Journées d’Internet Autrans 2009 : réseaux sociaux et identité numérique

Lors des « rencontres internet d’Autrans 2009 », dont le thème principal était « Comment coproduire et organiser les connaissances ? », nous avons pu assister à plusieurs ateliers. Ce billet va se centrer sur le phénomène des réseaux sociaux sur Internet, qui pose avec acuité la question de l’identité numérique de tout un chacun.

Pour commencer, l’évolution du web actuellement (certains parlent du web 2.0, d’autres du web sémantique, mais il existe d’autres appellations encore) bouleverse toutes les représentations que nous avons et nous fait entrer dans un monde de paradoxes. Philippe Mallein a fait une conférence sur ces paradoxes. Il a tout d’abord noté une évolution de la norme sociale du comportement individuel depuis les années 50. Nous sommes progressivement passés du « faire son devoir à sa place  » (années 50) au « réussir dans la vie » (années 60) puis au « réussir sa vie » (années 90). Il relève 8 paradoxes liés à l’apparition des TIC :

  • le rapport au temps : les TIC permettent de gagner du temps, mais en font perdre aussi ;
  • le rapport à soi : nous rencontrons l’autre à travers son intimité (phénomène des blogs où l’on se raconte sur la place publique) ;
  • le rapport aux autres : nous vivons séparés et ensemble (phénomène des flashmobs où chacun danse en même temps dans la rue, mais sur sa musique personnelle écoutée dans le baladeur) ;
  • le rapport à l’espace : le réel est augmenté par les potentialités du virtuel, et à l’inverse, le virtuel est enrichi par les perceptions réelles ;
  • le rapport à l’action : nous pouvons nous concentrer sur plusieurs tâches en même temps ;
  • le rapport à l’organisation : nous mélangeons les actions anticipées, programmées et les organisations de dernière minute ;
  • le rapport au savoir et au savoir-faire : induction et déduction cohabitent ;
  • le rapport au pouvoir : nous entretenons un rapport de maîtrise sur les objets techniques en même temps qu’un rapport de compagnie avec ces mêmes objets (nous maîtrisons l’ordinateur, mais nous ne pouvons pas toujours nous en passer : qui possède qui ?)

Bref, les représentations que nous avions sont largement bousculées, modifiées par les TIC. L’apparition d’outils de réseaux sociaux n’est pas étrangère à cette évolution.

Matthieu Coste (explorateur du web ) lors de la présentation de ces outils rappelle que les réseaux sociaux n’ont pas été inventés par le web actuel. « Le réseau social, c’est la vie de tous les jours !».
Le web nous propose des outils qui permettent d’animer ces réseaux d’une autre façon. Le phénomène Facebook prend chaque jour plus d’ampleur, mais créer un groupe sur Facebook (ou toute autre plateforme, que ce soit du microblogging, du partage de signets ou un réseau professionnel) ne suffit pas à créer un réseau social. Un réseau social doit être animé, ses membres doivent avoir un objectif commun, utiliser un langage commun, se doter de règles de fonctionnement… même s’il est présent sur le web.

Claude Lelong, dans son intervention sur « Les réseaux sociaux et l’entreprise » estime qu’il y a deux éléments clés pour le bon fonctionnement d’un réseau social : il faut des acteurs, et des liens entre ces acteurs.
Le rôle de l’animation est primordial : cela demande du temps et de la disponibilité. Autant dire que faire vivre un réseau ne se décrète pas. De même, il faut du temps par arriver à maturation ; différentes étapes sont à prévoir : une phase de test pendant laquelle le réseau n’est accessible qu’à un nombre restreint de personnes, il faut ensuite des personnes pivots, chargées de l’animer. Il faut trouver des système d’autorégulation, valoriser les acteurs et se mettre d’accord sur des modalités d’évaluation.
Nous sommes bien là dans le cadre de réseaux sociaux liés au monde de l’entreprise. Les liens entre les différents acteurs d’un réseau sont très importants. Les liens forts correspondent aux personnes que l’on connait bien, avec qui nous sommes en contact direct. Les liens faibles correspondent aux connaissances de nos connaissances. Or ce sont ces liens faibles qui font la richesse d’un réseau, et peuvent nous emmener plus loin (pour faire de la veille, trouver des ressources, élargir son champ de recherche, etc.).

Que ce soit lors de la conférence de Lelong, ou lors de l’atelier de Coste, il a fortement été question de l’identité numérique que nous livrons sur le web dès lors que nous y participons. La question de la réputation ne doit pas être éludée. Nous devrions pouvoir être acteur du web sans pour autant avoir envie de laisser une trace dans le web social.
D’après Matthieu Coste, c’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles les wikis ouverts ne fonctionnent pas très bien : il y a une différence entre avoir envie de participer à une construction collective d’un objet qui se trouve être à l’état de brouillon à un moment donné et accepter que ce « brouillon » soit rendu public instantanément.
Un autre atelier a eu lieu sur l’identité numérique, dans lequel Christophe Ducamp (explorateur du web aussi) a présenté le projet OpenID : la possibilité de se créer une ou plusieurs identités numériques grâce auxquelles nous pouvons nous connecter sur différents sites sans avoir à livrer d’identifiant ni de mot de passe. Ceci permet aussi de limiter le nombre d’informations collectées par les différents sites. En effet, avec ce système, l’internaute (le « webacteur » plutôt selon Pisani [1. Comment le web change le monde : l’alchimie des multitudes]) délègue l’identification à un serveur sur lequel il maîtrise ses propres données.

D’autres expériences de mise en réseau de personnes existent. Une semble particulièrement intéressante, elle a d’ailleurs été reprise par différentes collectivités territoriales : il s’agit de Wiki Brest. Ce site qui utilise un moteur de wiki a été mis en place par la municipalité pour recueillir la mémoire des habitants (mémoires ouvrière, maritime notamment, qui sont en train de disparaître). Travail collectif qui fonctionne grâce à une entraide intergénérationnelle. Le réseau social ainsi créé est limité géographiquement, et le numérique vient aider à tisser des liens physiques entre habitants d’une même commune. Il faut préciser qu’une telle initiative n’a pu voir le jour que grâce à une volonté politique affirmée , la création d’une centaine d’accès publics à Internet et la mise à disposition d’un animateur à temps plein.

En écho à ces sujets abordés à Autrans, je souhaiterais indiquer la publication d’une thèse américaine (en anglais donc) réalisée par Danah Boyd : « Taken Out of Context: American Teen Sociality in Networked Publics » concernant les pratiques adolescentes sur les outils de réseaux sociaux numériques. Les adolescents utilisent ces outils pour apprendre à vivre en société, pour garder ou nouer des contacts avec leurs pairs. Il s’agit d’outils de socialisation. La thèse mentionne le décalage existant entre la représentation qu’en ont les adultes (outils dangereux et incontrôlables bien souvent) et les pratiques assez raisonnées qu’en ont les adolescents. Un rapide résumé (en français) de cette thèse est accessible sur le site de HomoNumericus.

Pour retrouver les informations sur Autrans 2009, et visionner les vidéos des conférences et ateliers, il suffit de se rendre sur le site de l’événement et sur la web TV créée pour l’occasion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.