Des dictionnaires contre les idées reçues en éducation

Contribuer à un dictionnaire est une activité scientifique peu visible dans une liste de publications – à moins de l’avoir dirigé, à l’instar de Ferdinand Buisson … Et pourtant, les notices rédigées pour l’occasion s’insèrent dans des réseaux complexes, à la fois sémantiques et institutionnels. Qu’en disent donc les entreprises collectives les plus récentes sur les recherches et les chercheurs en éducation en France ? En prévision d’éventuels cadeaux « utiles » à (se faire) offrir dans les prochaines semaines …, ce billet se propose de revisiter les principaux enjeux de ces outils de travail à partir de cinq ouvrages dont la parution a eu lieu ces dernières années :

  • Angela Barthes, Jean-Marc Lange et Nicole Tutiaux-Guillon (dir.) (2017). Dictionnaire critique des enjeux et concepts des « éducations à ». L’Harmattan, 622 p., 49 € (format papier)
  • Laboratoire de Recherche Coopérative de l’ICEM-pédagogie Freinet, Martine Boncourt et Catherine Mazurie (coord.) (2018). Dictionnaire de la pédagogie Freinet, ESF Sciences humaines, 408 p., 38 € (papier) / 24,99 € (format numérique)
  • Patrick Rayou et Agnès van Zanten (dir.) (2018). Les 100 mots de l’éducation. Presses universitaires de France (Que sais-je ?), 128 p., 9 € (format papier)
  • Yves Reuter (dir.) (2013). Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques. Louvain-la-Neuve : de Boeck (supérieur), 280 p., 39 € (format papier) / 31,99 € (format numérique)
  • Agnès van Zanten et Patrick Rayou (dir.) (2016), Dictionnaire de l’éducation, Presses Universitaires de France (Quadrige), 887 p., 39€ (format papier)

C’est en particulier au prisme de leur paratexte liminaire (préface, présentation, introduction, avertissement, avant-propos) d’où sont extraites les citations qui illustrent le propos ci-dessous que seront dégagés :

  • les ambitions intellectuelles des porteurs de ces projets éditoriaux,
  • la concordance entre intention et structure des ouvrages,
  • l’ancrage à la fois des auteurs et des ouvrages dans différentes communautés de pratiques professionnelles.

Mettre en ordre le(s) monde(s) de l’éducation

Permettant de contrer l’émiettement de la production des savoirs, les dictionnaires ont vocation à rassembler différentes entrées autour d’une réflexion sur le langage, outil de pensée et de communication en sciences de l’éducation et dans le monde social. Cette fonction métalinguistique est aussi présentée comme un projet épistémologique et politique :

« un état des lieux, une sorte de cartographie conceptuelle de la discipline, de ses consensus (toujours relatifs cependant), de ses questions et de ses débats » (Reuter)

« ce dictionnaire n’est pas encyclopédique, mais critique et problématique (…) les chercheurs doivent renoncer à l’idéal positiviste d’une régulation de la société par la science pour mieux jouer un rôle d’information éclairée de pratiques socialement constituées et de création d’espaces de réflexion autour des questions de société (…) en renonçant à l’idéal d’une connaissance « prête à porter », immuable et incontestable. » (van Zanten et Rayou)

« Ce dictionnaire n’apporte pas de réponse univoque à toutes ces questions. Il ambitionne de permettre (…) de percevoir plus clairement les enjeux, les défis, les problèmes liés aux éducations à … et à leur place institutionnelle, ms surtout de contribuer, dans les contextes francophones, à une clarification conceptuelle de ce champ relativement nouveau : il se propose d’outiller une démarche réflexive. Seule la clarification épistémologique peut apporter une légitimité aux enseignants et autres éducateurs, et leur permettre de se positionner, au-delà des injonctions institutionnelles nationales ou de préconisations internationales renouvelées. Il ne s’agit pas d’en soutenir a priori les prescriptions mais de mettre à disposition et de rassembler dans un même ouvrage des outils de réflexion. » (Barthes, Lange et Tutiaux-Guillon)

Le choix des entrées ainsi problématisées fait toujours l’objet d’un arbitrage, justifié en termes de centralité et de représentativité des notions et concepts dans un champ qu’ils contribuent en retour à définir. Ces termes et expressions sont à la fois phares et/ou plus ou moins hermétiques et confidentiels, plus ou moins établis ou récents. Ces décisions aboutissent à 39 entrées d’« apprentissage » à « transposition didactique » (Reuter), 66 d’« éducation à la biodiversité » à « temporalité » (Barthes, Lange et Tutiaux-Guillon), 100 (comme attendu !) d’« accompagnement scolaire » à « violences et incidents » (Rayou et van Zanten), 154 d’« adultes (apprenants) » à « tutorat » (ICEM), 208 de « accountability » à « violence (en milieu scolaire) » (van Zanten et Rayou). L’originalité du Dictionnaire critique des enjeux et concepts des « éducations à » réside dans le discours à deux voix porté sur les vingt premières entrées de l’ouvrage : « à l’exposé initial du premier auteur répond un second texte, plus bref, complémentaire et parfois critique  » (Barthes, Lange et Tutiaux-Guillon), permettant de croiser utilement les regards disciplinaires et internationaux sur un même questionnement.

La question de l’actualisation de ces choix est posée par les directeurs de trois publications. Au-delà de l’autosatisfaction commerciale d’avoir réédité un ouvrage répondant aux attentes d’un vaste lectorat, il s’agit de prendre acte du « renouvellement constant des données et des analyses (…,) des changements institutionnels et politiques (…,) des investigations et des interprétations (…,de l’)évolution des paradigmes et des informations disponibles » (van Zanten et Rayou, dont la première édition date de 2008). « Clarification » de certains concepts et « actualisation » des publications (Reuter, 1ère édition 2007) aboutissent à des mises à jour bibliographiques et à l’introduction de nouvelles entrées : par exemple sur l’autonomie, la pédagogie différenciée et les neurosciences (Rayou et van Zanten 2018, 1ère édition 2015).

Façons de penser, façons d’écrire

Reflet des intentions de communication des comités éditoriaux, les entrées sont structurées d’une façon différente dans chaque ouvrage.

Le Dictionnaire de l’éducation est d’un abord traditionnel : présentation alphabétique, une entrée = un auteur, texte relativement long au découpage en paragraphes et illustrations au choix de l’auteur. Sa version plus accessible – mais très riche par rapport aux contraintes du format 128 pages – propose cinq regroupements thématiques permettant de montrer que les notions sélectionnées ne sont pas disjointes, même si c’est bien « le lecteur qui décide du mode d’emploi de ce genre d’ouvrage qu’il peut lire du début à la fin ou y recourir au gré des besoins, des interrogations et des curiosités » (Rayou et van Zanten) : « apprentissages et pédagogies », « valeurs et politiques », « institutions et dispositifs », « processus et acteurs », « disciplines et méthodes » – une section qui en 17 notions et 19 pages permettent au lecteur de découvrir de façon efficace la diversité des disciplines, méthodes et usages des recherches en éducation.

Reuter parle quant à lui d’un quasi « manuel » à l’usage, entre autres, des étudiants, étayant « la compréhension des articles, des ouvrages ou des cours auxquels ils sont confrontés » ; le découpage des entrées en rubriques permet des approfondissements successifs de la « première approche de la notion », aux « éléments d’éclairage », puis « problèmes, questions, débats », et enfin « éléments bibliographiques » et « entrées complémentaires ». Une présentation assez proche caractérise le Dictionnaire de la pédagogie Freinet (« définition », « historique », « exemple », « cohérence pédagogique », « pour aller plus loin ») ; dans ce cas, le choix, unique, de renforcer le propos par des productions d’élèves, parfois illustrées, est ici particulièrement cohérent avec la philosophie de ce mouvement pédagogique.

Passage incontournable de toute entreprise à vocation épistémique, signal de scientificité et moyen d’approfondir la réflexion, la bibliographie est elle aussi présentée en fonction de choix éditoriaux : en fin d’article (van Zanten et Rayou ; Barthes, Lange et Tutiaux-Guillon ; ICEM – avec des références plus liées à des écrits professionnels et associatifs que théoriques ; limitée à six titres en fin d’article mais complétés par trente pages en fin de volume, Reuter, p. 245-274). Présentée sous la forme de notes infrapaginales, elles sont les moins nombreuses dans Rayou et van Zanten 2018 mais pour certaines datant également de 2018. A signaler que le Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques présente également une précieuse sitographie des « associations, revues et sites de didactique » (Reuter, p. 227-243).

En l’absence de lien hypertexte, la mise en réseau s’effectue de façon traditionnelle, par de nombreux renvois en fin de notice et d’ouvrage sous forme d’index (van Zanten et Rayou, Reuter), de façon plus visuelle (flèches dans Rayou et van Zanten ; astérisque dans ICEM), voire intégrée et systématique grâce à la rubrique dédiée « cohérence pédagogique » (ICEM), au risque peut-être de la redondance. Seul un index – aux entrées visiblement trop vastes au vu du très grand nombre de citations par item – permet de circuler dans le Dictionnaire critique des enjeux et concepts des « éducations à », au-delà d’une structuration minimale de l’ouvrage en deux parties : « enjeux » et « mots-clés et concepts ».

Des aventures collectives

Œuvre écrites à largement plus de quatre mains, ces dictionnaires concluent des collaborations au sein de collectifs plus ou moins nombreux, éphémères, internationalisés, séquents (certains auteurs publiant dans différents dictionnaires, comme François Audigier sur l’éducation à la citoyenneté) : cinq membres de l’équipe Théodile de l’université de Lille 3 (Reuter), 57 (Rayou et van Zanten), 68 (Barthes, Lange et Tutiaux-Guillon), 216 (van Zanten et Rayou) (pas de nombres précis dans le cas de l’ICEM).

Ces auteurs sont très majoritairement des professionnels de la recherche académique, reconnus dans leur discipline ou champ de spécialité. Leur statut est rappelé plus ou moins brièvement (liste des auteurs avec mention des affiliations institutionnelles dans Rayou et van Zanten ; biographie plus développée dans Barthes, Lange et Tutiaux-Guillon). Les autres auteurs peuvent être perçus comme des praticiens acculturés aux pratiques de ce champ : les auteurs (anciens) enseignants pratiquant la pédagogie Freinet « savent par expérience de quoi ils parlent, tout en s’efforçant d’adopter parfois le langage, ou en tout cas la posture et le recul du chercheur. » (ICEM), il y a ceux qui « sont plus directement acteurs de l’éducation, mais leur conception et leur rôle au sein de l’institution scolaire ou à sa périphérie les rend avides de savoirs qui leur permettent les pas de côté nécessaires à l’exercice responsable de leurs fonctions. Ils en deviennent alors des passeurs privilégiés dont nous espérons que les contributions aident à rapprocher les deux rives de l’action et de la réflexion éducatives. » (Rayou et van Zanten)

Ces dictionnaires peuvent enfin être compris comme instruments d’une stratégie de distinction dans différents champs. Il s’agit pour les uns de « montrer la spécificité de la pédagogie Freinet » face à d’autres mouvements pédagogiques, et d’en articuler en interne l’héritage et les mutations, « le but premier de ce dictionnaire (étant) de contribuer à ce qu’elle ne se dilue pas, ne se perde pas » (ICEM). Ce même double adressage, interne et externe à la communauté de pratiques, se retrouve ailleurs : différencier les didactiques des autres domaines proches, dans leurs « spécificités (…) et leurs relations » à la psychologie, la sociologie, la pédagogie tout en faisant dialoguer des didacticiens eux-mêmes « confinés » dans leur périmètre (Reuter). Pour les chercheurs universitaires s’emparant des « éducations à », l’ouvrage contribue à l’autonomisation, à l’institutionnalisation et si possible à la reconnaissance d’un groupe : « Il s’agit aussi d’une ressource pour permettre aux chercheurs qui depuis une trentaine d’années ont investi ce champ de se constituer en communauté, dans un contexte où les éducations à … semblent se multiplier. » (Barthes, Lange et Tutiaux-Guillon)

Au final, ce sont à des ouvrages de référence mais au poids inégal – au sens propre et figuré du terme – que l’on souhaite la même postérité que le (Nouveau) dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire dirigé par Ferdinand Buisson : un accès gratuit, dématérialisé et instrumenté (pour l’édition de 1887 sous les auspice de la Bibliothèque nationale de France ; pour l’édition de 1911 sous celles de l’INRP) pour devenir l’objet de nombreuses recherches à venir, comme cela est désormais le cas, notamment en histoire et en philosophie de l’éducation, pour le dictionnaire « lieu de mémoire » (P. Nora) de l’éducation en France .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.