À quoi les bases de données sur les recherches en éducation peuvent-elles servir ? Un exemple suisse

Certain.e.s envisagent à l’heure actuelle, en France ou au Québec, la mise en place d’une plate-forme numérique grand public permettant, sur le modèle anglo-saxon des clearinghouses, d’avoir accès aux résultats de recherches probants afin de guider la décision politique et la pratique pédagogique. C’est à ce débat autour des outils permettant de faire connaitre des résultats de recherches aux acteurs et actrices des systèmes éducatifs que ce billet entend contribuer en présentant différents usages possibles de la banque de données sur la recherche en éducation développée depuis 1979 par le Centre suisse de coordination pour la recherche en éducation (CSRE).

Trois usages de cette banque de données peuvent être distingués :

  • les requêtes que peuvent effectuer les utilisateurs et utilisatrices en font un outil au service de la connaissance des travaux de recherche et de leurs résultats ;
  • son alimentation par l’indexation des projets de recherche permet de rendre visible la communauté scientifique suisse en éducation ;
  • la source qu’elle représente pour des chercheurs travaillant sur le paysage scientifique en éducation en font un observatoire de ses évolutions.

Un outil au service d’un accès élargi aux travaux de recherche en éducation

L’interrogation de la base de données s’effectue de façon habituelle par les entrées :

  • projets (mots-clés, numéro de projet) ;
  • institution (mots-clés et/ou choix parmi 46 domaines d’activité, de « (développement de la) personnalité, identité, socialisation » à « travail social, animation socioculturelle ») ;
  • personnes (nom ou domaines d’activités ; c’est cette entrée par les chercheurs et les chercheuses en éducation que privilégie l’annuaire de l’Institut français de l’éducation EduObs).

Le renvoi s’effectue alors vers des fiches standardisées comportant des informations rarement synthétisées et facilement accessibles : le titre et la thématique du projet de recherche, quelques mots-clés, le nom de l’institution et des chercheurs qui l’ont portée, une date de début de fin, une délimitation géographique, le cas échéant le commanditaire et le financeur.

De façon intéressante pour comprendre, situer et mobiliser la recherche qui a été repérée figurent aussi une description du projet, le type et les méthodes de recherche employées et les publications qui en sont issues.

Les projets présents dans la banque de données ne sont donc pas réduits à ceux permettant d’évaluer des dispositifs ou de mettre en avant des « bonnes pratiques », des « pratiques fondées sur des preuves », mais bien de prendre au sérieux la diversité des champs, des objets et des méthodologies des différents champs disciplinaires relevant des recherches en éducation.

Rendre visible les travaux et les équipes de recherche

Le dépôt des informations nécessaires à la constitution d’une fiche de signalement nécessite de remplir plusieurs conditions :

  • un lien thématique avec la Suisse ;
  • des recherches achevées : les premiers résultats doivent en être disponibles ;
  • au moins une publication (papier ou en ligne) accessible ; dans le cas d’une recherche de grande envergure s’étendant sur plusieurs années, les premiers résultats disponibles et accessibles (première liste des publications) seront ensuite actualisés.

Ces critères excluent les travaux universitaires de niveau inférieur au doctorat, les statistiques non exploitées, les « exposés concernant l’usage d’outils d’évaluation (sans comparaisons théoriques ou empiriques, ni analyses des effets), les projets de développement sans validation scientifique, les rapports intermédiaires de recherche dont les conclusions seront publiées dans le courant de l’année. »

Les nouveaux projets, auto-déclarés ou fruit du travail de veille du personnel du CSRE, sont repris cinq fois par an dans le Magazine CSRE. 

Une source pour l’histoire des recherches en éducation

Dans le cadre du projet de recherche 16 : 101 « 40 ans de documentation de recherche au Centre suisse de coordination pour la recherche en éducation », Silvia Grossenbacher et Chantal Oggenfuss ont pu tirer profit de la richesse de près de 3 000 fiches pour mettre en évidence les grandes lignes de l’évolution du paysage scientifique en éducation en Suisse depuis les années 1970 :

  • l’arrivée entre 2001 et 2006 des hautes écoles pédagogiques, en charge de la formation initiale des enseignant.e.s, dans le champ des recherches en éducation, a diminué la part des universités (au sein desquelles les sciences de l’éducation ont vu également leur part décliner) et des instituts de recherches liés aux appareils administratifs ;
  • les recherches portant sur les effets des processus éducatifs ont augmenté ; elles représentent désormais plus d’un quart des projets. En lien possible avec cette tendance, les recherches empiriques et quantitatives sont également en hausse ;
  • les projets de recherche portent de plus en plus sur les niveaux scolaires pris en compte dans les enquêtes internationales, sur la formation professionnelle et l’enseignement supérieur ;
  • 90 % des recherches sont conduites par maximum trois chercheurs ; la part des femmes dans les projets de recherche étant passée de 20 % dans les années 1970 à un peu plus de 40 % dans les années 2000.

Ces tendances mettent en perspective les évolutions qui ont eu lieu à la même période en France : universitarisation des sciences de l’éducation en 1967, puis de la formation des enseignant.e.s (1989) et son adossement à une initiation aux pratiques de recherche avec la mastérisation (2013), fondation de l’Institut pédagogique national (IPN) en 1956 (devenu Institut national de recherche et de documentation pédagogique en 1970, Institut national de recherche pédagogique en 1976, IFÉ en 2010), fondation d’une direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance au Ministère de l’éducation nationale (DEPP).

Il existe ainsi, en complément de clearinghouses orientées vers l’amélioration des pratiques pédagogiques ou de bases de données bibliographiques telles que celles de la Veille de l’IFÉ une autre façon de penser et de mettre à disposition les travaux de recherche en éducation, qui peut conduire à des usages complémentaires de la part de différents acteurs et actrices du système éducatif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.