Que fera le futur conseil de l’évaluation de l’école ?

L’Assemblée nationale a publié l’étude d’impact du projet de loi sur l’éducation présenté par le Ministre Blanquer lors du conseil du ministre du 5 décembre (http://www.assemblee-nationale.fr/15/pdf/projets/pl1481-ei.pdf )

Parmi les différents chapitres analysés, une partie des attributions du futur conseil de l’évaluation de l’école est détaillée. On sait en effet que ce projet de loi prévoit la disparition du CNESCO et son intégration dans ce nouveau conseil, qui est présenté comme une instance de coordination,  de programmation et de « mise en cohérence » de toutes les formes d’évaluation du système éducatif.

L’une des nouveautés du futur conseil, qui devrait être mis en place à la rentrée 2019, est l’accent mis sur l’évaluation formelle et systématique des établissements scolaires du second degré (EPLE : lycées et collèges).  Pour ceux qui connaissent les évaluations « établissement » des universités pratiquées par le HCERES dans l’enseignement supérieur, le nouveau dispositif y fait parfois penser.

Il s’agit en effet de constituer des équipes d’évaluateurs au niveau académique, dans un système général largement piloté par les inspections même s’il est prévu que les équipes locales d’évaluation comportent d’autres personnels éducatifs voire des parents ou des parties prenantes de l’éducation (dont collectivités locales).

Comme le mentionne l’étude :  « afin de couvrir l’ensemble du territoire et compte tenu du nombre important d’établissements à évaluer (dans un premier temps 7800 établissements publics locaux d’enseignement et les
établissements privés sous contrat volontaires), l’instance pourrait utilement constituer un groupe d’évaluateurs par académie. En considérant que chaque équipe est composée de 4 évaluateurs effectuant chacune cinq évaluations par an, il faudrait environ 400 équipes au niveau national – soit environ 1600 experts évaluateurs – pour couvrir les 2000 visites annuelles nécessaires pour évaluer les 7800 EPLE et les établissements privés volontaires.
« 

Même si la question de l’évaluation des établissements est un sujet de discussion dans les cercles spécialisés de l’éducation nationale, et que l’évolution des inspections, notamment via la réforme PPCR, va dans le sens d’une mission d’évaluation plus collective, la mise en place d’une évaluation à cette échelle constituerait une petite révolution. Il faut en effet noter que l’évaluation globale des établissements n’est pas une tradition française, contrairement à ce qui se fait dans d’autres pays où les inspecteurs sont plutôt centrés sur les « full inspections » que sur l’inspection pédagogique individuelle longtemps pratiquée dans l’hexagone (voir à ce sujet le dossier de veille rédigé par Rémi Thibert sur l’inspection scolaire ).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.