoise Mayeur sur l’enseignement secondaire féminin, bilan historiographique de Rebecca Rogers, qui commence justement avec le « moment » républicain, articles d’Antoine Prost sur l’enseignement secondaire des jeunes filles (1880-1887) et de Jean-François Chanet sur la féminisation de l’enseignement primaire en France des années 1880 aux années 1920. En 2009, Natalia Tikhonov Sigrist écrivait dans la même revue sur les femmes et l’université en France de 1860 à 1914.

Du curriculum prescrit (textes officiels) au curriculum formel (futurs documents d’accompagnement, manuels et ressources) et au curriculum réel (ce que les élèves apprennent), les multiples formes d’appropriation de cette thématique appellent déjà de futures recherches, cette fois aussi en didactique de l’histoire.

L’histoire de l’éducation sur les ondes

Les enseignant.e.s concerné.e.s par ces nouveaux programmes utiliseront peut-être dans la préparation de leurs cours ou avec leurs élèves l’une des émissions que France Culture a consacré le 31 janvier dernier à l’histoire de l’éducation, « 1880 : quand la IIIe République invente la morale laïque ». Dans cette émission de la Fabrique de l’histoire opportunément programmée, auditrices et auditeurs peuvent entendre une histoire de l’éducation à plusieurs voix. La lecture de documents d’archives, par exemple de témoignages d’instituteurs et d’institutrices du début du XXe siècle recueillis par Jacques Ozouf dans Nous, les maîtres d’école. Autobiographies d’instituteurs de la Belle Epoque (1967) ponctue l’émission. La parole est aussi donnée à Frédéric Mole, maître de conférence en sciences de l’éducation, qui replace la naissance de l’école laïque dans son contexte. Le tout a été enregistré dans les locaux du musée national de l’éducation de Rouen, dont la présentation sonore des collections ne peut que donner envie de compléter le plaisir de l’écoute par celui du regard …

De façon inédite, cette émission a fait l’objet d’une synthèse disponible sur le site de l’émission et utilisant la technique du sketchnoting : ces notes graphiques renvoient d’ailleurs à un imaginaire graphique – et scolaire – inspiré de l’ « incontournable » frise chronologique.

Écrire l’histoire de l’éducation

Centrée sur l’histoire des institutions et des pratiques scolaires, l’histoire de l’éducation a aussi son histoire – et donc ses historien.ne.s. Dans un article publié en décembre 2018 dans la revue Éducation et socialisation et intitulé « l’histoire de l’éducation au sein des sciences de l’éducation : un champ de recherche passerelle ? », Sylvain Wagnon, professeur des universités en sciences de l’éducation, invite ses lectrices et ses lecteurs à découvrir les questionnements épistémologiques spécifiques à ce champ de recherche, « passerelle entre histoire et sciences de l’éducation mais également un espace de recherche à part entière », à partir de la présentation à grands traits – et loin de pouvoir prétendre à l’exhaustivité – de l’évolution de la production scientifique de ces dernières décennies. Il enrichit ainsi une pratique réflexive bien ancrée dans le champ (entre autres : Caspard, 2009 sur les liens entre histoire et mémoire de l’éducation ; Le Cam, 2013 sur la comparaison France-Allemagne).

L’histoire de l’éducation est à l’heure actuelle d’une grande variété : « histoire des institutions scolaires, des discours pédagogiques, des normes scolaires, mais également des acteurs pédagogiques, des disciplines et des pratiques pédagogiques ». Institutionnalisée dans les années 1970-1980 avec la création de 1978 de la revue Histoire de l’éducation puis les travaux d’André Chervel sur les notions de culture et de discipline scolaires publiés en 1988, cette histoire prend ses distances vis-à-vis d’un ancrage universitaire extérieur aux sciences de l’éducation et d’une littérature au caractère parfois plus mémoriel que scientifique. Nourris de concepts et de méthodologies de recherche en partie empruntés aux autres sciences humaines et sociales, les travaux des dernières années portent entre autres sur une histoire « indiciaire » des pratiques pédagogiques, qui cherche à rendre compte d’interactions sociales quotidiennes, et sur l’histoire matérielle et intellectuelle des outils d’enseignement, entre autres les manuels.

La dernière livraison de la très généraliste Revue française de pédagogique (n°199, 2017) propose d’ailleurs de façon opinée un dossier de six articles consacré à « l’histoire des disciplines : un champ de recherches en mutation », dirigé par Clémence Cardon-Quint (maitresse de conférences en histoire contemporaine, université Bordeaux Montaigne) et Renaud d’Enfert, professeur en sciences de l’éducation, université de Picardie Jules Verne). Les amateurs de langues étrangères, d’histoire-géographie, de sciences physiques, de « sciences naturelles » et de français y trouveront leur compte.

Riche et complexe, l’histoire de l’éducation se raconte donc bien aujourd’hui au travers de l’étude de différents objets, sous des formats variés, et à l’intention de publics diversifiés. À quand une même diversité des objets, des formats et des publics pour un champ encore plus récent, la géographie de l’éducation ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.