Impact des TIC dans l’enseignement : une alternative pour l’individualisation ?

Peut-on cerner l’impact des Technologies d’Information et de Communication dans l’enseignement ? Cette question est complexe et mérite un approfondissement. Le dossier d’actualité de la VST du mois de janvier (n° 41) essaie d’apporter des éléments de réponse à cette question en mettant en perspective différentes recherches que ce soit en France ou à l’étranger. Il apparaît que les effets des TIC varient en fonction de la nature des dispositifs pédagogiques. En outre, il est difficile de trouver des indicateurs efficaces pour évaluer leur impact : la mesure de la performance des élèves n’étant pas suffisante pour rendre compte, à elle seule, de leurs effets sur les apprentissages. Dans la dernière partie du dossier, il s’agira d’envisager si les TIC représentent une alternative pour individualiser les enseignements scolaires.


9 réflexions sur « Impact des TIC dans l’enseignement : une alternative pour l’individualisation ? »

  1. Bonjour à tous,

    Sur les usages pédagogiques des blogs à l’école (journaux participatifs de classe, blogs de correspondants entre classes, blogs enseignants, veille éducative…), vous pouvez consulter le livre “Mais non, je blogue ! Le petit guide des jeunes blogueurs pour bloguer vite et bien” (Milan Jeunesse, 2008)

    Blog complémentaire du livre : http://www.maisnonjeblogue.com.

  2. Effectivement, l’usage des TIC en enseignement est une bonne alternative à l’individualisation. On peut constater que l’usage des TIC peut jouer sur la motivation des élèves qui sont en difficulté scolaire dû à un manque de motivation. Intégrer les TIC aux apprentissages permet à ces élèves d’utiliser leur potentiel et donc de se valoriser auprès des autres puisqu’eux aussi seront «bons dans quelque chose». De plus, comme toutes les écoles sont munies d’ordinateurs, il est facilement possible d’utiliser ces ressources même s’il faut jumeler les élèves par deux si la quantité d’ordinateur n’est pas assez grande pour que chaque élève en ait un.

  3. Pour le problème du temps…

    Le rapport sur l’incidence des TIC en 2006 (Anja Balanska, Roger Blamire, Stella Kefala) European Schoolnet fournit un panorama détaillé sur l’impact des TIC fait des recommandations
    Voir le point 3 “mettre en place de nouvelles formes d’enseignement professionnel continues dans le cadre du travail en tant que culture d’apprentissage tout au long de la vie et entre pairs”

    Le système des communautés de pratique s’inscrit dans des préoccupations plus générales du système éducatif. Dans le rapport du Haut Conseil de l’évaluation, Claude Thélot signale que « les pratiques enseignantes […] sont actuellement très mal connues». Il préconise le développement et la capitalisation des observations des pratiques : «il faut organiser la diffusion du résultat des recherches sur l’efficacité des pratiques enseignantes et former et inciter les enseignants à s’en emparer.»

    Il reste à organiser le temps pour le travail en communautés de pratiques.

    Cordialement
    Michèle Drechsler

  4. “L’ordinateur permet de diversifier les moyens pédagogiques mis en œuvre et sont très intéressants mais ne résolvent pas le fond du problème. On ne devient pas un bon prof subitement lorsqu’on se fait installer un TNI !”

    Je partage votre remarque. J’évoque ce problème dans cet article sur le TBI.
    http://www.inrp.fr/vst/blog/2009/02/03/conference-internationale-pour-la-solidarite-numerique-a-lyon-les-tbi-au-secours-de-l%e2%80%99education-numerique-en-afrique/#more-1248

    C’est avant tout un problème de pédagogie. L’effet maître y est aussi pour beaucoup. Pour rester dans le même registre, j’ai envie de vous faire partager ce projet d’expérimentation à Singapour (même si c’est loin de la France). Il est parlant et révélateur. Le projet d’expérimentation “e-daf” mis en place par Wai Meng Chang et Dong-Ha Kim à l’Université de Singapour (Towards Greater Individualization and Process-Oriented Learning Through Electronic Self–Access, 2004) montre les limites de l’utilisation des médias pour le développement de l’autonomie dans le domaine de l’apprentissage d’une langue seconde. «It is a common myth that the mere use of electronic media will automatically enable learners to be autonomous. It is not electronic media or the internet which makes the difference, but rather the question how they are applied and if their specific attributes and advantages for learning have been maximized.» Dans le cadre de cette expérimentation, les auteurs proposent des guides et des recommandations sur la façon dont les potentialités des médias numériques peuvent compléter et apporter une plus-value par rapport aux autres supports d’apprentissage. Pour rester dans le même thème, Christine Montuori le montre très bien aussi dans sa thèse sur “processus d’autonomisation et usage des outils informatiques”. Elle précise qu’il est toujours très difficile de dire que l’usage des tic peut apporter une certaine motivation ou de l’autonomie.

    Dans le problème de l’intégration des TICE se pose aussi le problème de “l’énergie cognitive” et de la surcharge cognitive
    (voir les travaux de Tricot sur l’apprentissage et les documents numériques, 2007).

    Si on prend en compte par exemple, le problème des élèves en difficulté ou handicapés, on peut noter que les ressources informatiques des TICE permettent d'”exonérer” temporairement un élève de la mise en oeuvre de procédures cognitives “de bas niveau” ou “de surface” ( déchiffrage, traçage…) qui entraîneraient une dépense attentionnelle excessive, parce qu’il ne les a pas encore automatisées ou parce que la fonction correspondante est altérée. (Travaux de H. benoît et J Sagot).

    Pour les arguments pour les TIC:

    Le rapport sur l’incidence des TIC en 2006 (Anja Balanska, Roger Blamire, Stella Kefala) European Schoolnet fournit un panorama détaillé sur l’impact des TIC (Examen des études sur l’impact des TIC dans l’enseignement en Europe. Le rapport apporte une réflexion critique sur les résultats. Il y a des recommandations intéressantes.

    http://insight.eun.org/shared/data/pdf/impact_study_executive_summaryfr.pdf

    La base Innoscope de la DGESCO fait remonter des expérimentations intégrant les TICE.
    http://eduscol.education.fr/D0092F/bdd_accueil.php
    Elle permet de trouver des expérimentations intéressantes avec des entrées thématiques ou disciplinaires. Les TICE, l’autonomie, le travail individualisé sont des entrées de la base qui nous permettent d’avoir un éclairage sur les expérimentations intégrant les TICE. (Les points forts, les difficultés). Voir par exemple l’expérimentation sur le portfolio numérique – les problèmes posés en classe mais aussi au niveau de l’établissement ( Lycée LPI2I)

    Pour le problème du temps.
    C’est un problème important.
    Ce point est abordé dans l’article “Co-production de contenus par les enseignants.” du blog. En effet, il faut du temps pour construire les TICE et faire part de ses propres constructions dans les différents contextes de classe, d’organisation d’établissement. La mise en place de communautés de pratiques pourrait faciliter le partage des pratiques autour des TICE avec un temps dédié (pas forcément sur une plage fixe annuelle ponctuelle mais dans des dispositifs continus d’échanges et d’interactions)

    Bien cordialement
    Michèle Drechsler

  5. En réponse au message de Monsieur Hardouin,
    Merci pour vos remarques qui permettent d’alimenter le débat sur cette question difficile. Il faudra, sans doute, beaucoup de temps encore pour en avoir une vision précise. Il faudra aussi simultanément réfléchir plus globalement aux connaissances et compétences que les élèves devront acquérir pour s’adapter à un environnement familial, social (et scolaire ?) qui sera de plus en plus dépendant des TIC. Il me semble que certaines connaissances seront abandonnées au profit d’autres ; de ce fait on n’évaluera plus les mêmes choses si bien que l’évaluation de l’apport des TIC ne sera plus une question. Il me semble que l’on évaluera d’autres formes de connaissances et de compétences : à nous (acteurs de l’éducation) de les définir ou de les re-définir !
    Très cordialement
    Françoise Poyet

  6. Ah oui, j’oubliais quelque chose : depuis 3 ans, les nouveaux sortants des concours de titularisation sont obligés de passer le C2I2e. Qu’en est-il des enseignants en poste depuis plus de 3 ans et de la fin programmée des IUFM (qui encadraient, généralement, la formation et certification au C2i2e) ?

    Pour ma part, en poste depuis 7 ans, je n’ai jamais eu l’occasion de me faire valider au C2i2e (je suis en poste sur Mayotte depuis 4 ans). Au rythme où vont les choses, l’âge de la retraite a beau avoir été repoussé, je ne risque pas d’être jamais formé et validé au C2i2e ! Je ne pense pas que l’Education Nationale réussisse à faire avancer les choses comme elle l’espère dans les documents de la mission e-educ de 2008 avec des situations comme celle-là !

    Bien cordialement

  7. J’ai apprécié ce dossier (http://www.inrp.fr/vst/LettreVST/41_janvier2009.htm) qui a le mérite de bien synthétiser la situation.

    Le seul problème est qu’il mélange allègrement (vous prévenez d’ailleurs le lecteur sur ce point dans le dossier) les rapports scientifiques et idéologiques.

    Ce qui me fait râler c’est le rapport de la mission e-educ de 2008 qui n’hésites pas à interpréter à sa guise les quelques chiffres qu’ils ont réussi à obtenir. Et ça confine au ridicule : 88% des profs pour le TNI, 76,8% pour l’ordinateur, ça veut dire quoi ces chiffre absolument pas représentatifs… Moi, ce que j’aimerai bien savoir c’est combien de profs utilisent le TNI (ou un TNWii nettement moins couteux) et les ordinateurs avec leurs élèves et quel pourcentage de ceux-là voient une grande différence dans l’apprentissage par rapport à des pédagogies “classiques” basées sur l’apprentissage des compétences.

    Je note toujours que les filières professionnelles (et agricoles) sont oubliées dans ces différents rapports. Car, depuis longtemps, les pédagogies différenciées et les évaluations sur les compétences sont en place dans ces filières. L’ordinateur permet de diversifier les moyens pédagogiques mis en œuvre et sont très intéressants mais ne résolvent pas le fond du problème. On ne devient pas un bon prof subitement lorsqu’on se fait installer un TNI !

    Autre chose, les TIC dans l’Enseignement commencent tout juste à apparaître. Dans la plupart des cas il faut faire un sacré travail pour s’approprier des outils qui ne sont pas spécifiquement dédiés à l’enseignement. On y arrive progressivement avec l’arrivée des LMS (pour l’e-learning) et les ENT (qui sont, pour l’instant, qu’à l’état de balbutiement, sans aucune standardisation au niveau des formats de fichier générés). Mais si l’on prend un LMS simple d’utilisation comme Claroline, ce sont des dizaines d’heures que le prof va passé dessus pour se l’approprier et créer des cours en e-learning. Ce temps est dédié à la création pédagogique d’un outil à partir d’une base (le LMS Claroline dans cet exemple). Donc, les TICE sont à construire et pas seulement à utiliser comme il semble ressortir des différentes études citées.

    Enfin, et ça rejoint le point précédent, le temps passé à s’approprier les TICE est du temps en moins pour se mettre à jour de ses connaissances. Pour ma part, je m’estime très au fait des dernières nouveautés TICiennes mais j’ai énormément perdu, ces 6 dernières années, au niveau de mes connaissances scientifiques.

    Et les formations PAF : étant donné que les outils n’existent pas en tant que tel (qu’il faut les construire et, pour le moins, se les approprier ce qui n’est souvent pas une mince affaire), les formations aux Plans Académiques de Formation des enseignants ne tiennent, en général, pas la route. Que dire d’une formation sur Moodle (LMS) alors qu’on parle d’ENT qui regrouperait un LMS en son sein (et ce serait nettement plus simple à gérer, effectivement). De plus, les formateurs du PAF sont généralement eux-mêmes des enseignants et ils ont souvent quelques années de retard (on ne peut pas passer son temps libre à faire de la veille informatique non plus).

    Le problème concernant l’utilisation des TICE est, à mon avis, bien plus profond que les quelques études semblent le dire :
    – la comparaison entre pédagogie “classique” et “TICE” est vraiment pitoyable. On vient à peine de mettre en place les évaluations des compétences en enseignement général et on n’a pas encore de retour. Peut-être que l’ensemble de la pédagogie “classique” deviendra, par ce biais, tout autant efficace qu’une pédagogie “TICE”.
    – Les TICE sont, très certainement très efficaces pour former et évaluer nos élèves, mais ce n’est pas avec des études idéologiques comme la mission e-educ de 2008 que l’on va faire avancer les choses. Cette mission e-educ est certainement la pire étude que je n’ai jamais lu dans ce domaine car tous les chiffres sont interprété de manière complètement partiale.

    Vivement qu’on ait de vrais arguments pour l’utilisation des TICE, car cet engouement désordonné risque de faire perdre du temps à bien des collègues.

    Bien cordialement,

    Patrice HARDOUIN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.